Simonne Calary de Lamazière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Calary de Lamazière.
Simonne Calary de Lamazière
Jean de Lattre-A-04.JPG
Simonne Calary de Lamazière en compagnie de son époux et de leur fils Bernard, en 1937.
Fonction
Maire
Mouilleron-en-Pareds
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Père
Conjoint
Enfant

Simonne Calary de Lamazière, née le et morte le [1], est la fille de Raoul Calary de Lamazière, ancien député de Paris et la femme du Maréchal Jean de Lattre de Tassigny.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle épouse Jean de Lattre de Tassigny le à l'église Saint-Pierre-de-Chaillot[2],[3].

Avec Bernard, son fils, elle a un rôle crucial pour l'évasion de Jean de la prison de Riom, le [4],[5],[6], et elle l'aide ensuite à rejoindre Londres[7]. En 1944-1945, Jean remporte des victoires à la tête de la 1re armée française.

Elle déplore successivement les décès de Bernard, son fils unique, en 1951 en Indochine, et de Jean, son mari, le .

Maire de Mouilleron-en-Pareds (en Vendée) de 1956 à 1977, elle est l'auteure de trois ouvrages sur son mari.

Présidente d'honneur de « Rhin-et-Danube » (association des anciens combattants de la 1re armée), présidente effective de la fondation Maréchal-de-Lattre[8] et de l'Institut vendéen Clemenceau-de Lattre, elle meurt à l'âge de 96 ans, le [1]. De son vivant elle se préoccupa du devenir des souvenirs et des archives de Jean de Lattre de Tassigny.

Elle fit de nombreux dons et legs au musée de Mouilleron-en-Pareds et légua ses archives à l'Institut de France.

Le château des Genêts, à Villeloin-Coulangé, est la propriété de la famille Calary de Lamazière.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Jean de Lattre, mon mari, t. I : 25 septembre 1926 – 8 mai 1945, Paris, Presses de la Cité, 1972, 507 p.
  • Jean de Lattre, mon mari, t. II : 8 mai 1945 – 11 janvier 1952, Paris, Presses de la Cité, 1972, 417 p.
  • Jean de Lattre, ma raison de vivre, Paris, Presses de la Cité, 1978, 416 p.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Simone de Lattre de Tassigny », sur chronobio.com (consulté le 13 décembre 2013).
  2. Michel Droit, De Lattre, maréchal de France, Pierre Horay, Éditions de Flore, 1952, p. 24.
  3. « Jean de Lattre de Tassigny (1889–1952) » [PDF], sur defense.gouv.fr, ministère de la Défense, coll. « Mémoire et citoyenneté », no 19 (consulté le 13 décembre 2013).
  4. Robert Aron, Grands dossiers de l'histoire contemporaine, Paris, CAL (Club des amis du livre), (1re éd. : Grands dossiers de l'histoire contemporaine ; Nouveaux grands dossiers de l'histoire contemporaine, Paris, Librairie Académique Perrin, 1962-1964), 494 p., « L'évasion de De Lattre de Tassigny », p. 277-283.
  5. Robert O. Paxton (trad. Claude Bertrand, préf. Stanley Hoffmann), La France de Vichy – 1940-1944, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points-Histoire », (réimpr. novembre 1999) (1re éd. 1973), 475 p. (ISBN 978-2-02-039210-5), p. 337.
  6. Robert O. Paxton (trad. Pierre de Longuemar), L'Armée de Vichy – Le corps des officiers français 1940-1944, Paris, Éditions Tallandier, (réimpr. Le Seuil, coll. « Points-Histoire », 2006 (postface de Claude d’Abzac-Epezy) 567 p. (ISBN 2020679884)) (1re éd. 1966), 588 p. (ISBN 2847341390), p. 407 et 427.
  7. Michel Droit, De Lattre, maréchal de France, op. cit., p. 48-58.
  8. « La fondation Maréchal-de-Lattre – Son histoire et ses missions », sur fondationmarechaldelattre.fr (consulté le 13 décembre 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]