Simon Yates (cyclisme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Simon Yates et Yates.
Simon Yates
20140907-SimonYates.jpg
Simon Yates lors du Tour d'Alberta 2014
Informations
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (26 ans)
BuryVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipe actuelle
Spécialités
Équipes amateurs
2013100% Me
Équipes professionnelles
Principales victoires
1 classement mondial
UCI World Tour 2018
1 titre mondial
Jersey rainbow.svg Champion du monde de course aux points (2013)
1 grand tour
Leader du classement général Tour d'Espagne 2018
2 classements annexes de grands tours
Classement du meilleur jeune
Leader du classement du meilleur jeune Tour de France 2017
Classement du combiné
Leader du classement du combiné Tour d'Espagne 2018
5 étapes de grands tours
Tour d'Espagne (2 étapes)
Tour d'Italie (3 étapes)
Simon Yates en 2012.

Simon Yates, né le à Bury, est un coureur cycliste britannique, membre de l'équipe Mitchelton-Scott. Son frère jumeau, Adam, est également coureur cycliste[1]. Sur piste, il est champion du monde de la course aux points en 2013. Sur route, il est meilleur jeune du Tour de France 2017, puis remporte le Tour d'Espagne 2018, son premier grand tour et devient n°1 mondial.

Carrière[modifier | modifier le code]

Carrière amateur[modifier | modifier le code]

Simon Yates commence le cyclisme en 2004 au Bury Clarion Cycling Club, club que son père a fréquenté pendant vingt ans, et dans lequel son frère jumeau Adam fait également ses débuts[2]. En catégorie junior, ils sont tous deux membres du club Eastlands Velo[3].

En 2010, Simon Yates devient champion du monde de l'américaine junior, avec Daniel McLay, et représente l'Angleterre aux Jeux du Commonwealth. À la fin de cette année, il intègre l'Olympic Academy Programme des moins de 23 ans, tandis qu'Adam, non sélectionné par cette structure de la fédération britannique, part courir en France[3]. En 2011, il gagne une étape du Tour de l'Avenir, disputé avec l'équipe de Grande-Bretagne espoirs, et participe pour la première fois à une manche de coupe du monde sur piste, à Pékin. Il y obtient la médaille de bronze en poursuite par équipes[2]. En 2012, il est champion de Grande-Bretagne de l'américaine élites en faisant équipe avec Mark Christian. En 2013, il dispute ses premiers championnats du monde sur piste élites à Minsk. Il gagne la médaille d'or de la course aux points, à 20 ans.

C'est au cours de la saison 2013 que Simon Yates se révèle véritablement dans les courses sur route. Cette année-là, il gagne deux étapes de montagne du Tour de l'Avenir dont une devant son frère Adam[4]. Sélectionné dans l'équipe nationale Britannique pour le Tour de Grande-Bretagne, il termine troisième et meilleur jeune du classement général. Lors de cette épreuve il remporte la sixième étape, conclue par une arrivée en bosse, en réglant au sprint un groupe de 9 coureurs dont Bradley Wiggins et Nairo Quintana[5].

Orica-GreenEDGE (depuis 2014)[modifier | modifier le code]

Première saison (2014)[modifier | modifier le code]

Fin 2013, il signe son premier contrat professionnel chez Orica-GreenEDGE[6]. Il finit douzième de l'une de ses premières courses en World Tour, le Tour du Pays basque[7]. Il se casse la clavicule en avril, lors de la troisième étape du Tour de Turquie[8], dont le classement général est remporté par son frère Adam.

En juillet, il dispute son premier Tour de France, dont le départ est donné à Leeds, en Angleterre. Il participe à des échappées lors des huitième et quatorzième étapes[9]. Il abandonne après deux semaines de course, son directeur sportif Matthew White estimant que « pour un néo-pro de 21 ans, il a fait tout ce qu'il fallait faire[10]. » Initialement présélectionné pour la course en ligne des championnats du monde[11], il est finalement retenu pour cette épreuve[12].

Résultats sur les courses par étapes d'une semaine (2015)[modifier | modifier le code]

En 2015, il est le leader de l'équipe lors de plusieurs courses, comme sur Paris-Nice où il est pour la première fois leader dans une course World Tour, qu'il finit 29e du classement général. Il est ensuite à son avantage au Tour du Pays basque. Aligné pour aider son frère jumeau Adam, celui-ci chute et c'est Simon qui prend la tête de Orica-GreenEDGE. Troisième à Arrate, lors de la quatrième étape, il impressionne le lendemain en attaquant dans la côte d'Aia et en allant chercher la sixième place, derrière les échappés, et en réalisant la meilleure ascension du côté des leaders. Alors troisième du classement général à 7 secondes de Joaquim Rodríguez, il est virtuel leader à mi-parcours du contre-la-montre final, avant de s'écrouler dans la double ascension d'Aia. Il finit cinquième du classement général, à 46 secondes de Joaquim Rodriguez. Il participe ensuite au Tour de Romandie, dont il prend la sixième place. Simon Yates, comme son frère Adam, n'est pas sélectionné malgré leur saison réussie pour la course en ligne des championnats du monde de Richmond. Ces absences ont suscité la surprise de certains observateurs mais Simon Yates déclare que d'autres coureurs sont meilleurs qu'eux pour faire partie d'une sélection britannique pour une course qui ne leur correspond pas[13].

Contrôle positif, victoire d'étape du Tour d'Espagne (2016)[modifier | modifier le code]

Yates est contrôlé positif à la terbutaline à l'issue de Paris-Nice 2016 qu'il termine septième. Selon son équipe, ce contrôle résulte d'une erreur administrative du médecin prescripteur qui n'aurait pas signifié d'exemption thérapeutique pour la prise de ce produit par le coureur[14]. Dans un premier temps, l'Union cycliste internationale ne le suspend pas provisoirement en se basant sur le règlement concernant un contrôle sur cette substance[15]. Le 17 juin 2016, il est finalement suspendu quatre mois jusqu'au 17 juillet 2016 pour « dopage non-intentionnel »[16] et ses résultats depuis son contrôle sont annulés. Au mois d'août il prolonge le contrat qui le lie à la formation australienne Orica-BikeExchange[17].

Meilleur jeune du Tour de France (2017)[modifier | modifier le code]

En 2017, lors de Paris-Nice, il s'impose en solitaire au sommet du mur de Fayence, devançant le futur vainqueur de la course au soleil, Sergio Henao, et Richie Porte. Sur le Tour de Romandie, il s'adjuge l'étape reine de l'épreuve en terminant devant Richie Porte. Durant l'été, il dispute le Tour de France, dont il prend la septième place. Il remporte le classement de meilleur jeune, succèdant ainsi à son frère.

Vainqueur du Tour d'Espagne (2018) et n°1 mondial[modifier | modifier le code]

Yates portant le maillot rose du Tour d'Italie 2018

En début d'année 2018, il s'impose lors de l'« étape-reine » de Paris-Nice à Valdeblore et prend la tête du classement général. Il cède cependant le maillot jaune lors de la dernière étape, le lendemain, à Marc Soler qui le devance de quatre secondes. Dans la foulée, il se montre offensif sur le Tour de Catalogne, où il remporte la 7e étape et se classe quatrième du classement général.

En mai, il prend le départ du Tour d'Italie en tant que co-leader avec Esteban Chaves. Lors de la victoire de Chaves sur la 6e étape au sommet de l'Etna, il prend le maillot rose de leader. Trois jours plus tard, lors de l'arrivée de la 9e étape à Campo Imperatore, il s'impose devant Thibaut Pinot et conforte sa place de leader. Lors de la quatorzième étape qui mène au Monte Zoncolan, il finit à six secondes de Christopher Froome et voit ainsi la différence avec ses plus proches concurrents s'accroître un peu plus. Le lendemain, il remporte en solitaire sa troisième étape, repoussant ses adversaires à plus de deux minutes au général. Lors du contre-la-montre de 34 kilomètres qui lance la troisième semaine de course, il limite les écarts et conserve 56 secondes d'avance sur le vainqueur sortant et champion du monde de la spécialité Tom Dumoulin. Cependant, lors de la dix-neuvième étape, il subit une défaillance et finit à plus de 38 minutes du vainqueur de l'étape Froome. Celui-ci, à la suite d'une échappée en solitaire de près de 80 kilomètres, prend la tête du classement général. Simon Yates termine finalement 21e du général à une heure et quart de Froome.

Après le Giro, il fait son retour lors de la Prueba Villafranca de Ordizia, où il termine deuxième derrière son coéquipier Robert Power. Il revient ensuite sur le circuit World Tour lors du Tour de Pologne en août, où il gagne la dernière étape après une attaque en solitaire et termine deuxième du général derrière le local Michał Kwiatkowski.

