Société du bout du banc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Société du bout du banc, animée par Jeanne-Françoise Quinault, est un des plus célèbres salons littéraires du XVIIIe siècle.

Mlle Quinault donnait des dîners chez elle, rue Sainte-Anne puis rue d’Anjou à Paris, où la meilleure noblesse était mise sur le même pied que les poètes et les artistes.

Ces dîners avaient lieu le lundi. S’y réunissaient la société la plus éclairée – Maurepas, Honoré-Armand de Villars, le duc de Lauragais, le duc d’Orléans, le Grand Prieur d’Orléans, le marquis de Livry, Antoine de Fériol de Pont-de-Veyle – et des hommes et femmes de lettres comme Caylus, Duclos, Voltaire, Piron, D'Alembert, Voisenon, Rousseau, Grimm, Diderot, Lagrange-Chancel, Collé, Moncrif, Grimod de La Reynière, Crébillon fils, Marivaux, Saint-Lambert, Fagan de Lugny, l’abbé de La Marre, Françoise de Graffigny, le chevalier Louis Caron-Destouches...

En fin de compte, la société devint si nombreuse que les dîners durent se tenir dehors. Les philosophes en chassèrent les poètes, la gaieté s’évanouit, et la société fut dissoute.

Références[modifier | modifier le code]

  • Hellegouarc’h Jacqueline, Un atelier littéraire au XVIIIe siècle : la société du bout-du-banc, Revue d'Histoire Littéraire de la France, 2004, n° 1, p. 59-70 (en ligne).
  • Hellegouarc’h Jacqueline, Ces messieurs du bout-du-banc : L’Eloge de la paresse et du paresseux est-il de Marivaux ?, Revue d'Histoire Littéraire de la France, 2002, n° 3, p. 455-459 (en ligne).