Simone Frévalles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Simone Frévalles
Image dans Infobox.
Photographie de Simone Frévalles réalisée par Jean Reutlinger.
Biographie
Formation
Activités
Période d'activité
Autres informations
Cheveux

Simone Frévalles, pseudonyme de Simone Morel ou Simone Fleurie, est une actrice de théâtre et de cinéma française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Simone Frévalles étudie au conservatoire de Paris[1] où elle obtient un second prix de comédie. André Antoine, l'engage et elle fait ses débuts à l'Odéon[2], puis rejoint le répertoire du boulevard.

En 1934, le journal Comœdia fait état d'une convalescence après une grave maladie[3].

En 1951, un décret publié au Journal officiel autorise le ministre de l’Éducation nationale « à accepter, aux clauses et conditions énoncées dans l’acte et dans son codicille, le legs fait au Conservatoire national d’art dramatique par Mlle Simone Morel, dite Simone Frevalles, d’une somme annuelle de 24.000 francs destinée à la remise annuelle d’un prix fondé en faveur d’une jeune fille élève de cet établissement »[4]. Les archives concernant ce legs sont conservées au Archives nationales et enregistrées au nom de la « Fondation Simone Edmée FLEURIE dit FREVALLES »[5].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Mode[modifier | modifier le code]

Elle est habillée par la Maison Redfern en 1921[38] ; par Martial et Armand en 1926[39] et 1928[40].

Iconographie[modifier | modifier le code]

Elle est photographiée par Jean Reutlinger et par Jacques Henri Lartigue, en 1927[41].

André Louis Maxime Humbert réalise son portrait en pied, une huile sur toile pour le Salon des artistes français 1913[42],[43],[44].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le Figaro », sur Gallica, (consulté le )
  2. « Gil Blas », sur Gallica, (consulté le )
  3. « Comoedia », sur Gallica, (consulté le )
  4. « Par décret en date... », sur Gallica, Combat, (consulté le ), p. 2
  5. Archives nationales, « Culture ; Direction du théâtre et des spectacles ; Conservatoire national supérieur d'art dramatique (1946-1990). Dons et legs (1886-1990) (cote 19900302/15) », sur www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr (consulté le )
  6. Fernand Weyl, Trois pièces galantes [par] Nozière, Paris, Bibliophiles fantaisistes, (lire en ligne)
  7. « Comoedia », sur Gallica, (consulté le )
  8. « Le Frou-Frou », sur Gallica, (consulté le )
  9. « Gil Blas », sur Gallica, (consulté le )
  10. « Gil Blas », sur Gallica, (consulté le )
  11. « Gil Blas », sur Gallica, (consulté le )
  12. Alain-Fournier, Correspondance : 1912-1914, Paris, Fayard, (ISBN 978-2-213-02998-6, lire en ligne)
  13. « Revue des deux mondes », sur Gallica, (consulté le )
  14. « Élégances féminines », sur Gallica, (consulté le )
  15. « Journal amusant », sur Gallica, (consulté le )
  16. « La Rampe », sur Gallica, (consulté le )
  17. « Le Ménestrel », sur Gallica, (consulté le )
  18. « La Rampe », sur Gallica, (consulté le )
  19. « La Rampe », sur Gallica, (consulté le )
  20. « Le Ménestrel », sur Gallica, (consulté le )
  21. Louis Verneuil, Un jeune ménage; comédie en trois actes, Paris, Librairie théâtrale, (lire en ligne)
  22. « Le Ménestrel », sur Gallica, (consulté le )
  23. « Le Ménestrel », sur Gallica, (consulté le )
  24. (en) Louis Verneuil, The fabulous life of Sarah Bernhardt, New York ; London, Harper & Brothers, (lire en ligne), p. 293
  25. « La Rampe », sur Gallica, (consulté le )
  26. Alexandre Dumas et Henri Béhar, La dame aux camélias, Pocket, (ISBN 978-2-266-04880-4, lire en ligne)
  27. « Le Ménestrel », sur Gallica, (consulté le )
  28. « Le Ménestrel », sur Gallica, (consulté le )
  29. « La Rampe », sur Gallica, (consulté le )
  30. « La Rampe », sur Gallica, (consulté le )
  31. « Comoedia », sur Gallica, (consulté le )
  32. « La Rampe », sur Gallica, (consulté le )
  33. « Journal amusant », sur Gallica, (consulté le )
  34. « Comoedia », sur Gallica, (consulté le )
  35. « Paris-midi », sur Gallica, (consulté le )
  36. « Hebdo-film », sur Gallica, (consulté le )
  37. « Hebdo-film », sur Gallica, (consulté le )
  38. (en) Vogue 1921-12-01: Vol 58 Iss 11, Condé Nast Publications, Inc., (lire en ligne)
  39. « Femina », sur Gallica, (consulté le )
  40. « Femina », sur Gallica, (consulté le )
  41. (en) Jacques Henri Lartigue, Les femmes aux cigarettes : (photographs), New York, Viking Press, , 107 p. (ISBN 978-0-670-31155-2, lire en ligne), p. 85 et 115
  42. « Le Ménestrel », sur Gallica, (consulté le )
  43. « Au théâtre Mlle Simone Frevalles par André Louis MaximeHumbert », sur www.artnet.fr (consulté le )
  44. « Au Theatre Mlle Simone Frevalles by Andre Humbert », sur Art Renewal Center (consulté le )

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : documents utilisés comme source pour la rédaction de cet article :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :