Situle de la Certosa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Situle de la Certosa
Situle de la Certosa
Situle de la Certosa
Type Situle (vase) étrusque
Dimensions 32 centimètres[1]
Inventaire 17169[1]
Matériau Bronze
Méthode de fabrication Repoussé
Fonction Urne funéraire
Période 600 - 550 av. J.-C. (première moitié du VIe siècle av. J.-C.)[1]
Culture Étrusque
Date de découverte [2]
Lieu de découverte Site archéologique de Misano (Marzabotto)
Coordonnées 44° 20′ 00″ nord, 11° 12′ 00″ est
Conservation Musée archéologique civique de Bologne (en)[1]

Géolocalisation sur la carte : Europe

Géolocalisation sur la carte : Italie

Géolocalisation sur la carte : Émilie-Romagne

La situle de la Certosa est une situle historiée en bronze, récipient en forme de seau tronconique, conservée au Musée archéologique civique de Bologne (en). Elle a été trouvée dans une tombe à incinération de la nécropole de la Certosa (Chartreuse), à Bologne et date du début du Ve siècle av. J.-C.. Elle se rattache à l'art des situles, style de décor figuré répandu de l'Italie du Nord à la Dalmatie entre le VIe et le IVe siècle av. J.-C.

Description de la situle[modifier | modifier le code]

La situle, en tôle de bronze, a été décorée au repoussé, avec une finition de traits gravés. Par la qualité de sa composition, le soin apporté à la réalisation et le souci du détail, cette situle se détache parmi les autres objets du même type.

Décoration[modifier | modifier le code]

La décoration est disposée en quatre registres horizontaux séparés par un bourrelet continu. Sur les trois registres supérieurs, un motif central se détache.

  • Registre inférieur. Défilé d'animaux, allant de droite à gauche : un cerf, deux bêtes avec la langue pendante, cinq lions ailés. Une jambe sort de la gueule du quatrième lion ailé[3].
  • Registre médian inférieur. Le motif central est constitué par deux musiciens assis sur un lit, qui sont entourés de deux personnages portant un grand manteau quadrillé. Le décor s'organise presque symétriquement par rapport à ce groupe avec, à droite, une scène de chasse et, à gauche, une scène champêtre.
  • Registre médian supérieur. Le motif central représente deux hommes qui portent une situle en la tenant par l'anse. De part et d'autre, une procession, peut-être une procession sacrificielle, va de gauche à droite : un homme conduit un taureau ; derrière lui, trois hommes et trois femmes portent divers objets (coffret, corbeille, etc.) qui pourraient être des offrandes, puis deux hommes soutiennent une perche à laquelle est suspendue une situle. Après le motif central, un homme conduit un bélier, suivi de trois hommes et de trois femmes qui portent des vases ; derrière, un homme porte une petite situle et un autre une épée. Un animal (chien ?) ferme la marche.
  • Registre supérieur. Défilé militaire, de droite à gauche. Deux cavaliers ouvrent la marche, suivis de cinq fantassins armés d'une lance et d'un bouclier ovale, puis – après le motif central géométrique – quatre fantassins armés d'une lance et d'un bouclier ovale plus petit que les précédents et quatre fantassins armés d'un bouclier rond ; quatre hommes portant une hache sur l'épaule ferment le défilé ; entre eux et les cavaliers du début, on trouve un motif géométrique comparable à celui qui a été mentionné précédemment.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (it) « Situla della Certosa », sur Musée archéologique civique de Bologne, (consulté le 29 septembre 2016).
  2. André Piganiol, « La protohistoire bolonaise (Albert Grenier. Bologne villanovienne et étrusque). », Journal des savants, vol. 11e année,‎ , page 106 (lire en ligne).
  3. Le motif du lion anthropophage est un motif courant de l'art étrusque, notamment dans la seconde moitié du VIIe siècle av. J.-C. et sur les vases de bucchero incisés, et se retrouve dans l'art des situles.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pericle Ducati, La situla della Certosa, Bologne, 1923.
  • Christiane Saulnier, L'Armée et la guerre dans le monde étrusco-romain (VIIIe - IVe s.), Paris, De Boccard, 1980, pp. 79-80 et 82-83.

Articles connexes[modifier | modifier le code]