Sinanodonta woodiana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sinanodonta woodiana
Description de cette image, également commentée ci-après
Anodonte de Chine, deux individus vivant (Japon, Imutaike Prefectural Natural Park)
Classification
Règne Animalia
Embranchement Mollusca
Classe Bivalvia
Sous-classe Palaeoheterodonta
Ordre Unionoida
Famille Unionidae
Genre Sinanodonta

Nom binominal

Sinanodonta woodiana
(Lea, 1834)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

L'anodonte chinois (ou encore Chinese pond mussel, Eastern Asiatic freshwater clam, Chinese giant mussel' ou swan-mussel pour les anglophones, et dont le nom scientifique est Sinanodonta (Anodonta) woodiana, ou Anodonta woodiana, est une espèce de mollusque bivalve d'eau douce de la famille des Unionidae. Ce bivalve qui fait partie des moules d'eau douce, parfois qualifié de « géant » peut atteindre une taille considérable (jusqu'à 30 cm selon Pou-Rovira et al., 2009).

Cette espèce devenue localement invasive là où elle a été introduite hors de son milieu d'origine (probablement presque toujours via des poissons parasités par la larve glochidie de cette espèce[1], en particulier les carpes Ctenopharyngodonidella, Aristichthys nobilis et Hypophthalmichthys molitrix.

Distribution[modifier | modifier le code]

La distribution originelle de cette moule d'eau douce est la partie orientale de l'Asie (îles du Japon y compris) et probablement principalement des fleuves Amour et Yangtze[2].

Habitat[modifier | modifier le code]

Cet organisme filtreur semble assez ubiquiste, pouvant être trouvé dans de grands fleuves et jusque dans les grands lacs et mares où il vit dans le sédiment.

Description[modifier | modifier le code]

On peut facilement confondre la forme de la coquille avec celle d'autres espèces d'anodontes. Par exemple un inventaire naturaliste fait en 1993[3] et des études plus détaillées faites en 1994-1996[4],[5] dans les réservoirs de Konin en Pologne avaient conclu à la présence de 3 morphes (formes) différents de l'espèce Sinanodonta woodiana, mais deux de ces formes avaient préalablement été identifiées à tort comme Sinanodonta gibba (Bensen) et Sinanodonta orbicularis (Heude) (Starobogatov, unpublished data) jsuqu'à ce que des analyses génétiques infirment cette identification[6],[7],[8]. Finalement selon Piechocki et Riedel (1997)[9], ces lacs n'abritent plus qu'une seule espèce qui est bien A. woodiana, telle que décrite par Kiss[10],[11].

L'espèce est polymorphe (forme et couleur différente selon le type d'habitat et la température) et la forme de la coquille (dans le sens d'un allongement) avec l'âge du mollusque.
Il s'en distingue théoriquement par la forme de la coquille, une nuance rosée de sa nacre et une texture rugueuse de la « sculpture umbonale » (relief de l'umbo, le bec de la coquille, côté externe près de la charnière), mais en raison d'un haut degré de polymorphisme[2], seul un spécialiste, via des analyses génétiques peut déterminer l'espèce avec certitude.

Écologie[modifier | modifier le code]

Anodonta (Sinanodonta) woodiana, comme tous les anodontes effectue une partie de son cycle de vie avec une phase larvaire parasitaire (glochidium) sur un hôte qui doit être un poisson, lequel joue un rôle important dans la dispersion des larves.

Selon Douda et al (2012), alors que certains unionidae nécessitent des hôtes très spécifiques, Sinanodonta woodiana semble généraliste en termes d'hôtes, ce qui lui donne a priori un grand avantage compétitif. Les glochidies ont été capables de terminer leur cycle de croissance sur tous les poissons testés, qu'il s'agisse d'espèces co-invasive, ou d'espèces avec lesquelles cette moule d'eau douce n'avait jamais été en contact[12].

