Skunk (liquide)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Skunk.
Véhicule contenant de la Skunk, Bil'in.

La skunk (de l'anglais « skunk », moufette, en référence à ses excrétions nauséabondes) est un liquide chimique nauséabond[1] développé par une entreprise privée (Odortec LTD) et utilisé principalement par les forces de sécurité israéliennes depuis 2008 notamment dans les manifestations palestiniennes[2]. Il répond au besoin d'une alternative au gaz lacrymogène pour le contrôle des foules. Son emploi s'effectue de la même façon que les lances à eau dissuasives lors de rassemblements protestataires afin de disperser les manifestants, ou après les manifestations[3].

Il est également employé à des fins punitives, par l'armée israélienne. En février 2012, il est utilisé sur un cortège funéraire à Hébron (appelé localement Al-Khalil ou Hevron)[4]. En mars 2013 par exemple, à la suite d'une manifestation contre le Barrière de séparation israélienne clôturant la Cisjordanie, dans le village de Nabi Saleh, l'armée à aspergé les maisons du village[5].

Sa particularité principale demeure dans son odeur persistante (souvent deux ou trois jours, possiblement jusqu'à trois semaines[6]) sur les cibles aspergées (de tout type, personnes comme bâtiments ou objets).

La composition de la skunk est gardée secrète mais selon David Ben Harosh, le directeur des développements technologiques de la police israélienne, elle ne contiendrait que des ingrédients naturels (eau, levures), et pourrait être ingérée sans risque[7].

La toxicité de la skunk sur le vivant serait avérée par l'apparition chez l'humain de rougeurs cutanées, ou des problèmes d'estomac dans le cas d'ingestion[8].Source insuffisante 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Chroniques de Palestine- Popular resistance and human rights » (consulté le 21 mai 2013)
  2. (en) « Israeli "skunk" fouls West Bank protests », sur Reuters.com, (consulté le 30 juillet 2014)
  3. Florence Beaugé, « L'« eau sale », arme antiémeute et punition collective en Israël », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. (en) [vidéo] « Utilisation lors d'un rassemblement funéraire palestinien. »
  5. (en) « Israeli security forces spray 'Skunk' at Palestinian homes », (consulté le 21 mai 2013)
  6. (en) [vidéo] « Vidéo, voir à 5 min 32 s : M. Tamimi, un résidant victime du "skunk" : "[...], une fois, nous avons quitté la maison 3 semaines à cause de cela." », sur Youtube
  7. (en) « New Israeli weapon kicks up stink », sur BBC News, (consulté le 30 juillet 2014)
  8. (en) [vidéo] « Vidéo, voir à partir de 3:09 », sur Youtube

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]