Sleaford Mods

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sleaford Mods
Description de cette image, également commentée ci-après
Sleaford Mods au Confort Moderne, de Poitiers, le .
Informations générales
Autre nom That's Shit, Try Harder
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Post-punk[1],[2], electro-punk[3], musique minimaliste[4], rap punk[2]
Années actives Depuis 2007
Labels eadly Beefburger Records, A52 Sounds, Harbinger Sound, Ipecac Records, Invada, Little Teddy Recordings, Rough Trade Records
Site officiel www.sleafordmods.com
Composition du groupe
Membres Jason Williamson
Andrew Robert Lindsay Fearn
Anciens membres Simon Parfrement

Sleaford Mods est un groupe de post-punk britannique, originaire de Nottingham, en Angleterre. Il comprend le chanteur Jason Williamson et le musicien Andrew Fearn (depuis 2012)[5]. Ils sont connus entre autres pour leur style musical minimaliste[1]. Le duo compte plusieurs albums félicités par la presse spécialisée[2],[6],[7].

Biographie[modifier | modifier le code]

Le chanteur Jason Williamson, né en 1970[8], grandit dans une ferme de Grantham sa ville natale[5]. Il s'intéresse à toute sorte de musique comme le mod, Guns N' Roses[8], les rave parties, le black metal, Wu-Tang Clan... Il crée d'abord un groupe électronique, Unity Crescent, où il se produit en solo comme chanteur et auteur[9]. Il est aussi musicien lors de sessions avec des groupes locaux comme Spiritualized ou Bent.

Sleaford Mods est créé quand un ami de Williamson lui propose de mêler sa voix avec un sample d'un album de Roni Size. Le projet prend d'abord le nom de That's Shit, Try Harder. Il est rebaptisé Sleaford Mods, du nom d'une ville du Lincolnshire. Williamson forme d'abord le groupe avec Simon Parfrement, un ingénieur du son de Rubber Biscuit Studio à Nottingham, avec qui il fait quatre albums. Parfrement quitte le groupe peu de temps après la sortie de l'album Wank en 2012. Il est aussitôt remplacé par Andrew Fearn[8] que Jason Williamson a vu dans un concert à Nottingham. Une collaboration entre Sleaford Mods et The Prodigy est annoncée à la fin 2014[10]. Ils enregistrent une chanson intitulée Ibiza ensemble qui apparait sur l'album The Day Is My Enemy de Prodigy en mars 2015.

L'album Alternative Light Source du groupe Leftfield, publié le 8 juin 2015, fait aussi participer Sleaford Mods sur la chanson Head and Shoulders[11]. La vidéo de Head and Shoulders est en stop-motion et animation hybride et est diffusée par Pitchfork le 6 août 2015[12]. En juillet 2015, le groupe publie l'album Key Markets. Il est l'un des 19 nommés aux IMPALA dans la catégorie d'album de l'année[13]. Le groupe participe aussi à un documentaire appelé Sleaford Mods: Invisible Britain, publié en 2015. Ils publient l'EP T.C.R. en 2016. En 2017 sort l'album English Tapas.

Style musical[modifier | modifier le code]

Williamson s'occupe des paroles, Fearn de la musique[8]. Les chansons de Sleaford Mods sont souvent décrites comme des diatribes aigries sur la société[14] ou les célébrités de la culture pop[8]. La voix de Williamson est du Sprechgesang à partir de l'anglais qu'on parle dans les Midlands de l'Est[8]. Il est dans la continuité de chanteurs comme Shaun Ryder, John Cooper Clarke, Mark E. Smith[8], Half Man Half Biscuit ou Steve Ignorant du groupe Crass.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 2007 : Sleaford Mods (A52 Sounds)
  • 2007 : The Mekon (A52 Sounds)
  • 2009 : The Originator (A52 Sounds)
  • 2011 : S.P.E.C.T.R.E. (Deadly Beefburger Records)
  • 2012 : Wank (Deadly Beefburger Records)
  • 2013 : Austerity Dogs (Harbinger Sound)
  • 2014 : Divide and Exit (Harbinger Sound)
  • 2014 : Tiswas (EP ; Invada)
  • 2014 : Chubbed up + (Ipecac Recordings)
  • 2015 : Key Markets (Harbinger Sound)
  • 2017 : English Tapas (Rough Trade)
  • 2019 : Eton Alive (Rough Trade)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Andy Sherwin, « Sleaford Mods: Boris Johnson, David Gandy and Russell Brand come under attack in post-punk duo's new album Key Markets », sur The Independent (consulté le 2 mai 2016).
  2. a b et c (en) Timothy Monger, « Sleaford Mods: Biography: AllMusic », sur AllMusic, Rovi Corporation (consulté le 18 juillet 2014).
  3. (en) Beverly Bryan, « Sleaford Mods: English Tapas Review », sur Paste Magazine (consulté le 22 mars 2017).
  4. (en) John Bell, « Sleaford Mods - Rescue Rooms, Nottingham 27/01/15 », sur The Line of Best Fit (consulté le 2 mai 2016).
  5. a et b (en) John Harris, « Sleaford Mods: 'Most days I'd only have enough money for a Mars bar and a can of Special Brew' », sur The Guardian, Guardian News and Media, (consulté le 18 juillet 2014).
  6. (en) Nick Neyland, « Sleaford Mods: Divide and Exit: Album Reviews », sur Pitchfork, (consulté le 18 juillet 2014)
  7. (en) « The Norman Records Top 50s of 2013 », sur Norman Records.
  8. a b c d e f et g « James Williamson », sur Vice Magazine.
  9. « http://www5.bandspace.com/unitycrescent/ »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 22 juin 2017)
  10. (en) Lisa Wright, « The Prodigy and Sleaford Mods record new track 'Ibiza' », sur NME, (consulté le 26 mars 2015).
  11. (en) Mandy Drake, « Leftfield are releasing a new record, their first in 16 years », sur Loud and Quiet, (consulté le 26 mars 2015).
  12. (en) Kimberley-Marie Sklinar Green, « Leftfield and Sleaford Mods share new video for ‘Head And Shoulders’ », Never Enough Notes, (consulté le 6 août 2015).
  13. (en) « Young labels featured in shortlist for IMPALA Album of the Year Award », impalamusic.org.
  14. http://noisey.vice.com/fr/blog/jason-williamson-sleaford-mods-succes-groupe

Lien externe[modifier | modifier le code]