Invasivité[modifier | modifier le code]

Ce mollusque a récemment été introduit dans de nombreuses autres régions du monde souvent via des carpes chinoises ou des poissons rouges porteurs de glochidies, où il peut entrer en concurrence avec des espèces autochtones partageant la même niche écologique. Grâce à son mode de reproduction[13], ses populations semblent en développement rapide et de nouveaux signalements sont régulièrement faits[14]. Sa première occurrence aux États-Unis a été dans un bassin d'une ancienne ferme de pisciculture[15]. Le rejet de poissons-rouges dans l'environnement ou la translocation de poissons par des pêcheurs ont aussi pu contribuer à la dispersion de l'espèce.

On trouve maintenant cette espèce au moins dans les régions et pays suivants :

Accidentellement introduit dans le système des heated Konin lakes system au milieu des années 1980, il était trouvé sur les franges de 5 des lacs de ce complexe, dans un réservoir et dans la plupart des cours d'eau de décharge ou d'alimentation de ces lacs, semblant préférer des habitats plutôt de courant rapide et d'eaux chaudes ; il est dans cette région devenu le mollusque dominant et même l'espèce benthique dominante, dans la plupart des habitats qu'il occupe avec une biomasse dépassant 10 kg/m2 avec souvent plus de 40 individus par mètre carré[2]. Il pourrait donc être favorisé par la pollution thermique[2].

Statut UICN[modifier | modifier le code]

L'espèce est classée LC (iucn3.1)[35]

Parasites[modifier | modifier le code]

Cette espèces peut être parasitée par divers organismes, dont :

Mesures de gestion[modifier | modifier le code]

Les réempoissonnements à partir de piscicultures sont à proscrire si les poissons peuvent être porteurs de glochidies. Une pisciculture du New Jersey a été racheté par la New Jersey Conservation Foundation à des fins de conservation ; tous les poissons, dont certains étaient apparemment la carpe à grosse tête (Hypophthalmichys nobilis espèce invasive elle-même, ont été éradiqués avec un traitement à la roténone (J. Bowers-Altman, comm. cité par l'USGS [37]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Notes et références autres que taxonomiques[modifier | modifier le code]

