Site naturel protégé de la Boucherette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La Boucherette
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Géographie
Adresse
Coordonnées
Ville proche
Superficie
104 ha
Administration
Visiteurs par an
+ de 1000
Administration
DIREN-Bourgogne
Site web
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Green pog.svg

Le site naturel de La Boucherette, situé sur le territoire de la commune de Lugny, au nord-ouest du hameau de Collongette, est un site naturel protégé de 104 hectares que gère la direction régionale de l’Environnement de Bourgogne.

C'est l'un des huit sites gérés par le Conservatoire d'espaces naturels de Bourgogne en Saône-et-Loire[Note 1]. Il eut longtemps Renée Conry, membre du Conservatoire d'espaces naturels de Bourgogne, pour conservatrice bénévole[1].

La Boucherette a été retenue en 2010 pour figurer, avec 31 autres sites bourguignons, dans le réseau « Découvertes nature en Bourgogne ».

La Boucherette a donné son nom à l'une des rues desservant les maisons du hameau de Collongette (rue de La Boucherette)[Note 2].

Statut[modifier | modifier le code]

Le site a été érigé au milieu des années 80 en Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ou Znieff, zones ayant pour objectif la connaissance permanente aussi exhaustive que possible des espaces naturels dont l'intérêt repose soit sur l'équilibre et la richesse de l'écosystème soit sur la présence d'espèces de plantes ou d'animaux rares et menacées).

En 1982, le ministère de l'Environnement avait demandé à des scientifiques de repérer des milieux naturels remarquables. La Société d'histoire naturelle d'Autun avait été chargée de prospecter en Haut-Mâconnais et Tournugeois, et plusieurs sites avaient retenu son attention : les bois et pelouses de Charvençon sur Lugny mais aussi la Combe de Fond-Loup à Martailly-lès-Brancion et le bois de la Montagne sur les communes de Bissy-la-Mâconnaise, Saint-Gengoux-de-Scissé et Azé.

Cette Znieff de type I[Note 3], intitulée « Bois et pelouses de Charvençon », est classée sous le numéro régional : n° 00083312[2].

Plusieurs interlocuteurs sont chargés de la gestion de ce site naturel : le Conservatoire d'espaces naturels de Bourgogne (CENB) pour l'aspect scientifique, la communauté de communes du Mâconnais-Tournugeois pour l'aspect financier et une équipe de bénévoles appuyée par le CENB pour l'entretien[3].

Description[modifier | modifier le code]

Longtemps pâturage communal après avoir été plantée en vigne jusqu’à l’apparition du phylloxéra dans les années 1880, la Boucherette, implantée sur le versant sud du bois de Charvençon, sur le flanc d'une vallée entaillant un plateau calcaire, a été aménagée. Le site se découvre en effet, depuis juin 2000, en empruntant un sentier nature et découverte balisé réservé aux piétons, qui a été équipé de panneaux permettant la découverte d'une faune et d'une flore remarquables.

Ce site remarquable est caractérisé par une végétation réclamant des conditions chaudes et sèches, ainsi qu’un sous-sol calcaire : chênaie pubescente, lande à buis et pelouse calcaire sèche (ou « teppe »).

On y trouve une ancienne « lavière » – d’où l’on extrayait autrefois ces pierres plates utilisées pour couvrir certaines toitures – ainsi qu’une carrière qui, ouverte au milieu du XVIIIe siècle, servit notamment dans les années 1920 à la construction des bâtiments de la cave coopérative de Lugny[4].

Le parcours balisé conduit notamment à un belvédère dont l’altitude de 318,71 mètres est attestée par une borne géodésique en granit de l’IGN posée en 1943/1945 et d’où la vue est imprenable sur le bourg de Lugny, les hameaux de Collongette et de Vermillat et Burgy ainsi que, en direction de l'est, sur le Val-de-Saône et la Bresse et, en direction de Cruzille, sur le vallon de l’Ail.

Flore[modifier | modifier le code]

Une douzaine d'orchidées de type orchis (militaire, pourpre, pyramidal, moucheron…) et ophrys (mouche, bourdon…) peuvent être admirées sur le site (floraison en mai et juin).

Une cinquantaine d'espèces d'arbres – le chêne pubescent étant dominant – et d'arbustes ont été recensées, panonceaux à l’appui, et caractérisent cette lande calcaire avec chênaie pubescente : érable (à feuilles d'obier et champêtre), saule (cassant et marsault), noyer, frêne (commun, oxyphylle et à fleurs), prunellier, pin (sylvestre, noir d'Autriche et laricio de Corse), bouleau verruqueux, merisier, noisetier, troène, hêtre, charme et charmille, cèdre de l'Atlas, cerisier de Sainte-Lucie, tilleul à petites feuilles, châtaignier, marronnier mais aussi des variétés moins « communes » (telles le cornouiller, la coronille arbrisseau, la clématite vigne-blanche, le cytise, le fusain d'Europe, le chèvrefeuille des buissons, l'épine-vinette, le nerprun purgatif, l'aubépine monogyne, le sorbier domestique, la viorne lantane, l'alisier (terminal et blanc), le genévrier commun, le genêt poilu) et des arbres fruitiers poussant à l'état sauvage : pommier, poirier commun, prunier myrobolan...

Le buis, particulièrement bien implanté sur le site, subit, quant à lui, les assauts de la pyrale du buis depuis plusieurs années.

Faune[modifier | modifier le code]

En plus du lézard vert et de la mante religieuse, le site est le refuge de très nombreux oiseaux.

La Boucherette constituait encore il y a quelques années, avant l’accélération du réchauffement climatique, la limite nord de l’aire de répartition de la petite cigale montagnarde. On a récemment pu y voir une cigale commune.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Daniel Conry, La Boucherette : un espace naturel typique du Haut-Mâconnais, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 175 de septembre 2013, pp. 14-18.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Avec le sentier de Longepierre, les prairies et le bocage d'Ouroux-sur-Saône, la réserve naturelle de La Truchère-Ratenelle, le mont Avril (Jambles, Moroges et Saint-Désert), la lande de La Chaume (Le Creusot), les rochers du Carnaval (Uchon) et la carrière de Rampon (Verzé).
  2. Conformément aux dispositions de l'arrêté municipal du 28 juillet 2011 dénommant les « voies et places publiques de la commune ».
  3. Les zones de type I se rapportent à des secteurs de superficie généralement limitée, caractérisés par leur intérêt biologique remarquable (les zones de type II, quant à elles, portant sur de grands ensembles naturels riches et peu modifiés, ou offrant des potentialités biologiques importantes).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Le cœur du Sabot (la lettre aux adhérents du Conservatoire d'espaces naturels de Bourgogne), « 1986-2011 : 25 ans de protection de la nature », n° 9, 2011.
  2. « Bois et pelouses de Charvençon », Diren-Bourgogne
  3. Daniel Conry, La Boucherette : un espace naturel protégé, bulletin municipal de Lugny pour l'année 2015, pp. 28-30.
  4. « La Boucherette », Conservatoire des Sites Naturels Bourguignons