Sivriada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Oxia.

Sivriada
Oxia (tr)
Sivriada vue du large
Sivriada vue du large
Géographie
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Archipel Îles des Princes
Localisation Mer de Marmara
Coordonnées 40° 53′ 00″ N, 28° 58′ 00″ E
Administration
Région Marmara
Province Istanbul
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations

Géolocalisation sur la carte : Turquie

(Voir situation sur carte : Turquie)
Sivriada
Sivriada
Île en Turquie

Sivriada (en grec, Okseia ou Oxia) est une des îles de l'archipel des îles des Princes à Istanbul. Elle est actuellement déserte.

L'île a souvent été utilisée par les religieux byzantins comme un lieu de culte calme et reculé, ainsi que par les empereurs byzantins comme une prison convenable pour détenir des personnes importantes qui leur semblaient gênantes[1].

Le premier homme célèbre à avoir été emprisonné sur l'île sur ordre de l'empereur Nicéphore fut Platon de Sakkoudion, oncle du célèbre clerc Théodore Studite, pour la publication de livres de l'antiquité païenne.

D'autres personnes célèbres qui séjournèrent sur l'île pour des raisons religieuses et politiques furent Gebon, Basileios Skleros, Niképhoritzès (proche serviteur de Michel VII Doukas), le patriarche Jean de Constantinople et le patriarche Michel II Courcouas de Constantinople .

Les tombes de ceux qui moururent sur l'île au cours de la période byzantine sont encore visibles aujourd'hui.

Les ruines d'une colonie romaine et d'un monastère byzantin du IXe siècle sont encore visibles sur la rive, près de la maison, un petit quai qui est souvent utilisé par les yachts. Les bâtiments les plus importants sur l'île ont été construits au IXe siècle apr. J.-C., y compris une église, une chapelle dédiée aux martyrs religieux, un monastère situé sur l'extrémité orientale (dont les murs sont encore visibles aujourd'hui) et une citerne dans le centre de l'île (dont une partie est encore visible).

Dans un souci hygiéniste, le gouverneur d'Istanbul ordonna en 1910 qu'on exile sur cette île les chiens des rues d'Istanbul, alors en très grand nombre. De 30 000 à 60 000 chiens furent donc déportés et livrés à leur sort[2]. Mais un grave tremblement de terre suivit immédiatement ces événements et il fut perçu comme "une punition de Dieu pour l'abandon des chiens". Les chiens errants furent de nouveau tolérés dans les rues d'Istanbul. C'est le sujet du court-métrage "Chienne d'histoire" de Serge Avédikian, Palme d'Or du court-métrage au festival de Cannes 2010 et le point de départ de l'histoire du film "Isle of Dogs" de Wes Anderson.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]