Slavi Trifonov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Stanislav Trifonov (en bulgare : Станислав Трифонов), dit Slavi Trifonov, né le , est un chanteur, producteur, animateur de télévision et homme politique bulgare.

Biographie[modifier | modifier le code]

Stanislav Trifonov naît en octobre 1966 à Pleven, dans le nord de la Bulgarie. Il suit en 1985 une formation au conservatoire de musique de sa ville natale, puis étudie à l'Académie nationale de musique de Sofia.

Il commence son parcours de producteur et présentateur de télévision à la fin du régime communiste en Bulgarie, qui s'écroule en 1990. Il devient producteur et animateur de programmes privés sur la télévision nationale bulgare (BNT). Il est notamment connu pour avoir participé à plusieurs émissions parodiques et talk-show, telles que Ku-Ku (en bulgare Ку-ку), Kanaleto (bulgare Каналето), Khashove (en bulgare Хъшове, qui peut être traduit en Combattants de la liberté), puis, à partir de 2000, Shouto na Slavi (en bulgare Шоуто на Слави, soit le Slavi's Show, un talk-show quotidien). « J’ai été tous les jours pendant vingt-cinq ans à la télévision », explique-t-il[1]. C'est aussi un chanteur de tchalga[1], la musique populaire bulgare, qui a sorti 22 albums.

En 2020, il lance et prend la présidence du parti anti-système Il y a un tel peuple (ITN). Il se montre alors dégagiste face à ce qu'il appelle les partis du statu quo (le parti GERB de Boïko Borissov et le Parti socialiste bulgare). Sa formation, pro-européenne et libérale, arrive à la surprise générale en deuxième position des élections législatives d’avril 2021, avec 17,4 % des voix[1],[2]. Les résultats du scrutin étant trop fragmentés pour constituer une majorité stable, de nouvelles élections législatives sont convoquées en juillet 2021[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Jean-Baptiste Chastand, « Slavi, le chanteur qui chamboule la vie politique bulgare », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. Eva Moysan, « En Bulgarie, Slavi, le chanteur qui fait des voix », Libération,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]