Sittelle kabyle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Articles de qualité Vous lisez un « article de qualité ».

Sitta ledanti • Sittelle de Ledant

Sitta ledanti
Description de cette image, également commentée ci-après

Schéma représentant les principales caractéristiques morphologiques de la Sittelle kabyle mâle.

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Sittidae
Genre Sitta

Nom binominal

Sitta ledanti
Vielliard, 1976

Statut de conservation UICN

( EN )
EN B1ab(iii,v);C2a(i) : En danger
B1ab(iii,v); C2a(i)[1]

La Sittelle kabyle (Sitta ledanti), également connue sous le nom de sittelle de Ledant, est une espèce d'oiseaux de la famille des Sittidae. C'est une sittelle de taille moyenne, mesurant environ 12 cm. Les parties supérieures sont gris bleuté, les parties inférieures d'une couleur chamois pâle tirant vers le gris. Le mâle se distingue de la femelle par l'avant noir de sa calotte. L'espèce est sédentaire ; elle se nourrit d'arthropodes en été, de graines en hiver. La saison de reproduction a lieu vers mai-juin. Le nid, bâti dans un trou d'arbre, abrite une ponte de trois ou quatre œufs, couvés par la femelle. Les oisillons sont nourris par les deux parents.

La Sittelle kabyle est l'unique espèce d'oiseaux endémique d'Algérie, où elle ne peuple plus que certaines forêts de conifères du nord du pays. Son nom scientifique rend hommage à Jean-Paul Ledant, le naturaliste amateur belge qui a découvert l'oiseau en  ; la description de l'oiseau est réalisée par l'ornithologue français Jacques Vielliard. La nouvelle de cette découverte surprend grandement le monde de l'ornithologie et fait l'objet d'une couverture médiatique internationale. La Sittelle kabyle est étroitement apparentée à la Sittelle de Krüper (Sitta krueperi). L'oiseau ne possède plus qu'une aire de répartition relictuelle et limitée, menacée par les incendies, l'érosion et l'action humaine ; l'espèce est donc considérée comme « en danger » par l'Union internationale pour la conservation de la nature.

Description[modifier | modifier le code]

Un dessin de sittelle avec les parties supérieures bleu ardoise et le ventre très clair.
Une Sittelle corse femelle dessinée par John Gerrard Keulemans : la Sittelle kabyle femelle lui est très semblable, avec parfois l'avant du front sombre.

La Sittelle kabyle est une sittelle de taille moyenne[2] ; elle mesure entre 11,5 et 12,5 cm[3], pour une masse de 18 g environ[4]. Les parties supérieures sont globalement gris bleuté ; la queue présente une petite bande blanche subterminale bordée de beige. Le ventre est lavé de beige saumoné clair jusqu'aux sous-caudales ; ces dernières sont grises à leur base[5]. Le mâle a le front noir, ainsi qu'un trait oculaire et un lore sombres, séparés de la calotte par un large sourcil blanc tranchant. Chez la femelle, la calotte et le trait sourcilier sont du même gris que le dos, avec l'avant de la calotte parfois plus sombre (quand le plumage est usé), mais pas autant que chez le mâle[2]. Chez les deux sexes, les côtés de la tête ainsi que la gorge sont blancs[3]. Les iris sont brun-noir, les pattes gris plomb et le bec gris bleuté[6]. Il y a quelques taches grises diffuses sur les sous-caudales[7]. Le plumage des juvéniles est semblable à celui de la femelle, en plus terne et avec un sourcil peu apparent[2] ; au sortir du nid, la croissance du bec et la pigmentation du bec et des pattes sont incomplètes[8].

Dans son habitat, la Sittelle kabyle ne peut être confondue avec aucun autre oiseau. La sittelle la plus proche géographiquement est la Sittelle torchepot (Sitta europaea) qui peuple quelques localités du Rif[9] ; cette espèce est plus grande que la kabyle, n'a pas de noir sur la calotte et a les parties inférieures jaunes (ou blanches pour certaines sous-espèces) tirant sur l'orange autour du croupion[3]. La Sittelle kabyle ressemble fortement à la Sittelle corse (Sitta whiteheadi), mais la calotte noire diffère chez les mâles : celle de l'espèce kabyle couvre l'avant de la tête, contre toute la tête chez l'insulaire. Les parties inférieures sont d'un chamois rosé plus chaud chez l'espèce algérienne. Elle est phylogénétiquement très proche de la Sittelle de Krüper (Sitta krueperi), avec l'avant de la calotte sombre chez le mâle et le sourcil blanc marqué, mais la Sittelle de Krüper a les parties inférieures gris pâle et une grande tache pectorale brun roussâtre[3].

Écologie et comportement[modifier | modifier le code]

Vocalisations[modifier | modifier le code]

Le cri d'appel est typique d'un sittidé, en tsiit tsiit[7]. Les adultes utilisent aussi un cri chuinté en cas de présence d'un intrus, possiblement pour la défense du territoire[10]. Le chant de la Sittelle kabyle est un sifflement nasillard, composé d'une série d'éléments montants, avec une brève note terminale, répétés lentement et pouvant être transcrits en un vuuy-di vuuy-di vuuy-di[3]. C'est une répétition de sept à douze phrases durant deux à quatre secondes[2]. L'oiseau peut également produire un trille rapide en di-du-di-du-di-du, et inquiété, émettre un chèèh rêche et répété[3] comparable au cri d'un geai[2],[7].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Les quelques données sur le régime alimentaire de l'espèce proviennent principalement d'une étude réalisée fin mars 1978 par deux ornithologues allemands[11]. Le régime alimentaire de la Sittelle kabyle varie selon les saisons. En été, elle se nourrit principalement d'insectes (essentiellement des chenilles et des coléoptères) et d'araignées qu'elle trouve en arpentant les troncs et branches des chênes[7]. L'hiver, les insectes se font rares et la Sittelle kabyle se nourrit alors de graines de conifères qui lui assurent un approvisionnement constant[5],[12]. Elle se nourrit généralement seule, mais elle peut former des volées mixtes d'alimentation en dehors de la saison de reproduction[7].

Reproduction[modifier | modifier le code]

Schéma d'un nid, sorte de tunnel d'une vingtaine de centimètres descendant à l'intérieur du tronc d'un arbre.
Vue en coupe d'un nid dans un tronc d'arbre[5].

La saison de reproduction a lieu en mai-juin à Tamentout et sur le mont Babor, plus ou moins tôt selon les conditions météorologiques et l'abondance de la nourriture ; aux altitudes les plus hautes, il se peut qu'elle commence plus tard[7]. Dans le parc national de Taza, la période de reproduction finit fin juin[12]. Le nid est construit dans un trou d'arbre[3], peut-être à partir d'une ébauche de loge de Pic épeiche (Dendrocopos major), dans un sapin mort ou dans les aspérités d'un chêne ou d'un cèdre, et il est généralement placé entre quatre et quinze mètres du sol[10]. Le fond est garni de débris végétaux (copeaux de bois, feuilles mortes) et animaux (plumes de Chouette hulotte (Tyto alba), poils de Sanglier (Sus scrofa)). Alors que l'incubation est réalisée par la femelle seule (le mâle n'a pas de plaque incubatrice), les deux parents nourrissent les jeunes[10]. Les nichées comptent trois ou quatre jeunes à l'envol[5]. Après la saison de reproduction, les adultes effectuent une mue post-nuptiale complète et les jeunes une mue post-juvénile partielle[8].

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Trois localités dans le Nord de l'Algérie.
Répartition de la Sittelle kabyle en Algérie.

La Sittelle kabyle est endémique d'Algérie, et c'est la seule espèce d'oiseaux dans ce cas. Elle peuple certains reliefs de la Kabylie, où elle a été recensée dans quatre localités isolées les unes des autres par des zones impropres à sa survie[1],[2]. Elle a été découverte pour la première fois sur le mont Babor, à seulement une vingtaine de kilomètres de la côte méditerranéenne. Son habitat optimal n'y couvre que 2,5 km2, et la zone n'abrite que 80 couples selon une estimation de 1985[13],[2]. Puis elle a été repérée dans le Guerrouch, au sein du parc national de Taza, en juin 1989[2], ce massif disposant d'une population plus importante comptant autour de 350 individus. Des effectifs plus réduits sont découverts en 1990 dans deux autres localités proches de ce parc, à Tamentout et à Djimla[1]. L'oiseau pourrait être présent dans d'autres chênaies de petite Kabylie, mais les recherches restent pour le moment infructueuses[14].

Cet oiseau vit dans les chênaies entre 350 et 1 120 m d'altitude et dans les forêts mixtes de chênes, érables, peupliers et conifères à partir de 2 000 m d'altitude[3]. Il apprécie les forêts humides aux grands arbres offrant des cavités, dont notamment : le Sapin de Numidie (Abies numidica, un endémique du Djebel Babor), le Cèdre de l'Atlas (Cedrus atlantica), le Chêne afarès (Quercus afares), le Chêne-liège (Quercus suber) et le Chêne faginé (Quercus faginea)[15]. Le Djebel Babor, dominé par les sapins, offre un climat plutôt frais et humide, avec de la neige en hiver ; dans le Guerrouch, les chênes sont dominants et le climat est plus chaud et sec[2]. En basse altitude, comme à Tamentout, les forêts sont dominées par le Chêne-liège, et les densités de peuplement sont alors plus faibles qu'aux altitudes plus hautes (au-dessus de 1 000 mètres), où cette essence est remplacée par des chênes à feuilles caduques comme le Chêne des Canaries (Q. canariensis) et le Chêne afarès[16]. Une étude menée dans le mont Babor entre les étés 1981 et 1982 a montré que les facteurs apparemment favorables à la Sittelle kabyle dans ce massif étaient « la diversité des espèces d'arbres, la grosseur (ou l'âge) des arbres et indirectement le climat d'altitude »[13].

Taxinomie et systématique[modifier | modifier le code]

Découverte et nomenclature[modifier | modifier le code]

Jean-Paul Ledant

« Pour un naturaliste, toute rencontre avec une espèce inattendue est sujet d'étonnement et d'enthousiasme. J'ai d'abord cru avoir affaire à la Sittelle corse (ou à une variété de cette espèce), ce qui aurait été plus banal qu'une espèce inconnue mais fort étonnant quand même. Je ne m'imaginais pas que cela puisse être une découverte, convaincu que j'étais d'être sous-informé ou sous-documenté[4]. »

La Sittelle kabyle est découverte en Algérie par Jean-Paul Ledant, un agronome belge féru d'ornithologie, le 5 octobre 1975[4]. L'identifiant comme bien différente des autres sittelles, il écrit à l'Académie des sciences (comptant notamment pour membres Henri Heim de Balsac, spécialiste de la faune nord-africaine, et Jacques Vielliard, ornithologue), pour faire part de sa découverte. Les scientifiques sont incrédules, mais travaillant alors sur une révision des Sittidés qui rapprocherait Sittelles corses et de Krüper, ils encouragent tout de même Ledant à retourner sur le site[5]. Il s'y essaye plusieurs fois durant l'hiver, mais le mont est trop enneigé pour permettre son exploration. Ledant est finalement accompagné de Vielliard à la mi-avril 1976 pour observer des nichées, qui s'avèrent en fait plus tardives dans ce massif aux conditions climatiques difficiles. Ils doivent attendre juillet pour observer le comportement de nourrissage et quelques envols, ainsi que pour réaliser des enregistrements et des essais d'appels avec des chants de Sittelles corse et de Krüper. Une douzaine de couples seulement sont alors recensés, mais le 5 et le 6 du mois, Vielliard sacrifie tout de même un couple d'adultes ayant fini de nourrir leurs petits, spécimens qui serviront de types[6],[17],[18]. Conservés dans la maison du descripteur, ces spécimens (holotype et paratype) sont sérieusement endommagés après 2005 par des insectes ravageurs, et sont finalement cédés au Muséum national d'histoire naturelle de Paris[19].

La Sittelle kabyle est formellement décrite dans Alauda par Jacques Vielliard en 1976 sous son nom actuel de Sitta ledanti. Cette découverte surprend grandement le monde des ornithologues, et l'oiseau semble issu d'un « monde perdu » ayant résisté au temps, le Djebel Babor[2]. En effet, en ornithologie, l'observation d'une espèce endémique inconnue dans le monde méditerranéen ne s'était pas produite depuis presque un siècle, avec la découverte riche en similitudes de la Sittelle corse (Sitta whiteheadi) en 1883[10],[17]. Dans l'ensemble du paléarctique, le dernier oiseau vivant découvert était la Niverolle d'Afghanistan (Pyrgilauda theresae), décrite en 1937 ; l'Engoulevent de Vaurie (Caprimulgus centralasicus), décrit seulement en 1960, avait en effet été découvert dès 1929[2].

En décembre 1976, l'ornithologue suisse Éric Burnier fait savoir dans la revue Nos Oiseaux qu'il avait lui-même découvert l'espèce de manière indépendante le 20 juin de la même année, avant d'apprendre par un entrefilet dans Le Monde du 28 juillet 1976 qu'il avait été précédé dans sa découverte et que l'espèce venait d'être baptisée[9],[20]. Il publie quelques dessins et notes de terrain, expliquant avoir repéré au chant puis approché à quelques mètres seulement des oiseaux qu'il avait estimé mêler les caractères de la Sittelle corse (Sitta whiteheadi) et de la Sittelle de Krüper (Sitta krueperi). La seule sittelle connue du Maghreb étant alors la Sittelle torchepot (Sitta europaea) qui peuple quelques localités du Rif et de l'Atlas marocains, éloignées du Djebel Babor, il savait avoir affaire à une espèce nouvelle[9].

Phylogénie[modifier | modifier le code]

La Sittelle kabyle est parfois placée dans un sous-genre, Micrositta, décrit par l'ornithologue russe Sergei Buturlin en 1916[21], et ne compte aucune sous-espèce[22]. Charles Vaurie avait regroupé en 1957 la Sittelle corse (Sitta whiteheadi), la Sittelle à poitrine rousse (Sitta canadensis) et la Sittelle de Chine (Sitta villosa), qu'il considère très proches, dans le groupe « canadensis »[23]. L'ornithologue allemand Hans Löhrl signale une certaine divergence à Vaurie après avoir étudié l'écologie et les comportements des oiseaux américains et corses, et en publiant ses notes de terrain en 1960 et 1961[24],[25]. Dans sa description de la Sittelle kabyle en 1976, Vielliard consacre une partie de son article aux relations possibles des différentes espèces et à leur histoire évolutive. Il suggère que Vaurie s'est arrêté à une « une similitude morphologique superficielle » pour rapprocher la Sittelle corse de la Sittelle à poitrine rousse, et que l'espèce corse devait plutôt former avec la Sittelle de Krüper (Sitta krueperi) un groupe dit des « sittelles mésogéennes », « où Sitta ledanti vient s'insérer providentiellement »[10].

Phylogénie partielle des
sittelles du groupe canadensis
selon Pasquet (1998)[26] :

En 1998, Éric Pasquet étudie le gène du cytochrome-b de l'ADN mitochondrial d'une dizaine d'espèces de sittelles, dont les différentes espèces du groupe de Sitta canadensis[26], qu'il définit comme comprenant six espèces, qui correspondent à celles rapportées au sous-genre Micrositta[21] : canadensis, villosa, yunnanensis, whiteheadi, krueperi et ledanti. La Sittelle du Yunnan (Sitta yunnanensis) n'est pas incluse dans l'étude. Pasquet conclut que la Sittelle corse (Sitta whiteheadi) est à rapprocher phylogénétiquement de la Sittelle de Chine (Sitta villosa) et de la Sittelle à poitrine rousse (Sitta canadensis), ces trois espèces formant le groupe-frère d'un clade regroupant la Sittelle de Krüper (Sitta krueperi) et la Sittelle kabyle. Les trois premières espèces seraient même suffisamment proches pour constituer des sous-espèces, rejetant la théorie « mésogéenne » de Vielliard et confirmant donc les conclusions de Charles Vaurie[26]. Par souci de stabilité de la taxinomie, toutes conservent cependant leur statut d'espèce à part entière[27].

Les conclusions de l'étude sont en accord avec la morphologie des espèces, les Sittelles à poitrine rousse, corse et de Chine partageant notamment comme caractère dérivé la calotte entièrement noire uniquement présente chez les mâles, trait unique chez les Sittidés et familles apparentées. Le second clade, regroupant Sittelles de Krüper et kabyle, aurait pour synapomorphie l'avant de la calotte noir chez les mâles, ce dimorphisme sexuel étant absent chez les jeunes individus[26].

Biogéographie[modifier | modifier le code]

En 1976, l'ornithologue suisse Paul Géroudet suggère que les sittelles mésogéennes peuplaient autrefois une ceinture de résineux assez continue autour de la Méditerranée, qui s'est morcelée, ne sauvegardant que quelques refuges difficiles d'accès où ces différentes espèces ont pu évoluer « en vase clos »[28]. En 1998, sa phylogénie étant établie, Pasquet conclut que l'histoire paléogéographique du groupe serait la suivante : la divergence entre les deux clades principaux du « groupe canadensis » apparaît il y a plus de 5 millions d'années, à la fin du Miocène, quand le clade de krueperi et ledanti s'installe dans le bassin méditerranéen au moment de la crise de salinité messinienne ; les deux espèces le constituant divergent il y a 1,75 million d'années. L'autre clade se divise quant à lui en trois, avec des populations quittant l'Asie par l'est et donnant naissance à la Sittelle à poitrine rousse nord-américaine, puis, il y a environ un million d'années, par l'ouest, marquant la séparation entre Sittelle corse et Sittelle de Chine[26].

Menaces et conservation[modifier | modifier le code]

Effectifs et statut[modifier | modifier le code]

À la découverte de la Sittelle kabyle, les ornithologues estiment que l'espèce ne compte qu'une douzaine de couples et l'on craint « que sa rareté allèche des collectionneurs », que l'annonce de sa découverte cause sa disparition[28]. La découverte en 1989 de la population bien plus importante du parc de Taza montre que l'espèce est moins menacée qu'il n'y paraissait, et que son endémisme ne se limite pas au seul Djebel Babor[29]. La répartition actuelle de la Sittelle kabyle semble être limitée par celle des forêts qui l'abritent, et le morcèlement des populations pourrait indiquer que l'espèce fut autrefois plus répandue, avant que la déforestation ne l'isole dans les petits îlots de verdure qu'elle peuple aujourd'hui[2]. La Sittelle kabyle possède une faible population : ses effectifs pourraient ne pas dépasser les 1 000 individus. L'oiseau est placé dans la catégorie des espèces à 250-999 individus matures, ce qui correspond à 350-1 500 individus en tout. Même si aucun chiffre précis ne permet de le confirmer, ces effectifs sont considérés en déclin en raison de la réduction de l'habitat que subit l'espèce[7]. La Sittelle kabyle est considérée par l'Union internationale pour la conservation de la nature comme « en danger » depuis 1994[1].

Menaces[modifier | modifier le code]

La principale menace planant sur la Sittelle kabyle est la destruction de son habitat. Les incendies, notamment, détruisent les anciennes forêts mixtes du haut du mont Babor, qui sont remplacées par des végétations plus pauvres, dominées par les cèdres. Le pâturage du bétail et la déforestation illégale (mont Babor et Tamentout) sont une autre menace pour l'habitat, même dans le parc national de Taza[2],[7]. On peut également noter la construction, dans les années 1970, d'une route carrossable qui a conduit à l'érosion des sols et à un risque accru d'incendie, ou encore la lutte antiterroriste dans la région, qui est une source de dérangement pour l'espèce[7],[12]. La Sittelle kabyle pourrait compter plusieurs prédateurs durant l'incubation, comme la Belette (Mustela nivalis), le Lérot commun (Eliomys quercinus) ou le Pic épeiche (Dendrocopos major)[10].

Protection[modifier | modifier le code]

La loi algérienne place l'espèce dans le décret no 83-509 du 20 août 1983 relatif aux espèces animales non domestiques protégées, fixant une liste des 32 espèces d'oiseaux protégées en Algérie[30]. La Sittelle kabyle figure dans une pétition réalisée en 1980 par l'organisme International Council for Bird Preservation (aujourd'hui BirdLife International) et demandant au gouvernement fédéral des États-Unis d'ajouter 60 espèces étrangères aux listes fédérales d'espèces menacées[31]. Cette demande est publiée dans le journal officiel américain (Federal Register) l'année suivante[32], mais ces espèces, dont la Sittelle kabyle, ne rejoignent les listes d'espèces menacées qu'en 1995[31].

La plus grande population se trouve dans une aire protégée, le parc national de Taza[12]. Pour sauvegarder l'espèce, il serait bon de mieux connaître la taille des populations existantes et leurs préférences écologiques. Des mesures de protection ont cependant déjà été avancées, proposant notamment la restauration ou la préservation de l'habitat par la reforestation, la plantation de bois de chauffage en dehors des forêts actuelles, mais aussi la prévention des incendies[7]. Elle sert d'espèce-phare pour la préservation de la forêt du Djebel Babor[33].

La Sittelle kabyle et l'Homme[modifier | modifier le code]

Sittelle avec l'avant de la calotte noir descendant d'un tronc tête la première.
Timbre algérien de 1979 représentant une Sittelle kabyle mâle.

La découverte de l'espèce est d'abord relayée dans Le Monde du 27 juillet 1976 (daté du 28), puis reprise dans la presse mondiale et dans des revues plus spécialisées comme Science et Vie ou La Vie des Bêtes ; elle fait également l'objet d'une interview sur Radio France[8]. Les autorités algériennes nourrissent un vif intérêt pour l'oiseau : en 1979, elles organisent un Séminaire international sur l'ornithologie algérienne du 5 au 11 juin[8] et la même année la poste algérienne consacre un timbre à la Sittelle kabyle[34], d'une valeur faciale de 1,40 dinar et représentant un mâle adulte sur un tronc, tête en bas.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Jacques Vielliard, « La Sittelle kabyle », Alauda, vol. 44, no 3,‎ , p. 351-352
  • (fr) Jacques Vielliard, « Un nouveau témoin relictuel de la spéciation dans la zone méditerranéenne : Sitta ledanti (Aves, Sittidae) », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, vol. 283,‎ , p. 1193-1195 (lire en ligne)
  • (fr) Jacques Vielliard, « Le Djebel Babor et sa Sittelle, Sitta ledanti Vielliard 1976 », Alauda, vol. 46, no 1,‎ , p. 1-42
  • (en) Simon Harrap, « Little known West Palearctic birds: Algerian Nuthatch », Birding World, vol. 5, no 4,‎ , p. 154-156 (lire en ligne)
  • (en) P. Isenmann et D. Monticelli, « Species factsheet: Algerian Nuthatch Sitta ledanti », sur birdlife.org, BirdLife International (consulté le 28 février 2013)

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Union internationale pour la conservation de la nature
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Harrap (1992)
  3. a, b, c, d, e, f, g et h (fr) Lars Svensson (trad. Guilhem Lesaffre et Benoît Paepegaey, ill. Killian Mullarney et Dan Zetterström), Le guide ornitho : Le guide le plus complet des oiseaux d'Europe, d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient : 900 espèces, Delachaux et Niestlé, coll. « Les Guides du Naturaliste », , 446 p. (ISBN 978-2-603-01695-4), p. 348-349
  4. a, b et c (fr) Laurence D., « La sittelle kabyle (Sitta ledanti) : l'oiseau rare. Interview de J.-P. Ledant. », Monde Berbère - Association Culturelle n'Imazighen, (consulté le 29 août 2013)
  5. a, b, c, d et e Vielliard (1978)
  6. a et b Vielliard (1976a)
  7. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j BirdLife International
  8. a, b, c et d (fr) Jacques Vielliard, « Remarques complémentaires sur la Sittelle kabyle Sitta ledanti Vielliard 1976 », Alauda, vol. 48, no 2-3,‎ , p. 139-150
  9. a, b et c (fr) Éric Burnier, « Une nouvelle espèce de l'avifaune paléarctique: la Sittelle kabyle. Sitta ledanti », Nos Oiseaux, vol. 33, fascicule 8, no 365,‎ , p. 337-340
  10. a, b, c, d, e et f Vielliard (1976b)
  11. (de) Von Wulf Gatter et Hermann Mattes, « Zur Populationsgröße und Ökologie des neuentdeckten Kabylenkleibers Sitta ledanti Vielliard 1976 », Journal für Ornithologie, vol. 120, no 4,‎ , p. 390-405
  12. a, b, c et d (en) Simon Harrap et D. Quinn, Tits, Nuthatches and Treecreepers, Londres, Christopher Helm Publishers,
  13. a et b (fr) Jean-Paul Ledant, Paul Jacobs, Bernard Ochando et Jean Renault, « Dynamique de la Forêt du Mont babor et préférences écologiques de la sittelle kabyle Sitta ledanti », Biological Conservation, vol. 32, no 3,‎ , p. 231–254
  14. (fr+en) Paul Isenmann et Aïssa Moali, Oiseaux d'Algérie - Birds of Algeria, Paris, Société d'Études Ornithologiques de France, , 336 p.
  15. (fr) Aïssa Abdelguerfi et S.A. Ramdane, Mises en œuvre des mesures générales pour la conservation in situ et ex situ et l'utilisation durable, y compris les plans, stratégies et législations nationales - Annexes, t. IV, Ministre de l'Aménagement du territoire et de l'Environnement, (lire en ligne), p. 125
  16. (en) D. Monticelli et V. Legrand, « Identification of Algerian Nuthatch », Birding World, vol. 22, no 8,‎ , p. 333-335
  17. a et b (fr) Henri Heim de Balzac, « Commentaires sur la découverte d'un élément imprévu de la faune paléarctique », Alauda, vol. 44, no 3,‎
  18. (en) Alain Dubois et André Nemésio, « Does nomenclatural availability of nomina of new species or subspecies require the deposition of vouchers in collections? », Zootaxa, vol. 1409,‎ , p. 1–22 (lire en ligne)
  19. (en) Laurent Vallotton, « The Altai Nuthatch: a missing link? », Conference: 9th international meeting of bird curator, Darwin State Museum, Moscou,‎ (lire en ligne)
  20. (fr) J.-J. B., « Un oiseau inconnu découvert en Algérie », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  21. a et b (en) Erik Matthysen, The Nuthatches, Poyser, , 315 p. (ISBN 978-0856611018), « Appendix I - Scientific and Common Names of Nuthatches », p. 270
  22. Congrès ornithologique international
  23. (en) Charles Vaurie, « Systematic Notes on Palearctic Birds. No. 29. The Subfamilies Tichodromadinae and Sittinae », American Museum Novitates, no 1854,‎ , p. 1-26 (lire en ligne)
  24. (de) Hans Löhrl, « Vergleichende Studien über Brutbiologie und Verhalten der Kleiber Sitta whiteheadi Sharpe und Sitta canadensis L. », Journal fur Ornithologie, vol. 101,‎ , p. 245-264
  25. (de) Hans Löhrl, « Vergleichende Studien über Brutbiologie und Verhalten der Kleiber Sitta whiteheadi Sharpe und Sitta canadensis L. II. Sitta canadensis, verglichen mit Sitta whiteheadi », Journal für Ornithologie, vol. 102,‎ , p. 111-132
  26. a, b, c, d et e (en) Éric Pasquet, « Phylogeny of the nuthatches of the Sitta canadensis group and its evolutionary and biogeographic implications », Ibis, vol. 140, no 1,‎ , p. 150-156 (DOI 10.1111/j.1474-919X.1998.tb04553.x)
  27. (fr) Jean-Claude Thibault, Jean-François Seguin et Ken Norris, Plan de restauration de la sittelle corse, Parc naturel régional de Corse, , 52 p. (lire en ligne), « Statut taxonomique et origine biogéographique »
  28. a et b (fr) Paul Géroudet, « À propos de la Sittelle kabyle », Nos Oiseaux, vol. 33, fascicule 8, no 365,‎ , p. 340-342
  29. (fr) Mohamed Bellatrèche et Bouzid Chalabi, « Données nouvelles sur l'aire de distribution de la sittelle kabyle Sitta ledanti », Alauda, vol. 58, no 2,‎ , p. 95-97
  30. (fr) Chadli Bendjedid, « Décret n° 83-509 du 20 août 1983 relatif aux espèces animales non domestiques protégées », Journal officiel de la République algérienne,‎ (lire en ligne)
  31. a et b (en) Department of the Interior - Fish and Wildlife Service, « Endangered and Threatened Wildlife and Plants; Addition of 30 African Birds to List of Endangered and Threatened Wildlife », Federal Register, vol. 60, no 8,‎ , p. 2899-2905 (lire en ligne)
  32. (en) Department of the Interior - Fish and Wildlife Service, « Endangered and Threatened Wildlife and Plants », Federal Register, vol. 46, no 91,‎ , p. 26464-26469 (lire en ligne)
  33. (en) Anthony W. Diamond, Rudolf L. Schreiber, Roger Tory Peterson et Walter Cronkite, Save the birds, Boston, Houghton Mifflin, , 384 p. (ISBN 9780395511725, OCLC 19624924)
  34. (fr) Kader Bakou, « Le coup de bill’art du Soir - La Sitelle Kabyle est la vie », sur LeSoirdAlgerie.com (consulté le 5 septembre 2013)
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 18 décembre 2013 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 18 décembre 2013 de cet article a été reconnue comme « article de qualité », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.