Site de hauteur du Chastel (Taintrux)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chastel.

Site de hauteur du Chastel
Site de hauteur du Chastel (Taintrux)
Vue du site de hauteur du Chastel à Taintrux depuis Vanémont
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Vosges
Coordonnées 48° 15′ 01″ nord, 6° 54′ 10″ est
Altitude 657 m
Superficie 2 hectares

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
Site de hauteur du Chastel
Site de hauteur du Chastel

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Site de hauteur du Chastel
Site de hauteur du Chastel
Histoire
Époque La Tène D1

Le site de hauteur du Chastel (ou du Chazeté, ou encore du Chasté[1]) est un site archéologique situé à Taintrux, au nord-est du département des Vosges (Lorraine).

Description du site[modifier | modifier le code]

Ce site est un plateau de hauteur de 2 hectares, qui culmine à 657 mètres d’altitude, et est fortifié à l’aide d’un rempart de contour[2]. Ce rempart, d’une hauteur conservée comprise entre 1 et 3 mètres et d’une largeur de 3 à 5 mètres, est constitué d’une butte de terre où se mêlent des blocs de grès[3]. Le site est fouillé au cours du XIXe siècle et une meule plate dite « à va-et-vient » est certainement retrouvée[4]. Il pourrait s’agir d’une meule en rhyolite datée de la fin du second âge du fer et taillée aux Fossottes à La Salle. D'autres fouilles archéologiques vont être réalisées en 1975 et 1979, et permettront de découvrir deux bassins taillés dans le socle rocheux en grès, ainsi que des tessons de céramiques attribués à la fin du second âge du fer et plus précisément datés de la Tène D1. À cela s’ajoute la découverte d’une monnaie gauloise, un potin au sanglier. Une pièce en bois est également retrouvée et datée de 10 de notre ère[2]. Les structures remarquées sur ce plateau sont rares, mis à part le rempart, l’entrée en chicane et les deux bassins. Le premier bassin fait 3 mètres de côté par 1,40 mètre de profondeur et le second 3,70 mètres de côté par 1,90 mètre de profondeur[5].

Découvertes[modifier | modifier le code]

En 2000 des fragments de meules rotatives ont été découverts sur le plateau sous une souche d’arbre. En 2004, la découverte de tessons dans une souche d’arbre a déclenché une opération archéologique de sauvetage[6]. Cette opération a permis de trouver plus de 950 tessons de céramique qui ont été étudiés et attribués au second âge du fer[7]. En 2008, un catillus, la meule tournante d’un moulin rotatif, a été découvert dans une souche sur le plateau. Cette partie supérieure d’un moulin laténien est réalisée en rhyolite, qui provient très certainement du site archéologique des Fossottes à La Salle. Le mobilier découvert sur ce site a été déposé au musée Pierre-Noël de Saint-Dié-des-Vosges.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas-François Gravier, Histoire de la ville épiscopale et de l’arrondissement de Saint-Dié, 1836, 400 p.
  2. a et b Stefan Fichtl, La ville celtique, Les oppida de 150 av. J.-C. à 15 ap. J.-C., éditions Errance, Paris, 2005 (deuxième édition corrigée et augmentée), 238 p.
  3. Matthieu Michler et Michel Provost (dir.), Carte archéologique de la Gaule, les Vosges 88, Maison des sciences de l'homme, Paris, 2004, 426 p.
  4. Alban Fournier et Victor Franck, Les Vosges du Donon au Ballon d’Alsace, 1901, 680 p.
  5. Yves Burnand, « Informations archéologiques, Circonscriptions des Antiquités Historiques, Lorraine, Taintrux », dans Gallia, tome 38, fasc. 2, 1980, 543 p.
  6. Pierre-Marie David, « Le Chazeté ou Chastel de Taintrux - La redécouverte d'un site archéologique ? », Rencontres Transvosgiennes - 2011 - Actes de la XIXe journée d'études transvosgiennes, Le Donon, 24 octobre 2009
  7. Martine Aubry-Voirin, Le Chastel 2004, Étude céramologique, 2004, 8p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Martine Voirin, « Les céramiques du Chazeté », Mémoire des Vosges, no 12, Archéologies, 2006, p. 14-17
  • Pierre Fetet et Jean-Jacques Gaffiot, « Fouille verticale au Chazeté », Mémoire des Vosges, no 12, Archéologies, 2006, p. 13-14
  • Jean-Claude Fombaron, « Les découvertes du Chazeté dans l'histoire de la Société philomatique vosgienne, 1875-2005 », Mémoire des Vosges, no 12, Archéologies, p. 11-12

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :