Sister-ship

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sistership)
Aller à : navigation, rechercher
Les sister-ships RMS Olympic et RMS Titanic à Belfast, vers 1912.

Des sister-ships (ou parfois navires-jumeaux[1]) sont des bâtiments identiques : mêmes caractéristiques, même taille, même classe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fabriquer des navires-jumeaux permet aux chantiers navals de faire l'économie de la conception du navire par le bureau d'études, la phase de conception ne se faisant qu'une seule fois pour plusieurs exemplaires du même modèle de bateau.

Il est cependant admis qu'à partir des mêmes plans de base chaque bateau « frère » puisse bénéficier de certaines adaptations en vue d'une affectation différente.

L'exemple le plus frappant est représenté par les cargos américains Liberty Ships et les pétroliers T2 produits en très grandes séries par le magnat américain Harry Kaiser durant la Seconde Guerre mondiale pour remplacer le tonnage coulé par les U-boote allemands.

À noter : le préfixe naval « SS » ne signifie pas sister-ship, mais steam ship (dans le cas d'un bateau à vapeur), ou sailing ship (voilier).

La circulaire MSC/Circ.1158 de l'OMI, du 10 août 2005, indique qu'« un navire jumeau est un navire construit par le même chantier naval à partir des mêmes plans ».

Dans la Marine nationale française, comme dans d'autres marines de guerre une série de navires identiques (ou presque) est dénommée « classe » portant le nom du navire tête de série. Souvent les noms des navires sont choisis de façon affinitaire. Ainsi la série d'escorteurs d'escadre type T47 des années 1950 - 1960 est souvent appelée Classe Surcouf, les navires suivants portant des noms de grands marins français. De même les destroyers anglais de la Seconde Guerre mondiale dénommée Tribal Class portaient des noms de tribus indigènes de l'Empire britannique tels que HMS Zulu, HMS Ashanti, HMS Matabele , HMS Gurkha, etc. Dans la Regia Marina italienne de la Seconde Guerre mondiale, on peut citer la classe des gros destroyers Capitani Romani (aussi dénommés « les consuls » par les marins français), portant des noms de chefs de guerre de l'époque romaine tels que : Pompeo Magno, Cornelio Silla, Scipione Africano, etc.

Cette pratique, d'origine anglo-saxonne est également utilisée pour les voiliers de plaisance monotypes (y compris les plus minuscules) dont les propriétaires se sont regroupés et organisés en association gérant la jauge et les calendriers de régate (on parle de Classe 420, Classe Optimist, Classe Laser, etc.).

Exemples[modifier | modifier le code]

Dans le passé :

Utilisation comme « banque d'organe »[modifier | modifier le code]

La réalisation de sister-ships vise à rationaliser la production et à abaisser les coûts, notamment en commandant en grand nombre des pièces telles que canons, machines, chaudières, moteurs, turbines ou encore hélices, et même s'il existe des différences plus ou moins importantes entre navires d'une même série, la compatibilité est poussée au maximum pour des raisons de gestion d'une flotte. Il n'est pas rare que pour maintenir en service certaines unités vieillissantes ou victimes d'avaries, les services techniques pratiquent la politique de la « banque d'organes » ou de la « cannibalisation ».

Un exemple de ce fait remonte à la Première Guerre mondiale : la Royal Navy avait en service une série (ou Class) de contre-torpilleurs dénommée classe Tribal (en) lancée dans les années 1905 à 1910.

Il advint que deux destroyers de la 6e flottille de défense de Douvres furent endommagés presque simultanément par les Allemands ; fin octobre 1916 , le HMS Nubian (en) eut son tiers avant arraché par l'action d'un torpilleur ennemi, tandis que, une dizaine de jours plus tard le HMS Zulu (en) avait son arrière emporté par l'explosion d'une mine. Grâce aux cloisons étanches, à un échouage rapide sur une plage et à diverses mesures de sauvetage les épaves des deux navires purent être remorquées jusqu'à l'arsenal de Chatham, en aval de Londres, où on entreprit de sauver ce qui pouvait l'être en raccordant l'avant du HMS Zulu à l'arrière du HMS Nubian.

Même s'il y eut quelques difficultés (une dizaine de centimètres de différence de largeur entre les deux coques) l'opération fut menée à bien et le navire résultant fut rebaptisé HMS Zubian (en) (un portemanteau des noms des deux navires donneurs, qui ne correspondait à aucune tribu indigène connue).

Le HMS Zubian (re)lancé début juin 1917 connut une carrière heureuse, se distingua en coulant l'Unterseeboot UC50 et en participant à des attaques sur Zeebruges et Ostende avant d'être ferraillé en 1919.

Notes et références[modifier | modifier le code]