Société des clercs militants

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Association du clergé militant.
image illustrant un [[partis politiques <adj>s image illustrant l’Iran
Cet article est une ébauche concernant un parti politique et l’Iran.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La Société des clercs militants (en persan : مجمع روحانیون مبارز, majma'-e rowhāniyūn-e mobārez), aussi traduit Ligue des clercs militants, est un parti politique iranien réformiste, fondé le . Il est proche du modéré Mohammed Khatami, et a été qualifiée d'« anti-révolutionnaire » par l'agence Fars News Agency (en), proche des radicaux, suite aux troubles liés à l'élection présidentielle de 2009[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les tensions au sein du parti de la république islamique ont mené à sa dissolution en 1987. La Société des clercs militants s'est formée en regroupant les membres qui avaient une vue plutôt socialiste, favorisant « l'exportation de la révolution et l'appel au monopole de l'État sur l'économie »[2].

Après la démission de Mehdi Karroubi du poste de secrétaire général, le parti n'a plus eu de secrétaire général jusqu'en août 2005, quand Mohammad Mousavi Khoeiniha a été élu en tant que nouveau secrétaire général. Mohammad Khatami, ancien président de la République, est président du comité central.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thomas Erdbrink et William Branigin, Iran Vows To Make Example of Arrestees, Washington Post, 24 juin 2009.
  2. (en) Ahmad Mneisi, « "The power shift within Iran's right wing." » (consulté le 19 avril 2006) au centre d'études politiques et stratégiques Al-Ahram.