  1. Douda K, Vrt ı lek M, Slav ı k O, Reichard M (2011) The role of host specificity in explaining the invasion success of the freshwater mussel Anodonta woodiana in Europe. Biological Invasions, https://dx.doi.org/10.1007/s10530-011- 9989-7
  2. a b c et d Andrzej Kraszewski, Bogusaw Zdanowski (2001), The distribution and abundance of the chinese mussel Anodonta woodiana (Lea, 1834) in the heated konin lakes, Archives of Polish Fisheries, Vo 9, Fasc 2, 235-265
  3. Protasov A. A., Afanasjev S. A., Zdanowski B. 1993 - Natural self-purification systems of Konin lakes - Komun. Ryb. 6: 6-9Protasov A. A., Afanasjev S. A., Zdanowski B. 1993 - Natural self-purification systems of Konin lakes - Komun. Ryb. 6: 6-9 (en polonais)
  4. Protasov A. A., Afanasjev S. A., Sinicyna O. O., Zdanowski B. (1994) Ecological disturbances in heated Konin lakes. Composition and functioning of benthnic communites - Arch. Pol. Fish. 2 (2): 257-284
  5. Protasov A. A., Zdanowski B, Sinicyna O. O., Afanasjev S. A. , Tunowski J. (1997) Structure and functioning of zooperyfiton and benthos communites of the channels of heated lakes of Koniñskie district - Arch. Pol. Fish. 5 (1): 77-98
  6. Soroka M. 1998 - Conchiological and genetic variation of Anodonta (Bivalia: Unionidae) in the Konin Lakes - Folia. Malac. 6: 81.
  7. Soroka M. 1999 - Genetic study of the different freshwater bivalves in Poland - Polish Zoological Sympo - sium. Ed. High Pedagogical of S³upsk: 260-261 (en polonais).
  8. Soroka M., Zdanowski B. 2001 - Morphological genetic variability of the population of Anodonta woodiana (Lea 1834) occuring in the heated Konin water reservoir - Arch. Pol. Fish 9: 239-252
  9. Piechocki A., Riedel A (1997) Mollusca. Ed. J. Razowski. Checklist of Animals of Poland. Classification and Evolution Institute of Animals, Polish Academy of Science. Kraków 4: 104-121 (en polonais)
  10. Kiss A (1992) Anodonta woodiana woodiana (Lea 1834), (Bivalvia: Unionacea) in Hungary - Atti Congresso di Parma, 11 - 13 ottobre 1990, Lavori S. I. M., Parma, 24: 171-176
  11. Kiss A. (1995) The propagation, growth and biomass of the chinese huge mussel (Anodonta woodiana woodiana 1834) in Hungary. University of Agricultural Sciences of Godollo. Hungary. Privat Edition, Second Ed., 33 pp
  12. Douda, K., Vrtílek, M., Slavík, O., & Reichard, M. (2012) The role of host specificity in explaining the invasion success of the freshwater mussel Anodonta woodiana in Europe. Biological Invasions 14:127-137. [1]
  13. Dudgeon D, Morton B (1983) The population dynamics and sexual strategy of Anodonta woodiana (Bivalvia: Unionacea) in Plover Cove Reservorir, Hong Kong. Journal of Zoology (London) 201: 161–183, « http://dx/ »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). doi.org/10.1111/j.1469-7998.1983.tb04268.x
  14. Popa, O. P., Kelemen, B. S., Murariu, D., & Popa, L. O. (1834) New records of Sinanodonta woodiana. Lea, 265-267.
  15. Bogan AE, Bowers-Altman J, Raley ME (2011) A new threat to conservation of North American freshwater mussels: Chinese Pond Mussel ( Sinanodonta woodiana ) in the United States. Tentacle 19: 39–40
  16. Hubenov Z (2006) Anodonta (Sinanodonta) woodiana (Lea, 1834)(Mollusca: Bivalvia: Unionidae) : a new invasive species for the Bulgarian malacofauna. Acta zoologica bulgarica, 58(1), 37-42.
  17. Beran, L. (2002) Vodní měkkýši České Republiky - rozšíření a jeho změny, stanoviště, šíření, ohrožení a ochrana, červený seznam. Aquatic moluscs of the Czech Republic - distribution and its changes, habitats, dispersal, threat and protection, Red List. - Sborník přírodovědného klubu v Uherském Hradišti, Supplementum 10, 258 pp.
  18. Beran L. (1997). "First record of Sinanodonta woodiana (Mollusca: Bivalvia) in the Czech Republic". Acta Societatis Zoologicae Bohemicae 61: 1-2.
  19. Novák J. (2004) Třetí potvrzený nález škeble asijské v ČR. https://www.biolib.cz/cz/article/id2/
  20. Modèle:Cs icon Horsák M., Juřičková L., Beran L., Čejka T. & Dvořák L. (2010). "Komentovaný seznam měkkýšů zjištěných ve volné přírodě České a Slovenské republiky. [Annotated list of mollusc species recorded outdoors in the Czech and Slovak Republics]". Malacologica Bohemoslovaca, Suppl. 1: 1-37. PDF.
  21. Girardi H, Ledoux JC (1989) Présence d’ Anodonta woodiana (Lea) en France (Mollusques, Lamellibranches, Unionidae). Bulletin Mensuel de la Société Linnéenne de Lyon 58: 186–290
  22. THOMAS, A., & CHOVET, M. (2013). Découverte de l'Anodonte chinoise Sinanodonta woodiana (Lea, 1834)(Mollusca, Bivalvia, Unionidae) dans le canal d'Orléans (Loiret, France). MalaCo, 9, 463-466.
  23. Petró E (1984) Occurrence of Anodonta woodiana woodiana (Lea, 1834) in Hungary. Állatani Közlemények 71: 189– 191
  24. Munjiu O, Shubernetski I (2008) First record of Sinanodonta woodiana (Lea, 1834) (Bivalvia: Unionidae) in Moldova. Aquatic Invasions 3: 441–160, https://dx.doi.org/10.3391/ ai.2006.1.3.10
  25. Kraszewski, A. and B. Zdanowski (2007) Sinanodonta woodiana (Lea, 1834) (Mollusca) - a new mussel species in Poland: occurrence and habitat preferences in a heated lake system. Polish Journal of Ecology 55(2): 337-356
  26. Domagala J, Labecka AM, Migdalska B, Pilecka-Rapacz M (2007) Colonization of the channels of Miedzyodrze (north-western Poland) by Sinanodonta woodiana (Lea, 1834) (Bivalvia: Unionidae). Polish Journal of Natural Sciences 22: 679–690, https://dx.doi.org/10.2478/v10020- 007-0058-8
  27. Popa, O. P., B. S. Kelemen, D. Murariu, and L. O. Popa. 2007. New records of Sinanodonta woodiana (Lea, 1834) (Mollusca: Bivalvia: Unionidae) from eastern Romania. Aquatic Invasions 2(3): 265-267
  28. Popa, O. and L. O. Popa. 2006. Sinanodonta woodiana (Lea, 1834), Corbicula fluminea (O. F. Muller, 1774), Dreissena bugensis (Andrusov, 1897) (Mollusca: Bivalvia): alien invasive species in Romanian fauna. Travaux du Museum National d'Histoire Naturalle 49: 7-12.
  29. Paunovic, M., Csányi, B., Simic, V., Stojanovic, B., & Cakic, P. (2006). Distribution of Anodonta (Sinanodonta) woodiana (Rea, 1834) in inland waters of Serbia. Aquatic Invasions, 1(3), 154-160.
  30. Von Proschwitz, T. (2008) The Chinese giant mussel Sinanodonta woodiana (Lea, 1834)(Bivalvia, Unionidae) : an unwelcome addition to the Swedish fauna. Basteria, 72(4-6), 307-311.
  31. Košel V (1995) The first record of Anodonta woodiana (Mollusca, Bivalvia) in Slovakia. Acta Zoologica Universitatis Comenianae Bratislava 39: 3–7
  32. Nagel K.-O. & Šteffek J. 2005: Sinanodonta woodiana (Lea) na východnom Slovensku. – Telekia (Michalovce), 3: 35–36.
  33. « Presence of the alien chinese pond mussel Anodonta woodiana (Lea, 1834) (Bivalvia, Unionidae) in the Iberian Peninsula », Graellsia, vol. 65, no 1,‎ , p. 67–70 (DOI 10.3989/graellsia.2009.v65.i1.137, lire en ligne)
  34. Urishients, V. I., & Korniushin, A. V. (2001). The new species in the fauna of Ukraine Sinanodonta woodiana (Bivalvia, Unionidae), its diagnostics and possible ways of introduction. Vestnik zoologii, 35(1), 79-84.
  35. Modèle:IUCN2012.2
  36. Pavljuchenko OV (2005) The first record of the helminth Aspidogaster conchicola (Aspidogastrea) in Sinanodonta woodiana (Mollusca, Bivalvia) from Ukraine. - Vestnik Zoologii, Schmalhausen Institute of Zoology, National Academy of Sciences of Ukraine, Vol. 39(3): page 50.
  37. Sinanodonta woodiana (Chinese pond mussel) Exotic to United States (USGS)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  1. Cappelletti, C., S. Cianfanelli, M. E. Beltrami, and F. Ciutti. 2009. Sinanodonta woodiana (Lea, 1834) (Bivalvia: Unionidae): a new non-indigenous species in Lake Garda (Italy). Aquatic Invasions 4(4): 685-688.