Simone Louise des Forest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Simone Louise des Forest
{{{alternative}}}

Simone des Forest en 1933.

Biographie
Date de naissance 7 mars 1910
Lieu de naissance Royan
Date de décès 15 novembre 2004
Lieu de décès Vichy
Nationalité Française
Carrière

Simone Louise de Pinet de Borde des Forest, généralement dite Simone Louise des Forest ou simplement Simone des Forest, est une pilote automobile française, née le 7 mars 1910 à Royan (Charente-Maritime) et morte le 15 novembre 2004 à Vichy (Allier).

Elle est l'une des premières femmes à avoir eu son permis de conduire en France, en 1929, puis participe à des courses automobile dès 1930.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Royan en 1910, de parents aisés (son père était capitaine de cavalerie), elle passe la première partie de sa vie au château de Fontorte, dans l'Allier. Elle obtient son permis de conduire en 1929 à l'âge de 19 ans, faisant d'elle une des premières Françaises à l'avoir.

Un an après son permis, elle court sa première épreuve sportive automobile, la course de côte de la Baraque, près de Clermont-Ferrand. Elle entame ensuite une carrière de pilote automobile professionnelle, bousculant ainsi les préjugés de l'époque, participant à de nombreuses courses automobiles et à des rallyes jusqu'en 1957, sans avoir le moindre accident au cours de sa carrière.

En 1931, elle participe à la course Paris-Vichy, pour laquelle sa mère est sa copilote. En 1934, elle concourt au Rallye automobile Monte-Carlo avec son amie Fernande Hustinx au volant d'une Peugeot 301. Partie de Bucarest en Roumanie, les deux femmes rallient la Principauté de Monaco après un voyage de 3 772 km et de nombreuses péripéties, racontées dans un carnet de voyage tenu et illustré par Simone Louise des Forest elle-même, et gagnent la Coupe des Dames. En 1935, au même Rallye Monte-Carlo, associée à Odette Siko, elle remporte la deuxième catégorie[Quoi ?] au volant d'une Triumph[1].

De nouveau associée à Odette Siko en 1937, ainsi qu'à Hellé Nice et Claire Descollas, elle effectue du 19 au 29 mai des essais de vitesse sur l'autodrome de Montlhéry, sponsorisés par les huiles moteur Yacco. Sous l'égide d'Odette Siko, et malgré sans doute l'ambiance tendue due à l'hostilité de Simone des Forest et de Claire Descollas à l'égard d'Hellé Nice[2], le quatuor bat 25 records du monde, dont certains tiennent encore de nos jours.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle conduit un camion de la Croix-Rouge. Par la suite[Quand ?], elle participe d'ailleurs au championnat de France des Routiers, qu'elle termine à la 10e place.

Admirée des plus grands - dont, semble-t-il, Fangio lui-même[3] - elle se consacre ultérieurement à l'aviation civile. Elle est aussi l'une des premières femmes à ouvrir une auto-école en 1950, où elle enseigne pendant 25 ans[4].

Elle épouse Ernest Bernard en 1973, à l'âge de 63 ans. Elle décède le 15 novembre 2004 à l'âge de 94 ans. Elle n'a pas d'enfant.

Expression populaire « En voiture Simone ! »[modifier | modifier le code]

Son nom est associé à une expression populaire française : « En voiture Simone ! », dont il existait d'abord une version plus longue : « En voiture Simone, c'est moi qui conduis, c'est toi qui klaxonnes ! »[5],[6]

La version courte de cette expression a été grandement popularisée par le jeu télévisé Intervilles, diffusé sur l'ORTF à partir de 1962. Guy Lux et Léon Zitrone, deux présentateurs célèbres de l'époque, animaient l'émission, chacun défendant avec plus ou moins de bonne foi les couleurs des deux villes qui s'affrontaient au cours d'épreuves diverses. Une troisième animatrice, Simone Garnier, était chargée d'arbitrer les deux parties. Guy Lux a assuré un regain de popularité à cette réplique dont il est souvent prétendu qu'il en est le créateur alors qu'elle lui est bien antérieure.

Notes et références[modifier | modifier le code]