Société de développement des forêts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Société de développement des forêts
logo de Société de développement des forêts
Logo de la Sodefor

Création
Dates clés 1966 : création en tant que société d'État sous le nom de Société de Développement des plantations Forestières
1980 : établissement public à caractère administratif
1982 : établissement public à caractère industriel et commercial
1993 : société d'État sous son nom actuel, attribution de la gestion des forêts classées.
Personnages clés Koné Ousmane, président du conseil d'administration de la Sodefor[1]
Forme juridique Société d'état
Slogan « Une expertise au service de la forêt »
Siège social boulevard François Mitterrand, Cocody
01 BP 3770 Abidjan
Drapeau de Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
Direction Mamadou Sangaré
Activité sylviculture, certification forestière, reboisement et entretien des forêts
Produits produits ligneux, bois divers, produits non ligneux
Site web www.sodefor.ci

La Société de développement des forêts, également appelée SODEFOR, est une société d'État ivoirienne, créée le et rattachée au ministère des eaux et forêts et au ministère de l'économie et des finances. Elle a vocation à s'occuper de l'entretien, de l'expansion et de la valorisation des forêts placées sous sa responsabilité[2].

Mission[modifier | modifier le code]

La mission de la Sodefor est de participer à l'élaboration et à la mise en œuvre de la politique environnementale du gouvernement. Cela consiste en l'enrichissement et la valorisation du patrimoine forestier national, au développement de la production forestière, à la valorisation des produits issus des forêts et à la sauvegarde des zones forestières et de leurs écosystèmes.

La Sodefor a la responsabilité de la gestion et de l'équipement des forêts classées et des terres domaniales qui lui sont confiées par l'administration forestière aux termes de conventions générales ou particulières. Elle est également censée concevoir et mettre en œuvre des modèles de gestion aptes à permettre l'exécution du Plan directeur forestier ivoirien, voté en 1988, faire exécuter tous les travaux relatifs à l'entretien et participer activement à la restauration, au reboisement et à la surveillance des domaines forestiers.

En 2012, la Sodefor gère 231 forêts classées, pour une superficie globale de plus 4 millions d'hectares répartis sur l'ensemble du territoire national.

Mauvaise gestion et corruption[modifier | modifier le code]

Depuis l'indépendance du pays, et sous la gestion de directeurs véreux[3] tels que Yao N’Goran, les forêts de Côte d'Ivoire se sont fortement dégradées. La gestion du patrimoine forestier s'est faite la plupart du temps en dehors de tout contexte légal si bien que, sur les 231 forêts classées représentant plus de 4 millions d'hectares, près de 50 % de cette superficie serait occupée illégalement par des agriculteurs[4].

Sur le terrain, de nombreuses sociétés exploitent des forêts classées en dehors de toute légalité. La Société allemande de coopération internationale, jadis partenaire de Sodefor, souligne plusieurs autorisations d'exploitation douteuses accordées en 2008 et 2009. La décennie de crise politico-militaire ayant partitionné le pays jusqu'en , les forêts du nord du pays n'ont pu être surveillées et ont été déforestées. Certains comzones, tels que Zacharia Koné, sont connus pour leur implication dans le trafic de bois dans le nord du pays[4].

Réforme et campagne de reforestation[modifier | modifier le code]

À la suite d'un audit complet ordonné par Alassane Ouattara, un rapport des états généraux de la forêt rendu public en a révélé que les agents forestiers « oubliaient » de collecter plus de 50 % des taxes dues. Plusieurs milliards de francs CFA de pots-de-vin ont été versés et ont alimenté le marché parallèle[4]. Depuis, la Sodefor a entrepris, sous l'impulsion du ministre des eaux et forêts Clément Bouéka Nabo, d'assainir le secteur forestier, de réprimer les activités illégales en forêt[5] et lance une importante campagne nationale de reboisement[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sodefor : Koné Ousmane, nouveau président du conseil d'administration - FratMat.info
  2. (en) « Pre Report 2005 » (consulté le 11 septembre 2008)
  3. Exploitation de teck : Le DG de la Sodefor accusé de fraude. - Atoo.ci
  4. a b et c (fr) La Sodefor veut sortir de la jungle - Économie - Jeune Afrique
  5. Exploitation frauduleuse des bois de vène dans le Nord: Le Ministre Clément Nabo frappe encore fort. - Site du Ministère des eaux et forêts
  6. Environnement /Reconstitution de la forêt ivoirienne - La Sodefor lance la campagne nationale de reboisement - Communiqué ministériel sur Abidjan.net

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]