Sister Souljah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sister Souljah
Description de cette image, également commentée ci-après

Sister Souljah au Miami Book Fair International, le 21 novembre 2015.

Informations générales
Nom de naissance Lisa Williamson
Naissance
Bronx, New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Rappeuse
Activités annexes Écrivaine, activiste politique, productrice de films
Genre musical Hip-hop, rap hardcore, rap politique
Site officiel sistersouljah.com

Sister Souljah, de son vrai nom Lisa Williamson, née en 1964 dans le Bronx, New York, est une rappeuse, écrivaine, activiste politique et productrice de films américaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Sister Souljah est née dans le quartier du Bronx, à New York. Elle explique dans son ouvrage No Disrespect être née dans la pauvreté[1]. À 10 ans, elle emménage avec sa famille à Englewood, dans le New Jersey, dont les résidents sont d'origine afro-américaine, ce qui change du Bronx[2]. Englewood compte aussi d'autres artistes comme George Benson, Eddie Murphy, et Regina Belle[3]. Ici, elle étudie à la Dwight Morrow High School[4]. Pensant sa période au lycée, elle traverse des pays comme le Royaume-Uni, la France, l'Espagne, le Portugal, la Finlande et la Russie. Elle travaille aussi dans un centre médical à Mtepa Tepa, un village situé dans le Zimbabwé, et assiste des enfants réfugiés en Mozambique. Elle voyage aussi en Afrique du Sud et en Zambie.

Auteur[modifier | modifier le code]

En 1995, Sister Souljah publie un ouvrage intitulé (en) No Disrespect, Times/Crown/Random House (ISBN 978-0-8129-2483-1). En 1999, elle publie (en) The Coldest Winter Ever, Simon & Schuster (ISBN 0-671-02578-3). Souljah explique avoir été reconnu pour « sa renaissance, ou Chuck D de Public Enemy pourrait appeler une révolution, littéraire[5]. » The Coldest Winter Ever est félicité par la presse spécialisée dans le genre « littérature urbaine »[5].

Une suite indirecte de l'ouvrage, intitulée (en) Midnight: A Gangster Love Story, Atria/Simon & Schuster (ISBN 978-1-4165-4518-7), est originellement annoncée pour le 14 octobre 2008, et publiée le 4 novembre 2008[6] ; elle atteint la septième place de la liste des bestsellers établie par The New York Times entre sa première semaine de publication jusqu'en février 2009[7]. Une autre suite, (en) Midnight and the Meaning of Love, est publiée le 12 avril 2011[8] et un autre ouvrage, A Deeper Love Inside: the Porsche Santiaga Story (ISBN 978-1-4391-6531-7), est annoncé pour le 23 octobre 2012, et publié le 29 janvier 2013[9]. Un troisième opus de Midnight, A Moment of Silence ( (ISBN 978-1-4767-6598-3)), est publié le 10 novembre 2015.

Elle participe aussi occasionnellement aux magazines Essence et The New Yorker[10].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Sister Souljah est à mariée à Mike Rich, avec lequel il met au monde son fils Michael Jr.[11].

Controverse[modifier | modifier le code]

Souljah se popularise pour ses propos concernant les émeutes de 1992 à Los Angeles. Lors d'un entretien le 13 mai 1992, elle explique au Washington Post : « Si les noirs tuent d'autres noirs tous les jours, pourquoi on ne tuerait pas de blancs ?[12] » Ils sont notamment condamnés publiquement par Bill Clinton, alors candidat à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1992 : 360 Degrees of Power

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Siegmund, Heidi, « Disastrous Dalliances : Troubled relations between black men and women in America : NO DISRESPECT, By Sister Souljah (Times Books: $23; 384 pp.) », Los Angeles Times,‎ .
  2. (en) Brody, Leslie. "Souljah's Roots Reach Englewood," The Record (Bergen County), 18 juin 1992, (consulté le 27 novembre 2007). "Sister Souljah, the rap singer who accused Democratic presidential candidate Bill Clinton of racism, began her activist days as a student in Englewood."
  3. (en) She Thang: Profiles—Sister Souljah
  4. (en) Wells, Amy Stuart. Both sides now: the story of school desegregation's graduates, p. 56. University of California Press, 2009. (ISBN 0-520-25677-8). "In fact, Dwight Morrow's artsy reputation was buttressed by its many famous alums, including John Travolta, Sister Souljah, and Sarah Jessica Parker, to name a few."
  5. a et b (en) Daniel D’Addario, « Sister Souljah's New Moment », sur TIME (consulté le 6 mars 2016).
  6. (en) « Midnight: A Gangster Love Story », Simon & Schuster (consulté le 5 mars 2008).
  7. (en) « Hardcover Fiction », NY Times,‎ (consulté le 25 février 2009).
  8. (en) « Updates », sistersouljah.com (consulté le 5 avril 2010).
  9. (en) Simon and Schuster.com, (consulté le 6 juillet 2012).
  10. (en) Sister Souljah, « Mary's World », The New Yorker,‎ .
  11. (en) Minzesheimer, Bob (4 février 2009). "Sister Souljah Rejects Any Labels on Her Literary Output". USA Today.
  12. (en) « David Mills dies; wrote controversial Sister Souljah story for The Washington Post », sur Washington Post (consulté le 25 mars 2014).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :