Sinistrose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sinistrose (homonymie).
image illustrant la psychologie
Cet article est une ébauche concernant la psychologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Sinistrose

Classification et ressources externes

CIM-10 Z76.5
CIM-9 V65.2
MeSH D008306
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La sinistrose, simple névrose de revendication pouvant entraîner des attitudes complexes, est un trouble mental qui survient à la suite d’un sinistre (accident de la vie) ou d’un préjudice corporel susceptible d’être indemnisé. Après le traitement ou la guérison des blessures, la victime persiste, jusqu'à l'obstination, à revendiquer afin de profiter d’une réparation financière maximale.

Considérée comme une névrose de compensation, ce syndrome se manifeste par un état pathologique qui tend à conserver ou à exagérer des symptômes physiques ou psychologiques d'une affection, des suites d'une opération chirurgicale, d'un accident du travail ou de la circulation[1]. La sinistrose diffère du trouble de somatisation et du trouble factice[2].

Le terme sinistrose a été créé par le Docteur Édouard Brissaud en 1908. Cette notion apparaît dans l’ouvrage de référence en la matière, le Manuel de psychiatrie d'Henri Ey.

Origine du terme[modifier | modifier le code]

E. Brissaud et son équipe en 1899 à L'Hôtel-Dieu de Paris

Le terme s'est construit sur la base du mot latin sinister, signifiant « ce qui est à gauche », donc défavorable, préjudiciable. Cette racine est associée à un suffixe généralement pour les termes médicaux ose (exemple : névrose, psychose)[3].

Ce terme a été proposé en 1908 par le neurologue parisien d'origine bisontine Edouard Brissaud (1853-1909), ancien élève des professeurs Charcot, Broca, et Lasègue, afin de désigner une nouvelle pathologie apparue avec la loi du 9 avril 1898 sur l'indemnisation des accidents de travail.

Le docteur Brissaud définit la sinistrose comme « un état psychopathique spécial qui procède uniquement d'une interprétation erronée de la loi et consiste en une sorte de délire raisonnant fondé sur une idée fausse de revendication» imputable «non pas à l'accident mais à l'accidenté ».

Article connexe : Édouard Brissaud.

Le terme d'origine médicale de « sinistrose », tel qu'il est défini dans cet article, ne doit pas être confondu avec le mot familier, de même nature, désignant un état exagérément pessimiste tel qu'il est défini dans un dictionnaire de la langue française[4].

Étiologie[modifier | modifier le code]

Un accident tel qu'il peut survenir durant une activité professionnelle peut entraîner, surtout chez des personnes, auparavant fragilisées, des réactions psychologiques inadaptées entraînant des comportement et des malaises divers donnant l’impression de ne pas pouvoir reprendre une vie normale[5].

La personne atteinte de ce syndrome cherche ainsi à faire prévaloir la gravité des conséquences de son sinistre afin d'obtenir un réconfort et une indemnisation en rapport avec le préjudice ressenti[6].

Ce type de comportement et cette situation sont souvent à l’origine de revendications multiples, notamment à l’égard des experts et des spécialistes y compris ou niveau des services chargés de reconnaître un préjudice (comme preuve du dommage subi).

Cependant, il ne s’agit pas de simulation, le sujet étant lui-même convaincu de la réalité des souffrances liées à l’accident pouvant dés lors alors entraîner à des situations complexes,

Traitement[modifier | modifier le code]

La souffrance physique étant un élément très subjectif susceptible de se transformer en douleur morale, le traitement de la sinistrose peut nécessiter une prise en charge de nature psychothérapique, voire médicamenteuse avec une prescription d'anxiolytiques ou d'antidépresseurs.

La sinistrose dans la littérature[modifier | modifier le code]

Au delà du terme psychiatrique, le Dr Brissaud aurait servi de modèle pour le personnage du docteur du Boulbon[7] dans le roman de Marcel Proust, dénommé À la recherche du temps perdu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de santedoc, page sur la sinistrose
  2. (en) R. Rogers Clinical Assessment of Malingering and Deception 3rd Edition, Guilford, 2008. (ISBN 1-59385-699-7).
  3. Site de l'Histoire de la psychiatrie en France
  4. Site de Larousse, définition de la sinsitrose
  5. Site de Top santé sur la sinistrose
  6. Site de santedoc, page sur la sinsitrose
  7. Edward Bizub, Proust et le Moi divisé : La Recherche : Creuset de la psychologie expérimentale (1874-1914), Genève, librairie Droz, 2006, p. 174 (extrait).