Simone Giertz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Simone Giertz
Vidéaste Web
Simone Giertz à San Francisco en 2016.
Informations
Genre Culture maker, Robotique, Humour
Nom de naissance Simone Luna Louise Söderlund Giertz
Naissance (29 ans)
Stockholm (Suède)
Nationalité Suédoise
Nombre d'abonnés 2,29 million (septembre 2020)
Autres activités Animatrice, Inventrice
Site internet simonegiertz.com
Chaîne(s) Simone Giertz

Simone Luna Louise Söderlund Giertz, mieux connue sous le nom de Simone Giertz, née le à Stockholm (Suède), est une vidéaste web, animatrice, inventrice et roboticienne autodidacte suédoise.

Elle est principalement connue pour sa chaîne YouTube où elle présente ses créations robotiques qui ont pour point commun de s'avérer totalement inefficaces même si elles sont mécaniquement fonctionnelles. Elle s'autoproclame en conséquence « Reine des robots de merde ». Autodidacte, elle fait pleinement partie de la culture maker.

Biographie[modifier | modifier le code]

Simone Giertz naît le à Stockholm en Suède[1]. À 16 ans, elle participe à un programme d'échange étudiant en Chine. Par la suite, elle enchaîne plusieurs emplois comme journaliste, rédactrice et même reporter spécialisé dans les arts martiaux mixtes (MMA). Elle étudie également la physique technique pendant 1 an avant d'arrêter ses études[2]. Elle étudie ensuite à l'école d'innovation Hyper Island à Stockholm où l'esprit incubateurs de projets l'amène à découvrir le plaisir de construire des choses[3].

Elle commence à s'intéresser à l'électronique en 2013. Sa première création est un casque brosse à dent qu'elle réalise pour le pilote d'une émission pour enfants. Mais l'émission n'est pas retenue et Giertz décide de mettre la vidéo sur Internet. Elle continue à construire des robots qui, s'ils sont mécaniquement fonctionnels, s'avèrent totalement inefficaces. Ses vidéos deviennent rapidement virales et Giertz s'autoproclame « Reine des robots de merde »[4]. Sa notoriété augmente d'autant plus après qu'elle présente ses créations à la télévision américaine dans des émissions telles que The Late Show with Stephen Colbert sur CBS[5].

En 2016, elle déménage à San Francisco aux États-Unis pour rejoindre l'équipe de la chaîne YouTube Tested menée par Adam Savage. Leur premier projet est un casque distributeur de pop corn[4],[6]. L'année suivante, elle co-anime avec Nisse Hallberg (sv) l'émission Manick diffusée sur la chaîne suédoise TV6[7].

Le , elle annonce sur sa chaîne Youtube, non sans humour, qu'elle est atteinte d'un méningiome, une tumeur du cerveau non cancéreuse[8], pour lequel elle est opérée avec succès. Mais en , elle déclare qu'un bout de la tumeur qui avait été laissé dans son cerveau car trop dangereux à enlever est en train de se redévelopper. Elle est alors traitée par radiothérapie[9].

Chaîne YouTube[modifier | modifier le code]

La chaîne YouTube de Simone Giertz, créée le , est consacrée à la robotique et à la culture maker. La jeune suédoise y présente les différents robots qu'elle a mis au point et construits. Ces robots répondent souvent à des tâches de la vie quotidienne, comme le robot réveil, le robot brosse à dent, le robot rouge à lèvres, le robot serveur de petit-déjeuner ou le robot serveur de soupe. S'ils sont tous mécaniquement fonctionnels, ils s'avèrent inefficaces voire dangereux. Les premières vidéos ne montraient que le résultat dans des vidéos au ton comique. Par la suite, elles détaillent également le processus de fabrication[10].

La chaîne compte au 18 septembre 2020 près de 2,27 million d'abonnés et totalise plus de 128 millions de vues pour 92 vidéos postées. 35 vidéos dépassent le million de vues et trois dépassent les neuf millions : J'ai flotté pendant 7,5 minutes (12,3 millions), J'ai transformé ma Tesla en pick-up (11,8 millions), Je me suis enfermé dans ma salle-de-bain pendant 48h (9,7 millions)[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (se) « Simone Giertz – The Queen of Shitty Robots », sur ng.se, (consulté le 23 juillet 2019).
  2. Anouk Perry, « Simone Giertz, spécialiste en fabrication de robots idiots », sur Madmoizelle.com, (consulté le 23 juillet 2019).
  3. (en) « Designing a life from curiosity, enthusiasm and hard work that comes naturally », sur hyperisland.com, (consulté le 23 juillet 2019).
  4. a et b (en) Nina Godlewski, « This self-taught engineer invents robots designed to fail hilariously at their jobs », sur Business Insider, (consulté le 23 juillet 2019).
  5. (en) Bonnie Burton, « Stephen Colbert tests out crappy robots on The Late Show », sur CNET, (consulté le 24 juillet 2019).
  6. (en) Gareth Branwyn, « Simone Giertz Joins Tested, Builds Popcorn Feeding Helmet », sur makezine.com, (consulté le 24 juillet 2019).
  7. (sv) « "Robotdrottningen" har lekstuga i TV6 », sur Svenska Dagbladet, (consulté le 24 juillet 2019).
  8. (en) « YouTube Robotics Creator Simone Giertz Reveals She Has a Brain Tumor », sur Variety.com (consulté le 2 mai 2018)
  9. (en) Patrick Evans, « Simone Giertz: "Why I sent my brain tumour to Antarctica" », sur BBC, (consulté le 24 juillet 2019).
  10. a et b (en) « Simone Giertz », sur YouTube (consulté le 18 septembre 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]