Sionologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Sionologie (en russe : сионология sionologiya), aussi nommée Antisionisme soviétique, est une doctrine politique de l'Union soviétique adoptée dans le cadre de la Guerre froide, et intensifiée après la Guerre des Six Jours. Elle a été commanditée par le Département de la propagande du Parti communiste de l'Union soviétique et par le KGB. Fortement antisioniste, la sionologie affirme que le sionisme est une forme de nationalisme bourgeois, de racisme à base théocratique, d'impérialisme et de colonialisme terrirorial, et l'assimile parfois au fascisme. Selon le point de vue israélien, la sionologie est une forme de l'antisémitisme en URSS, tandis que selon le point de vue soviétique elle était science sociopolitique opposée au nationalisme et au racisme sous toutes leurs formes, les sionologistes déclarant donc qu'ils n'étaient pas eux-mêmes antisémites ni racistes, mais seulement opposés à « la pratique politique de la bourgeoisie juive alliée aux sphères monopolistiques des États-Unis »[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Dans la pratique, les sionologistes ne se sont jamais astreints à respecter des méthodes scientifiques mais se sont comportés en propagandistes de la politique officielle soviétique anti-israélienne et anti-occidentale, qui résultait de la Guerre froide. Quoi qu'ils se soit défendus d'être antisémites, ils ont fréquemment recyclé dans le marxisme-léninisme de vieux clichés, préjugés et pamphlets antisémites.

Le sionisme, mouvement pour le retour du peuple juif en Palestine, et son autodétermination sur la terre d'Israël, avait été initialement fortement influencé par les courants socialistes (qui se traduisait entre autres sur le terrain par la création de kibboutzim ; d'ailleurs l'URSS avait initialement été favorable à la création de l'État d'Israël). Mais après qu'Israël se soit allié aux États-Unis dans la Guerre froide, les sionologistes accusèrent le sionisme de « pratiquer un chauvinisme et un anticommunisme militant »[1].

Comme l'Union soviétique proclamait suivre l'idéologie communiste qui déclare l'égalité universelle entre tous les hommes, les autorités soviétiques se disaient officiellement opposées à toute sorte de discrimination, de racisme, d'antisémitisme ou d'anti-arabisme. C'est pourquoi l'antisionisme et la sionologie étaient présentés comme totalement non-racistes, mais en opposition avec Israël. Pour preuves, ils insistaient sur le fait que plusieurs sionologistes notables étaient des Juifs soviétiques chargés de représenter une opinion experte.

Néanmoins, de nombreux historiens, y compris certains en Union soviétique, remarquèrent que la sionologie reprenait des thèmes antisémites. En novembre 1975, l'historien et académicien soviétique M. Korostovtsev, écrivit une lettre au secrétaire du Comité central, Mikhaïl Souslov, concernant le livre La Contre-révolution en marche de Vladimir Begun : « …il attise de manière perceptible l'antisémitisme sous le couvert de l'antisionisme. »

Certains articles et livres de sionologie furent inclus dans la liste des lectures obligatoires du personnel des armées, du NKVD et de la milice, des étudiants, des professeurs et des membres du Parti communiste, et furent publiés en masse.

La troisième édition de la « Grande Encyclopédie soviétique » en trente volumes (Большая Советская энциклопедия, БСЭ), publiée de 1969 à 1978, identifie le sionisme au racisme et affirme que :

  • « les postulats principaux du sionisme moderne sont le chauvinisme, le racisme, l'anticommunisme et l'antisoviétisme militants »
  • « l'essence réactionnaire anti-humaine du sionisme est un combat dissimulé et non dissimulé contre les mouvements de libération et contre l'URSS »
  • « l'Organisation sioniste mondiale possède des fonds financiers importants, obtenus pour partie grâce aux monopolistes juifs et pour partie collectés par les œuvres de charité juive obligatoires. Elle influence et contrôle aussi une partie importante des médias occidentaux »
  • « servant comme avant-garde du colonialisme et du néo-colonialisme, le sionisme international participe activement au combat contre les mouvements de libération nationale des peuples d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine »
  • « Un processus naturel et objectif d'assimilation des Juifs grandit dans le monde entier »[2]

Dans son livre A History of the Jews in the Modern World (« Une histoire des Juifs dans le monde moderne »), Howard Sachar décrit l'ambiance de la campagne antisioniste soviétique après la Guerre des Six Jours :

« Fin juillet 1967, Moscou lança une campagne de propagande sans précédent contre le sionisme considéré comme une « menace mondiale ». La défaite n'était pas attribuée au petit Israël seul, mais à une force internationale superpuissante… [le capitalisme mondial et les États-Unis dont Israël était présenté comme la marionnette] …dans sa vulgarité flagrante, le nouvel assaut de propagande atteint rapidement des caractéristiques de type nazi. Le public soviétique était saturé d'allégations racistes. Des extraits du livre de triste notoriété de Trofim Kichko « Judaïsme sans embellissement », furent republiés abondamment dans les médias soviétiques. Le livre « Attention ! Sionisme » de Youri Ivanov qui recopie essentiellement les « Protocoles des sages de Sion » reçoit une diffusion nationale »

[3].

Paul Johnson et d'autres historiens affirment que la résolution 3379 de l'Assemblée générale des Nations unies du 10 novembre 1975, qui classe le sionisme parmi les racismes, était orchestrée par l'URSS. Cette résolution a été abrogée par la résolution 4686 en décembre 1991, date qui coïncide avec l'effondrement du bloc soviétique.

Un autre thème récurrent de la sionologie est l'allégation de liens secrets entre les nazis et les dirigeants sionistes. La thèse doctorale en 1982 de Mahmoud Abbas, cofondateur du Fatah et un des leaders de l'Organisation de libération de la Palestine, qui obtint son doctorat en histoire au Collège Oriental de Moscou, a pour titre : La Connexion Secrète entre les Nazis et les Dirigeants du Mouvement Sioniste[4].

Livres de sionologie[modifier | modifier le code]

  • (ru): Judaïsme Sans Embellissement par Trofim K. Kichko, publié par l'Académie des Sciences d'Ukraine en 1963:
« C'est dans l'étude du judaïsme, dans l'Ancien Testament et dans le Talmud, que les militaristes israéliens trouvent leur inspiration pour leurs actes inhumains, leurs théories racistes et leur dessein expansionniste…»

Un tollé mondial a forcé la Commission idéologique du Parti communiste à reconnaître en avril 1964, que le livre « pouvait être interprété dans un esprit d'antisémitisme ». Mais le 20 janvier 1968, la Pravda Ukrainy, le journal officiel du Parti communiste d'Ukraine (PCU) annonce que le Conseil suprême du PCU a décerné à Kichko un diplôme d'honneur. Son autre livre, Judaïsme et Sionisme (1968), parle « d'idée chauvine du peuple juif élu de Dieu…et son idée de dominer tous les autres peuples du monde »

  • (ru): La Contre-Révolution en Marche par Vladimir Begun, Minsk, 1974
Affirme que la Torah est un recueil inégalé de personnes assoiffées de sang et d'hypocrisies, de trahisons, de perfidies et de dévergondages.
  • (ru): Sionisme au service de l'Anti-Communisme par V.V. Bolchakov
Contient des accusations que les sionistes ont "servi de cinquième colonne à Hitler afin d'établir la domination du monde par les nazis allemands".
  • (ru): Attention! Sionisme, par Yury Ivanov, Evgeniy Evseev, 1969[5].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Expression de Youri Ivanov son livre de 1969, Attention! Sionisme.
  2. (ru) : « Сионизм »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (Большая советская энциклопедия)
  3. (en): Howard Sachar, A History of the Jews in the Modern World (Knopf, NY. 2005) p.722
  4. (en): [1] et [2]
  5. (ru): [3] sur un site web ultranationaliste russe

Références[modifier | modifier le code]

  • (en): Portraits of Infamy: A Study of Soviet Antisemitic Caricatures and Their Roots in Nazi Ideology par Abraham Cooper. L.A. Centre Simon-Wiesenthal, 1986.
Présenté aux discussions de la conférence d'Helsinki sur la sécurité et la coopération en Europe, Berne, Mai 1986. Contient des illustrations de caricatures antisémites soviétiques, parfois identiques à celles des nazis, spécialement celles du Der Stürmer. Compare l'utilisation soviétique et nazie des thèmes antisémites classiques tels que la déshumanisation des Juifs, le Juif comme manipulateur belliciste et cupide, la conspiration juive mondiale, etc. Met en exergue l'identification soviétique des Israéliens aux nazis.
  • (en): The Nazification of Russia: Antisemitism in the Post-Soviet Era par Semyon Reznik. Wash., DC: Challenge Publications, 1996.
  • (en): Russian Antisemitism, Pamyat, and the Demonology of Zionism par William Korey. Chur (Suisse): Harwood Academic Publishers pour le Centre International Vidal Sassoon de l'Étude de l'Antisémitisme, Université hébraïque de Jérusalem, 1995.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]