Slinky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Slinky en métal.
Slinky en plastique aux couleurs de l'arc-en-ciel.

Un Slinky (aussi appelé « Ondamania ») est un jouet en forme de ressort, fait de métal ou de plastique, inventé dans les années 1940 par l'ingénieur en mécanique Richard T. James (en).

La particularité de ce jouet est qu'il est capable de descendre les marches d'un escalier une fois son mouvement amorcé.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1943, Richard T. James (en), un ingénieur naval américain basé à Philadelphie, observe un ressort de torsion tomber d'une table et rebondir sur le parquet. Il dit alors à sa femme : « I think I can make a toy out of this » (« Je crois que je peux faire un jouet à partir de ceci »).

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le slinky est un petit jouet qui peut descendre les marches d'un escalier (ou d'un quelconque plan incliné théoriquement) en s'étirant d'une marche à l'autre. C'est donc la force de la gravité qui le fait se propulser. Le slinky en plastique est différent du slinky en métal[réf. nécessaire] puisqu'il garde toujours sa forme initiale après avoir descendu l'escalier, tandis que le slinky en métal se plie et change de forme avec les utilisations.

Des radioamateurs utilisent des slinky pour fabriquer des antennes afin de communiquer sur les ondes courtes car la forme bobinée permet de diminuer sensiblement la longueur des antennes, ce qui est apprécié lorsque l'espace disponible est limité (greniers, etc.).

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Pendant la guerre du Viêt Nam (-), les troupes américaines utilisent le Slinky comme antenne de radiotéléphonie mobile[1]. Le , un Slinky figure au nombre des onze premiers jouets à gagner l'espace, emportés en orbite terrestre à bord de la navette spatiale américaine Discovery dans le cadre de la mission STS-51-D[2]. Le , l'Agence postale du gouvernement des États-Unis (USPS) émet un timbre postal commémorant le « début de l'engouement pour le Slinky [en]  »[3]. En , le Slinky entre au Panthéon américain des jouets (NTHoF)[4]. Le , Richard A. Geist (en) (-), un représentant du comté de Blair à la chambre basse de l'Assemblée générale de Pennsylvanie, dépose une proposition (bill) d'acte « désignant le Slinky comme le jouet officiel du Commonwealth » de Pennsylvanie ; renvoyée le même jour au gouvernement de Pennsylvanie, la proposition n'est pas adoptée[5]. Le , le magazine Time publie une liste des « 100 meilleurs jouets » de à nos jours et dans laquelle le Slinky figure[6]. Aux États-Unis, le est la « journée nationale du Slinky »[7].

Films[modifier | modifier le code]

  • Dans Ace Ventura en Afrique (1995), Ace tente de faire descendre un Slinky tout en bas de l'escalier de la lamaserie dans laquelle il s'était retiré après l'accident du raton laveur. Mais le Slinky s'arrête sur la dernière marche.
  • Dans Le Détonateur avec Leslie Nielsen, on voit un Slinky dévaler l'escalier dans lequel il se fait plaquer par un cambrioleur. Les deux arrêtent de se battre pour le regarder descendre d'un air interloqué, avant de reprendre leur bagarre.
  • Dans une scène de Les Seigneurs de Dogtown de Catherine Hardwicke, Jay Adams (joué par Emile Hirsch) se voit demandé par un publicitaire pour chanter le slogan de Slinky : « Slinky, Slinky, le jouet des garçons et des filles ; Slinky, Slinky, enchante toute la famille. » avant de décliner l'offre de 10 000 $ qu'il lui faisait[8].
  • Dans Toy Story, le personnage de Zigzag a une forme de Slinky. D'ailleurs, son nom anglais est Slinky Dog (« chien-Slinky »).
  • Dans Tango et Cash, le personnage joué par Clint Howard est appelé Slinky, car il passe son temps à jouer avec cet objet.

En , le magazine Variety annonce la préparation de Slinky, un film centré sur Betty James — l'épouse de l'inventeur du Slinky — et dont Tamra Davis serait la réalisatrice[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lemelson-MIT.
  2. (en) « From Tremor to Buzz Lightyear : meet the toys who've been to space » [« De Trémor à Buzz l'Éclair : retrouve[z] les jouets qui sont allés dans l'espace »] Accès libre, Newsround, BBC, .
  3. (en) « 33 c : Slinky craze begins, – single » [« 33 c : début de l'engouement pour le Slinky, – seul »], notice d'objet no 2000.2020.99 Accès libre, National Postal Museum, Smithsonian Institution.
  4. NTHoF.
  5. (en) « Regular session - : House bill 1893 » [« Session ordinaire - : proposition no 1893 de la Chambre des représentants de Pennsylvanie »] Accès libre, Bill information, Pennsylvania General Assembly.
  6. (en) Allie Townsend, « Slinky – History's best Toys : all-TIME 100 greatest toys » [« Slinky – Les meilleurs jouets de l'histoire : les 100 meilleurs jouets de tous les temps »] Accès libre, Time, .
  7. Lallensack 2009.
  8. TransparentPhobia, « Lords of Dogtown: Slinky », (consulté le )
  9. (en) Rebecca Rubin, « Slinky, movie in the works, with Billy Madison director, Tamra Davis (exclusive) » [« Slinky, un film en préparation, avec la réalisatrice de Billy Madison, Tamra Davis (exclusif) »] Accès libre, Variety, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]