Sirhan Sirhan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sirhan Sirhan
Sirhan Sirhan.gif

Sirhan Sirhan en 1969.

Biographie
Naissance
Nationalités
Formation
John Muir High School (en)
Pasadena City College (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Condamné pour

Sirhan Sirhan, né à Jérusalem le , d'origine transjordanienne, a été accusé de l'assassinat de Robert Francis Kennedy (frère du président des États-Unis John Fitzgerald Kennedy) qui s'est produit le , et condamné à la prison à vie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Sirhan Sirhan est le cinquième enfant de parents de confession maronite ; il a plusieurs fois changé de religion étant adulte. Sa famille arrive aux États-Unis avec des visas de réfugiés alors qu'il a douze ans et s'installe en Californie.

Assassinat de Robert Kennedy et jugement initial[modifier | modifier le code]

Le soir du , il tire au revolver sur Robert Francis Kennedy à Los Angeles, alors que ce dernier vient de remporter les élections primaires de Californie. Il est arrêté. Reconnu coupable le 17 avril 1969, et condamné à mort six jours plus tard, il voit sa peine ensuite atténuée ; il est finalement condamné à la prison à perpétuité en 1972.

Sirhan Sirhan est actuellement emprisonné à la Pleasant Valley State Prison (en) après avoir été, de 1992 à 2009, incarcéré à la prison d'État de Corcoran. Il a déposé quinze demandes de liberté conditionnelle[Quand ?], sans succès. Il est toujours sous les verrous.

Le procureur qui l'a mis en accusation est Lynn Compton, ancien lieutenant de la Easy Company, 506e régiment d'infanterie parachutée, 101e division aéroportée.

Controverses et doutes[modifier | modifier le code]

Au cours du procès, des psychiatres présentés par la défense déclarent que Sirhan, âgé de 24 ans, était à ce moment-là en transe et aurait pu se trouver sous hypnose[1] :

« Le Dr Herbert Spiegel, un spécialiste mondial de l’hypnose de l’Université de Columbia, estime que Sirhan aurait pu être ainsi préparé pour servir de fausse piste et détourner l’attention des enquêteurs de l’assassin réel[2]. »

Pendant les interrogatoires, Sirhan déclare qu’une jeune femme l’a conduit en un lieu sombre, où il a été agressé par une bande, et qu'il ne se rappelle pas avoir tiré sur Kennedy.

En décembre 1998, son avocat, Lawrence Teeter, réclame un nouveau procès qui permet de rassembler quelques preuves intéressantes. L’autopsie, que le procureur n’a pas utilisée pendant le premier procès, établit que :

« la balle fatale a été tirée de derrière le sénateur, à une distance de la cible évaluée à quelques centimètres (huit au maximum). Or, Sirhan se trouvait juste en face de Kennedy et l’arme qu’il tenait dans la main se trouvait à au moins 50 cm et au plus 1,60 mètre de la victime[2]. »

Le médecin légiste qui a fait l'autopsie n'a jamais voulu dire que Shiran avait tué Kennedy, un deuxième tireur restant une possibilité[3].

Public Intelligence a publié le 27 novembre 2011 un document dans lequel l’avocat de Sihran Sihran, jugé coupable de l’assassinat de Robert Kennedy, explique que son client était sous contrôle mental au moment des faits. Il confirme aussi que les balles qui ont tué Kennedy provenaient d’une autre arme que celle de Sirhan Sirhan[4],[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir sur theguardian.com.
  2. a et b « Des recherches ultérieures ont montré qu’il y avait dans l’encadrement de la porte plus d’impacts de balle que de tirs effectués par l’arme de Sirhan, ce qui porte à penser qu’il y eut plus d’un tireur. L’encadrement a été détruit, tout comme une deuxième arme saisie par la police de Los Angeles. On aurait procédé à la destruction sur ordre judiciaire, dont la défense n’a jamais eu vent. » « Robert Kennedy, lui aussi victime d’un complot ? », Gabriel Molina, Granma Internacional, 1er janvier 2007.
  3. Jean-Pax Méfret, 12 Assassinats qui ont changé l'Histoire.
  4. « L'assassin de Bob Kennedy était sous contrôle mental, selon ses avocats ».
  5. « Sirhan Sirhan Hypno-Programmed Assassin Innocence Plea Documents ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Blair Kaiser. R.F.K. Must Die!. The New Edition, Completely Revised & Rewritten. The Overlook Press: Woodstock & New York, 2008 (ISBN 978-1-59020-124-4) ; première édition sous le même titre par E.P. Dutton, 1970