Skidziel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Skidal)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une ville de Biélorussie
Cet article est une ébauche concernant une ville de Biélorussie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Skidziel
Скідзель
Blason de Skidziel
Héraldique
Drapeau de Skidziel
Drapeau
Église de l'Assomption de Marie (1870)
Église de l'Assomption de Marie (1870)
Administration
Pays Drapeau de la Biélorussie Biélorussie
Subdivision Voblast de Hrodna
Raïon Hrodna
Code postal BY 231761
Indicatif téléphonique +375 15299
Démographie
Population 10 554 hab. (2015)
Densité 96 hab./km2
Géographie
Coordonnées 53° 34′ 53″ Nord 24° 13′ 52″ Est / 53.5815, 24.231
Superficie 11 050 ha = 110,5 km2
Divers
Première mention 1501
Statut Ville depuis 1974
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Biélorussie

Voir la carte administrative de Biélorussie
City locator 14.svg
Skidziel

Géolocalisation sur la carte : Biélorussie

Voir la carte topographique de Biélorussie
City locator 14.svg
Skidziel
Sources
Liste des villes de Biélorussie

Skidziel ou Skidal (en biélorusse : Скідзель ou Скідаль) ou Skidel (en russe : Скидель ; en polonais : Skidel) est une ville de la voblast de Hrodna ou oblast de Grodno, en Biélorussie. Sa population s'élevait à 10 554 habitants en 2015[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Skidziel est arrosée par la rivière Skidlanka et se trouve à 30 km au sud-est de Hrodna et à 221 km à l'ouest de Minsk[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Résidence Czetwertyński, par Napoleon Orda, xixe siècle

La première mention de la ville de Skidzel remonte au début du XVIe siècle, alors que la ville fait partie du grand-duché de Lituanie. En raison de sa situation sur une importante route commerciale entre Hrodna (Grodno) et Slonim, Skidzel devient progressivement un centre de commerce. Dans la première moitié du XVIIe siècle, lorsque la ville devient la propriété des Radziwiłł, Skidzel compte de nombreux artisans, des forgerons, des tonneliers et des couturiers, mais connaît un certain déclin au cours du siècle suivant. En 1706, la ville est mise à sac par les armées de l'empereur Charles VI.

Skidzel est rattachée à l'Empire russe à l'occasion de la troisième partition de la Pologne, en 1795 et fait alternativement partie du gouvernement de Lituanie (en) ou de celui de Grodno. En 1812, l'armée de Napoléon occupe Skidzel et ordonne la construction d'entrepôts pour stocker les aliments confisqués. Ces structures accueillent à partir des années 1830 les premières tanneries de Skidzel, lorsque le gouvernement russe encourage la fabrication de selles en cuir et de bottes pour l'armée. Au début du XIXe siècle, Skidzel est une ville animée par des foires et des marchés, par l'artisanat, le travail du bois, des établissements vinicoles, des brasseries et une variété de commerces de détail et d'artisanat. La population de Skidzel double au cours du siècle, atteignant 2 720 habitants au recensement de 1897, dont 2 222 Juifs. Malgré une forte émigration, en particulier vers les États-Unis, les Juifs représentaient encore 80 pour cent de la population de la ville en 1931.

Avec le traité de Riga, Skidziel est rattachée à la Deuxième République de Pologne en 1921. En 1939, alors que des troupes soviétiques entrent en territoire polonais, survient une diversion anti-polonaise, connue sous le nom de révolte de Skidzel (en). Organisée par des Juifs et des Biélorusses, elle s'attaque à la police polonaise et est plus tard réprimée par l'armée polonaise.

La ville est ensuite occupée par l'Armée rouge et rattachée à la République socialiste soviétique de Biélorussie en 1939. La ville est occupée par l'Allemagne nazie dès le , après le bombardement de son petit aéroport et du centre-ville. Plusieurs milliers de Juifs de Skidziel et de ses alentours sont d'abord enfermés dans un ghetto[3],[4], certains assassinés sur place[5]. Lors de la destruction du ghetto, en mars 1943, les 2 300 survivants, escortés par des soldats allemands et des collaborateurs biélorusses, doivent marcher jusqu'au camp de transit de Kielbasin[6],[7],[8]. De là, ils sont transportés jusqu'aux camps d'extermination d'Auschwitz et de Treblinka, où la quasi-totalité périt[9],[10],[11],[12]. En 2004, une stèle commémorative est érigée à l'endroit où se tenait le ghetto[13].

