Singularité en analyse complexe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En analyse complexe à une variable, une singularité isolée d'une fonction f est un point Z au voisinage épointé duquel la fonction f est définie et holomorphe. Autrement dit, on dispose d'une fonction f d'une variable complexe régulière (= holomorphe) définie sur un ouvert U du plan complexe ℂ ; une singularité isolée de f est un point isolé du bord de U. Le premier paragraphe précise la définition.

Les singularités isolées se classent en trois types : singularités effaçables ou apparentes, pôles, et singularités essentielles.

Définition détaillée[modifier | modifier le code]

Une fonction holomorphe est une fonction f d'une variable complexe, définie et dérivable sur un ouvert U. Une telle fonction est développable en série entière au voisinage de chaque point de U : ce premier résultat révèle la rigidité qui caractérise l'analyse complexe. On peut s'intéresser au comportement de f sur le bord de U. Si le bord de U est un ensemble de points isolés, on dit que f est méromorphe et une singularité isolée de f est un point isolé du bord de U.

Étudier les singularités d'une fonction méromorphe, c'est étudier le comportement de f en les points isolés du bord de U. On peut alors définir les singularités de f comme les nombres complexes au voisinage épointé desquels f définit une fonction holomorphe. On parle simplement de « singularités » puisque par définition les singularités d'une fonction méromorphe sont toutes des singularités isolées et on n'étudie pas les autres cas.

Pour des raisons pratiques et calculatoires, de nombreux auteurs se placent directement sur un « disque épointé » : un disque D épointé en Z est un disque de centre Z privé du point Z. Autrement dit, D est l'ensemble des nombres complexes z tels que 0<|z-Z|≤rr est le rayon du disque épointé. Bien sûr, un disque épointé est un cas particulier de voisinage épointé.

Classification[modifier | modifier le code]

Singularité effaçable[modifier | modifier le code]

Une singularité d'une fonction holomorphe est dite effaçable ou apparente si se prolonge au voisinage de en une fonction holomorphe. Autrement dit, on peut « effacer » la singularité , l'oublier, et penser comme une fonction holomorphe définie au voisinage de .Le résidu de en serait nul.

Théorème de prolongement de Riemann — Les conditions suivantes sont équivalentes :

  1. La singularité de est effaçable.
  2. possède un prolongement continu en .
  3. Il existe un voisinage épointé de sur lequel est bornée.
  4. .

Exemple : 0 est une singularité effaçable de la fonction ℂ*→ℂ, z↦(sin z)/z.

Pôle[modifier | modifier le code]

La singularité est appelée un pôle de si :

  • la singularité est non effaçable et
  • pour entier suffisamment grand, la fonction se prolonge en une fonction holomorphe en .

Le plus petit entier possible est appelé l'ordre du pôle . Il est donc strictement positif et caractérisé, d'après le théorème précédent, par le fait que quand tend vers , tend vers une limite finie non nulle.

Une singularité de est un pôle si et seulement si tend vers l'infini en .

Les fractions rationnelles sont des exemples typiques de fonctions présentant des pôles. On peut aussi citer les célèbres fonctions gamma d'Euler et zêta de Riemann qui présentent toutes les deux des pôles.

Singularité essentielle[modifier | modifier le code]

La singularité est essentielle dans tous les autres cas. Le comportement de au voisinage épointé de est dans ce cas très compliqué. En particulier, on peut citer le théorème de Weierstrass-Casorati et les deux théorèmes de Picard.

Exemple classique : 0 est une singularité essentielle de la fonction ℂ*→ℂ, z↦exp(1/z).

Série de Laurent[modifier | modifier le code]

Article détaillé : série de Laurent.

Si f est une fonction holomorphe sur un disque épointé D de centre et de rayon r, il existe une unique suite de complexes telle que sur D:

,

où la série converge normalement sur tout compact du disque épointé D.

On peut lire la nature de la singularité sur la suite des coefficients d'indice strictement négatif:

Relation série de Laurent/singularité
Nature de la singularité Information sur les coefficients de la série de Laurent
Singularité effaçable Les coefficients an sont nuls pour les indices n<0
Pôle d'ordre k Les coefficients an sont nuls pour les indices n < -k et a-k ≠ 0
Singularité essentielle Il existe une infinité d'indices négatifs n pour lesquels an est non nul

Voir aussi[modifier | modifier le code]