Société du bout du banc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Société du bout du banc est un salon littéraire parisien animé par Jeanne-Françoise Quinault entre 1741 et 1745. Les dîners se tenaient le lundi au domicile de Mlle Quinault, rue Sainte-Anne puis rue d’Anjou à Paris et mêlaient la noblesse éclairée aux représentants des Lettres.

De ces échanges naîtra un Recueil de ces Messieurs publié à Amsterdam, chez les frères Westein le . Les contributions sont anonymes, mais émanent pour partie de Caylus, Cahusac, Crébillon fils, Coypel, Moncrif, Claireau, Piron et Duclos.

Habitués notables[modifier | modifier le code]

Il est difficile et artificiel d'établir une liste d'habitués ; les publications et les correspondances de l'époque permettent néanmoins d'identifier une série de personnalités dont le nom reste attaché à cette Société.

Représentants de la noblesse : le duc de Lauragais, Maurepas, Honoré-Armand de Villars, Louis Philippe d'Orléans, Jean Philippe d'Orléans, le marquis de Livry, Antoine de Fériol de Pont-de-Veyle

Représentants du monde des Lettres : Caylus, Étienne Devaux, Duclos, Voltaire, Alexis Piron, D'Alembert, Voisenon, Rousseau, Melchior Grimm, Denis Diderot, Lagrange-Chancel, Charles Collé, Moncrif, Grimod de La Reynière, Crébillon fils, Marivaux, Jean-François de Saint-Lambert, Fagan de Lugny, l’abbé de La Marre, Françoise de Graffigny, Louis Caron-Destouches, ...

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hellegouarc’h Jacqueline, Un atelier littéraire au XVIIIe siècle : la société du bout-du-banc, Revue d'Histoire Littéraire de la France, 2004, no 1, p. 59-70 (en ligne).
  • Judith Curtis, Mademoiselle Quinault and the Bout-du-Banc : a reappraisal, SVEC, 2000, p. 35-56.
  • Hellegouarc’h Jacqueline, Ces messieurs du bout-du-banc : « L’Éloge de la paresse et du paresseux » est-il de Marivaux ?, Revue d'Histoire Littéraire de la France, 2002, no 3, p. 455-459 (en ligne).
  • Jacqueline Hellegouarc’h, L’esprit de société. In : Cercles et salons parisiens au XVIIIe siècle, Garnier, 2000, p. 305-311.