Après la Seconde Guerre mondiale, Skidziel redevient soviétique. La ville est reconstruite, mais les traces de son passé juif s'effacent rapidement.

Skidziel accède au statut de ville en 1974.

Population[modifier | modifier le code]

Recensements (*) ou estimations de la population[14] :

Évolution démographique
1833 1878 1897* 1921* 1931*
1 277 1 525 2 720 2 971 3 815
1959* 1970* 1979* 1989* 1999*
5 493 7 760 9 225 10 924 11 600
2009* 2012 2013 2014 2015
10 869 48 795 10 604 10 511 10 554

Patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Yechiva (début du xxe siècle)
  • Église Saint-Michel (1851)
  • Église de l'Assomption de Marie (1870). Construite dans les années 1870 dans le style néo-gothique par la famille Czetwertyński[15],[16]. Elle est rénovée dans les années 1990 par des paroissiens[17].
  • Église catholique Saint-Joseph l'Artisan (1990)[18]
  • Église orthodoxe des Nouveaux Martyrs et Confesseurs de la terre biélorusse (2005).
  • Gare ferroviaire (première moitié du xxe siècle)
  • Musée Mikhas' Vassiliok (be) (poète biélorusse)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Estimation officielle de la population au 1er janvier 2015, sur pop-stat.mashke.org.
  2. Distances à vol d'oiseau ou distances orthodromiques.
  3. (ru) Répertoire des lieux de résidence forcée de populations civiles en Biélorussie de 1941 à 1944 - Справочник о местах принудительного содержания гражданского населения на оккупированной территории Беларуси 1941-1944.
  4. (ru) Материалы военно-научной конференции, ГрГУ, Hrodna, 2008 (ISBN 978-985-515-049-8)
  5. (en) « YAHAD - IN UNUM », sur yahadmap.org (consulté le 29 avril 2016)
  6. Лагеря советских военнопленных в Беларуси 1941—1944 (Répertoire des camps de prisonniers de guerre soviétiques en Biélorussie 1941-1944), Minsk, 2004. p.123
  7. (ru) Archives d'État de la Fédération de Russie (ГАРФ). — фонд 7021, опись 86, дело 34, листы 15-17; дело 39, листы 2-6
  8. Archives nationales de la République de Biélorussie (НАРБ). — фонд 845, опись 1, дело 6, листы 48-49, 54-55
  9. Archives nationales de la République de Biélorussie (НАРБ). — фонд 845, опись 1, дело 8, лист 31
  10. Archives d'État de l'oblast de Grodno, фонд 1, опись 1, дело 54, лист 37-38
  11. (ru) Archives d'État de la Fédération de Russie (ГАРФ). — фонд 7021, опись 86, дело 40, листы 4, 56, 58
  12. (be) Памяць : Гродна, Minsk, Беларуская энцыклапедыя,‎ (ISBN 985-11-0147-8), p. 393
  13. (ru) « Сладкий город с горькой судьбой », sur www.interfax.by (consulté le 29 avril 2016)
  14. (en) « Population depuis 1979 », sur www.citypopulation.de(ru) « Recensements de 1959, 1970, 1979 », sur www.webgeo.ru
  15. (be) « Капліца Унебаўзяцця Найсвяцейшай Панны Марыі », sur www.radzima.org (consulté le 29 avril 2016)
  16. (ru) « Скидель », sur globus.tut.by (consulté le 29 avril 2016)
  17. (ru) « КОСТЕЛ ВНЕБОВЗЯТИЯ БОЖЬЕЙ МАТЕРИ В Г.СКИДЕЛЬ », sur grodnorik.gov.by (consulté le 29 avril 2016)
  18. (ru) « Скидель, костел св. Иосифа Ремесленника (фотогалерея) », sur globus.tut.by (consulté le 29 avril 2016)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]