Simone Schloss

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Simone Schloss
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 21 ans)
CologneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
RésistanteVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Membre de
Distinction

Simone Schloss, née le à Radomyśl près de Cracovie et morte décapitée le à Cologne, est une résistante communiste membre des groupes armés de l’Organisation spéciale (O.S.)

Dans la résistance[modifier | modifier le code]

Militante à l’Union des jeunes filles de France et au Parti communiste avant la guerre, Simone Schloss continue ses activités politiques dans la clandestinité pendant l'Occupation. Elle est arrêtée avec d'autres camarades le lors d'une distribution du journal Avant-Garde et condamnée à 8 mois de prison[1].

Libérée, elle reprend la lutte contre l'occupant. Elle devient agent de liaison de Conrado Miret-Muste[2], organisateur des groupes armés de la OS-MOI. Elle transporte des tracts, ainsi que des armes et des explosifs pour les actions à mener[1].

Arrestation[modifier | modifier le code]

Arrétée en , elle est jugée[3] avec d’autres résistants en avril devant une cour martiale allemande, à la Maison de la Chimie à Paris[4]. Le procès, qui n'est qu'une parodie de justice, concerne vingt-sept combattants des Bataillons de la Jeunesse et de l’Organisation spéciale.

Simone Schloss, comme son amie Marie-Thérèse Lefebvre, est graciée et sa peine est commuée en détention à vie, tandis que tous les hommes du groupe sont condamnés à mort. Les deux femmes sont déportées en Allemagne[5]. Mais Simone Schloss, qui est juive, est transférée à Karlsruhe, puis à la forteresse d’Anrath, ensuite à la prison de Grefield et à celle de Cologne où elle est guillotinée le .

Distinctions[modifier | modifier le code]

La mention « morte pour la France » a été attribuée à Simone Schloss le . Son acte de décès porte également la mention « morte en déportation », en vertu d'une décision du ministère de la Défense du .

Elle a été homologuée à titre posthume comme soldat de deuxième classe par les autorités militaires[1].

Hommage[modifier | modifier le code]

Le nom de Simone Schloss figure avec ceux des fusillés sur la plaque commémorative apposée 28 rue Saint-Dominique à la Maison de la Chimie[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Notice SCHLOSS Simone, Syma, par Françoise Ramaut, maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr
  2. Notice MIRET i MUSTÉ Conrado, par Claude Pennetier, maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr
  3. « Procès de la Maison de la Chimie », sur www.resistance-ftpf.net (consulté le 22 décembre 2016)
  4. « Le Procès de la maison de la Chimie (1942) «  Club W2 », sur lewebpedagogique.com (consulté le 22 décembre 2016)
  5. Base de données de la Fondation pour la mémoire de la déportation

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]