Sirhan Sirhan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sirhan Sirhan
Sirhan Sirhan.gif
Sirhan Sirhan en 1969.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Sirhan Bishara SirhanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
John Muir High School (en)
Pasadena City College (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Condamné pour
Condamnations
Peine de mort (), emprisonnement (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieux de détention
Correctional Training Facility (en) (années 1970-), prison d'État de Corcoran (-), Richard J. Donovan Correctional Facility (en) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata

Sirhan Sirhan (arabe : سرحان سرحان), né le à Jérusalem, est un chrétien palestinien de nationalité jordanienne jugé coupable de l'assassinat du sénateur américain Robert Francis Kennedy à l'Ambassador Hotel de Los Angeles, le . Condamné à mourir dans la chambre à gaz de la prison d'État de San Quentin, sa peine est finalement commuée en emprisonnement perpétuel par l'effet rétroactif de la décision de la Cour suprême de Californie dans l'affaire California v. Anderson. Il purge cette peine au centre correctionnel Richard J. Donovan (en) dans le comté de San Diego.

En 1989, il déclare au journaliste David Frost : « Mon unique lien avec Robert Kennedy était son soutien à Israël et sa tentative délibérée d'envoyer ces 50 bombardiers [à réaction] en Israël pour causer du tort aux Palestiniens »[1].

En janvier 2022, malgré un préavis positif d'une commission spécialisée, Gavin Newsom, gouverneur de Californie, rejette une demande de libération conditionnelle[2].

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Sirhan Sirhan est le cinquième enfant de parents de confession maronite ; il a plusieurs fois changé de dénomination étant adulte. Il déclare que, enfant, il a été traumatisé par la violence du conflit israélo-arabe et notamment par la mort de son frère aîné, écrasé par un véhicule militaire jordanien qui tentait d'échapper aux « tirs sionistes »[3]. Alors qu'il a 12 ans, sa famille arrive aux États-Unis avec des visas de réfugiés et s'installe brièvement à New York, puis en Californie.

Assassinat de Robert Kennedy et peines[modifier | modifier le code]

Le soir du , il tire au revolver sur Robert Francis Kennedy à Los Angeles, alors que ce dernier vient de remporter les élections primaires de Californie. Neutralisé et désarmé par la foule (notamment par les écrivains George Plimpton, Jimmy Breslin et Pete Hamill, le joueur de football américain Rosey Grier et le médaillé d'or aux JO de 1960, Rafer Johnson), il est rapidement arrêté. Reconnu coupable le , et condamné à mort six jours plus tard, il voit ensuite sa peine atténuée ; il est finalement condamné à la prison à perpétuité en .

Sirhan Sirhan est emprisonné au centre correctionnel Richard J. Donovan (en) en périphérie de San Diego. Auparavant, il a connu quatre établissements pénitentiaires californiens différents : la prison d'État de San Quentin (où il séjourna de 1969 à 1972), la prison d'État de Soledad (en) (où il séjourna de 1972 à 1992), la prison d'État de Corcoran et la prison d'État de Pleasant Valley (en) à Coalinga (où il fut brièvement transféré en , apparemment pour des raisons de sécurité[4]).

Le procureur qui l'a mis en accusation est Lynn Compton, ancien lieutenant de la Easy Company, 506e régiment d'infanterie parachutée, 101e division aéroportée.

Incarcération[modifier | modifier le code]

Le , la presse américaine annonce qu’il a été poignardé par un codétenu. Transporté à l’hôpital, son état se stabilise, par la suite[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Sirhan Felt Betrayed by Kennedy », The New York Times, (consulté le )
  2. « La libération de l’assassin de Robert Kennedy refusée », sur www.msn.com (consulté le )
  3. (en) Cynthia Gorney, « Sirhan », The Washington Post, (consulté le )
  4. (en) Linda Deutsch (en), « Robert F. Kennedy’s killer is moved to new site », The San Diego Union-Tribune, (consulté le )
  5. « L'assassin de Robert F. Kennedy a été poignardé en prison », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Blair Kaiser. R.F.K. Must Die!. The New Edition, Completely Revised & Rewritten. The Overlook Press: Woodstock & New York, 2008 (ISBN 978-1-59020-124-4) ; première édition sous le même titre par E.P. Dutton, 1970