Simon Hurtrelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Simon Hurtrelle
Cathedrale Notre-Dame de Paris maitre-autel.jpg
Naissance
Décès
Activité

Simon Hurtrelle[1], né en 1648 à Béthune et mort le à Gennevilliers, est un sculpteur français, d'inspiration antique, qui travailla sur les chantiers de Marly et de Versailles, sous le règne de Louis XIV.

Biographie[modifier | modifier le code]

En Italie[modifier | modifier le code]

Simon Hurtrelle est envoyé à l'Académie de France à Rome en 1673[2], installée à cette date dans le palais Caffarelli, pour se perfectionner en sculpture et réaliser des copies antiques pour le roi. Il est pensionnaire avec Anselme Flamen, Jean-Baptiste Théodon, Jacques Prou... sous la direction de Noël Coypel et Charles Errard. Ce dernier écrivait dans une lettre adressée à Colbert, le 2 décembre 1676 : « Le sieur Simon Utrel, sculpteur, est l'un des plus capables de l'Académie, lequel a plus de facilité au travail, qui s'y applique davantage et à l'étude, de bonne conduite et obéissant »[3].

En 1677, il devient membre de l'Accademia di San Luca en remportant le 1er prix du Concours Académique en sculpture, d'une scène sur la création de l'homme, Nocchieri (en) le second, et Théodon le troisième[4]. Il est un élève du cavalier Bernin (Gian Lorenzo Bernini)[5]

En 1682, il quitte l'Italie et assure le transport, vers la France, des œuvres taillées à l'antique pour Louis XIV à l'Académie, à bord de la Notre-Dame-des-Anges[3], une frégate légère de 16 canons construite au Havre en 1659[6].

En France[modifier | modifier le code]

Il rejoint l'Académie royale de peinture et de sculpture en 1687, et est reçu membre, le 30 mars 1690, avec le Christ pleuré par la Vierge et les anges. Il y deviendra professeur-adjoint le 3 juillet 1706[7].

Il partage l'atelier de Pierre Mazeline, rue de Bourbon, où ils achèvent la statue équestre de Louis XIV en 1692, un bronze pour la ville de Montpellier[8]. Simon Hurtrelle demeure à Paris jusqu'en 1718, puis s'installe à Niort de 1719 à 1723[7].

Claude Guy Hallé exécuta le portrait de Hurtrelle.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Marly-le-Roi
  • Groupe représentant deux nymphes, enfants et attributs. Marbre destiné à la pièce d'eau des Nappes du parc du château de Marly.
Versailles
Montpellier
Paris
Saint-Gratien
Niort
  • Statue de Bacchus (1721), parc du château de Surimeau. Sculpture signée « Hurterel fecit, 1721 » attribuée à Hurtrelle, musée de Niort.

Famille[modifier | modifier le code]

Il épouse Anne Leclerc[7] :

  • Marie-Anne (1689-), son parrain est le sculpteur Martin Desjardins
  • Jeanne
  • Marguerite
  • Simon Hurtrelle (1692-1755), notaire à Paris (1734 à 1755), dessinateur et graveur à l’eau-forte

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son nom est parfois orthographié Hurtrel, mais sur son acte de décès il est écrit Hurtrelle
  2. (en) Simon Hurtrelle, musée Villa Getty
  3. a b et c Société d'émulation du Doubs, Mémoires de la Société d'émulation du Doubs, 6e série, vol. 4, 1889, p. 173-174 note 4
  4. (en) Lilian H. Zirpolo, Ave Papa, Ave Papabile : The Sacchetti Family, Their Art Patronage, and Political Aspirations, Centre for Reformation and Renaissance Studies, 2005, p. 50 note 72
  5. a et b Commission royale d'histoire, Compte rendu des séances de la commission royale d'histoire, ou Recueil de ses bulletins, vol. 15, 1849, p. 212
  6. Patrick Villiers, Les corsaires du littoral : Dunkerque, Calais, Boulogne, de Philippe II à Louis XIV (1568-1713), p. 160
  7. a b et c Auguste Jal, Dictionnaire critique de biographie et d'histoire, errata et supplément pour tous les dictionnaires historiques d'après des documents authentiques inédits, 2e éd., 1872, p. 693
  8. Jean-Pierre Thomas, Mémoires historiques sur Montpellier et sur le Département de l'Hérault, 1827, p. 354
  9. Centre de recherche du château de Versailles, Éléments communs : Vdse 1046. (1 - 21) à Vdse 1050. (1 - 2), base de données Versailles Décor sculpté extérieur
  10. Centre de recherche du château de Versailles, N° cat. Vdse 234, base de données Versailles Décor sculpté extérieur
  11. Les Balades du patrimoine. Tombeaux classiques et baroques. Église Saint-Roch, mairie de Paris
  12. Notice no 4304, base Atlas, musée du Louvre
  13. Notice no M5037011185, base Joconde, ministère français de la Culture
  14. Notice no 4322, base Atlas, musée du Louvre
  15. Description de l'Hôtel royal des Invalides, p. 56
  16. Ange porteur de l'éponge imbibée de vinaigre sur Insecula
  17. [PDF] Musée du Louvre, L'Art du Bronze en France dans les collections du musée du Louvre, L'art du bronze sous Louis XIV : Grands bronzes religieux de la fin du règne, p. 5
  18. The Leda at the top by Simon Hurtrel (1648-1724), gravure de Léda et l'amour

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]