Six pièces pour grand orchestre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Six Pièces pour grand orchestre, op. 6 (en allemand : Sechs Stücke für orchester) d'Anton Webern ont été composées en 1909. Le compositeur en a donné une version remaniée en 1928 avec un orchestre plus réduit.

Pièces[modifier | modifier le code]

  1. Etwas bewegt (assez animé)
  2. Bewegt (agité)
  3. Zart bewegt (doucement animé))
  4. Langsam, marcia funebre (lent, marche funèbre)
  5. Sehr langsam (très lent)
  6. Zart bewegt (doucement animé)

Durée : environ 9-11 minutes

Créations[modifier | modifier le code]

L'œuvre est jouée pour la première fois le à Vienne, sous la direction d'Arnold Schönberg.

La première de la version révisée de 1928 est donnée à Berlin le , sous la direction de Hermann Scherchen.

La première en France a eu lieu en 1957 programmée par Pierre Boulez lors d'un des concerts du Domaine musical.

Orchestration[modifier | modifier le code]

Version 1909

4 flûtes (dont 2 piccolos et 1 flûte alto en sol), 2 hautbois, 2 cors anglais, 3 clarinettes (dont 1 petite clarinette en mi♭), 2 clarinettes basses, 2 bassons (dont 1 contrebasson), 6 cors, 6 trompettes, 6 trombones, 1 tuba, célesta, 2 harpes, 3 timbales, percussions (triangle, glockenspiel, rute, cymbale, tam-tam, caisse claire, grosse caisse, cloches graves), cordes.

Version 1928

2 flûtes (dont 1 piccolo), 2 hautbois, 2 clarinettes], 1 clarinette basse, 2 bassons (dont 1 contrebasson), 4 cors, 4 trompettes, 4 trombones, 1 tuba, timbales, célesta, harpe, percussions (triangle, glockenspiel, cymbale, tam-tam, caisse claire, grosse caisse, cloches graves), cordes.

Commentaires[modifier | modifier le code]

Cette œuvre, exemple d'épuration musicale, préfigure l'invention du dodécaphonisme par Schönberg.

C'est l'une des œuvres les plus appréciées de Webern, parmi ses premières œuvres, avec la Passacaille, les Cinq pièces pour orchestre (1911-1913) et les Six Bagatelles pour quatuor à cordes (1913).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François-René Tranchefort (direction), Guide de la Musique Symphonique, Paris, Fayard, coll. « Les indispensables de la musique », (1re éd. 1986), 896 p. (ISBN 2-213-01638-0), p. 852

Liens externes[modifier | modifier le code]