Il est leader de son équipe sur le Tour d'Espagne, avec le soutien de son frère jumeau. Il est placé à la troisième place du classement général après la quatrième étape, la première étape de montagne, à dix secondes du leader Kwiatkowski. Lors de la neuvième étape, il prend le maillot rouge du leader à Rudy Molard, la veille de la première journée de repos[18]. Cependant, il perd la tête du général lors de la 12e étape, lorsque son équipe décide de laisser partir une grande échappée. Le maillot rouge est récupéré par Jesús Herrada, qui devance Yates et Valverde. Yates remporte la quatorzième étape, récupérant la tête du classement général. Il augmente son avance lors de la seizième étape (un contre-la-montre individuel) et la dix-neuvième étape. Lors de la dernière étape de montagne, Yates attaque ses rivaux lors de l'avant-dernière ascension, rejoignant Miguel Ángel López et Nairo Quintana aux côtés d'Enric Mas en tête de la course. Il finit troisième de l'étape derrière Mas et Lopez[19] et assure sa victoire lors de la dernière étape à Madrid pour remporter son premier grand tour[20]. Grace à cette victoire il prend la tête de UCI World Tour et ne le conserve jusqu'en fin d'année et il devient numéro 1 mondiale.

Palmarès sur piste[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Championnats du monde juniors[modifier | modifier le code]

Championnats de Grande-Bretagne[modifier | modifier le code]

Palmarès sur route[modifier | modifier le code]

Palmarès par année[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

3 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

3 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

1 participation

  • 2018 : 21e, vainqueur des 9e, 11e et 15e étapes, Jersey pink.svg maillot rose pendant 13 jours

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
UCI World Tour nc[21] 36e[22] 52e[23] 33e[24]
UCI Europe Tour 859e[25] nc[26] 113e[27] 87e[28] 343e[29]
Légende : nc = non classé

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Du 1er janvier 2014 au 30 juin 2016
  2. Du 1er juillet 2016 au 31 décembre 2016

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Tour de l'Avenir : succès de(s) Yates », sur lequipe.fr (consulté le 29 août 2013)
  2. a et b (en) « Simon Yates », sur britishcycling.org.uk (consulté le 28 juillet 2014)
  3. a et b (en) « Adam and Simon Yates: Britain’s future Tour de France winners? », sur cyclingweekly.co.uk, (consulté le 28 juillet 2014)
  4. « Tour de l'Avenir: Simon Yates récidive », sur sport365.fr,
  5. « Wiggins résiste, Yates s'affirme », sur velo101.com,
  6. « Yates brothers confirm move to Orica-GreenEdge »,
  7. « Classement Tour Pays Basque 2014 », sur les-sports.info
  8. « Rein Taaramäe ressort du tunnel », sur tourofturkey.org,
  9. (en) « Simon Yates withdraws from 2014 Tour de France after stage 15 », sur roadcyclinguk.com, (consulté le 28 juillet 2014)
  10. « Simon Yates quitte le Tour "car il en a fait assez" », sur rtbf.be, (consulté le 28 juillet 2014)
  11. (en) « Froome, Wiggins and Millar make British Cycling long list for Worlds », sur cyclingnews.com,
  12. « Championnats du monde : David Millar capitaine des Britanniques pour sa dernière course », sur lequipe.fr, L'Équipe,
  13. (en) Kirsten Frattini, « Yates brothers not surprised to miss Worlds selection », sur cyclingnews.com,
  14. (en) « Simon Yates returns positive doping test », sur cyclingnews.com,
  15. « Simon Yates (Orica GreenEdge) ne sera pas suspendu », sur lequipe.fr, L'Équipe,
  16. (en) Simon Yates handed four-month 'non-intentional' doping ban
  17. « Le journal des transferts », sur velo101.com, (consulté le 18 août 2016)
  18. « How Simon Yates set his winning course at La Vuelta », sur eveningexpress.co.uk, (consulté le 16 septembre 2018)
  19. Richard Windsor, « Simon Yates sets up Vuelta a España 2018 overall victory as Enric Mas wins gruelling stage 20 », sur Cycling Weekly, (consulté le 16 septembre 2018)
  20. « Simon Yates: British cyclist wins first Grand Tour at Vuelta a Espana », sur bbc.co.uk, (consulté le 16 septembre 2018)
  21. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  22. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  23. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  24. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2017 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 29 octobre 2017)
  25. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2011 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  26. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2012 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  27. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2013 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  28. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  29. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2017 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 29 octobre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :