Sireli Bobo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sireli Bobo
Description de l'image Sireli bobo 2.jpg.
Fiche d'identité
Nom complet Sireli Bobo
Naissance (42 ans)
à Rakiraki (Fidji)
Taille 1,91 m (6 3)
Position Ailier
Carrière en senior
PériodeÉquipeM (Pts)a
0000-1999
1999-2000
2001-2002
2004
2004
2004-2005
2005-2007
2007-2013
2013-2014
2014-2015
2015
2015-2016
2016-2017
Red Rock Qauia (Suva)
GDS Cascais
CRC Madrid
Hurricanes
Wellington Lions
Overmarch Parme
Biarritz olympique
Racing Métro 92
Red Hurricanes
Stade rochelais
RC Toulon
Section paloise
RC Strasbourg
? (?)
 ? (?)
? (?)
5 (0)[1]
9 (25)[1]
? (?)
54 (150)[1]
130 (239)[1]
7 (10)[1]
33 (50)[1]
5 (15)[1]
12 (10)
13 (30)
Carrière en équipe nationale
PériodeÉquipeM (Pts)b
2004-2014
 ????-
2004
Drapeau : Fidji Fidji
Drapeau : Fidji Fidji VII
Free Use Pacific Islanders flag.png Pacific Islanders
16 (45)
 ? (?)
3 (10)

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 30 octobre 2015.

Sireli Bobo, né le à Rakiraki (Fidji), est un joueur fidjien de rugby à XV et à VII qui évolue au poste d'ailier (1,91 m pour 99 kg). Il joue en équipe des Fidji de 2004 à 2014. Il est l'oncle d'Ilikena Bolakoro[2], également joueur de rugby professionnel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sireli Bobo connaît une carrière d’une longévité rare[3], jouant dans sept pays différents jusqu’à l’âge de 41 ans.

Formé dans le club de Suva aux Fidji, il débute sa carrière professionnelle en Europe au Portugal puis en Espagne, avant de disputer le Super 12 avec les Wellington Hurricanes.

Il retourne en Europe à Parme puis à Biarritz, où il explose aux yeux du grand public en inscrivant 30 essais en deux saisons, dont un dans chaque finale disputée par le BO en 2006. Il rejoint le Métro-Racing en Pro D2 en 2007, où il reste six saisons pour 47 essais inscrits et participe à la remonté du club en première division.

En février 2014, il est engagé par le Stade rochelais en tant que joker médical[4] et voit son contrat prolongé d'un an en raison de ses 6 essais inscrits[5] entre mars et mai 2014. Il signe ensuite à Toulon en tant que joker Coupe du monde[6] puis à Pau à l'issue de son contrat[7], avant de rejoindre le RC Strasbourg en Fédérale 1[8].

Il retourne aux Fidji où il crée une équipe de rugby à VII avec laquelle il continue de jouer[9].

Carrière[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Il a obtenu sa première cape internationale le à l’occasion d’un match contre l'équipe des Tonga à Nukuʻalofa.

Avec les Barbarians[modifier | modifier le code]

En novembre 2005, il est sélectionné avec les Barbarians français pour jouer un match contre l'Australie A à Bordeaux. Les Baa-Baas s'inclinent 42 à 12[11].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Statistiques en équipe nationale[modifier | modifier le code]

Sireli Bobo compte 16 sélections, dont 15 titularisations, entre le contre les Tonga et le contre les Samoa. Il inscrit neuf essais, pour un total de 45 points. Il obtient cinq sélections en 2004, cinq en 2005, deux en 2007, une en 2010, quatre en 2013 et deux en 2014[12].

Il participe à une édition de la Coupe du monde en 2007 où il obtient deux sélections, contre le pays de Galles et l'Afrique du Sud[13].

Avec les Pacific Islanders, il dispute trois tests, en 2004, deux en tant que remplaçant face à l'Australie et la Nouvelle-Zélande, et un en tant que titulaire face à l'Afrique du Sud.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g « Sireli Bobo », sur www.itsrugby.fr (consulté le 26 juillet 2015)
  2. Nicolas Bridoux, « La fraîcheur retrouvée », Sud Ouest,‎
  3. « "C'est juste un nombre" », Sud Ouest,‎
  4. La Rochelle: Sireli Bobo arrive en tant que joker
  5. Stade Rochelais : Sireli Bobo prolonge d'un an
  6. « Toulon, roi des jokers », L'Equipe,‎
  7. Denys Kappès-Grangé, « Ce sera avec "l'artiste" », Sud Ouest,‎
  8. « Sireli Bobo, une vieille star du rugby fidjien qui ne s'est pas perdue à Strasbourg », 20 minutes,‎
  9. Gilles Navarro, « Top 14 : Sireli Bono a retrouvé le bouclier de Brennus », Sud Ouest,‎
  10. Racing-Métro : Lorenzetti remercie six partants
  11. « Barbarian Rugby Club vs Australie », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français (consulté le 6 décembre 2016)
  12. (en) « Sireli Bobo », sur espn.co.uk (consulté le 26 septembre 2015).
  13. (en) « Sireli Bobo : IRB Rugby World Cup », sur espn.co.uk (consulté le 26 septembre 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Navigation[modifier | modifier le code]