Simon Hayneufve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hayneufve.
Simon Hayneufve
Naissance
Décès
Activité

Simon Hayneufve, artiste français du XVe siècle, architecte et peintre français, né à Château-Gontier en 1455[1], mort au Mans le 11 juillet 1546.

Biographie[modifier | modifier le code]

Epitaphe[modifier | modifier le code]

Comme l'indique Henri Chardon, l'épitaphe[2] fournit les documents les plus certains que nous possédions sur Simon Hayeneufve. L'abbé Angot tente de la reproduire[3] en essayant de restituer les mots effacés sur la pierre ou mal lus par le dessinateur de Gaignières[4].

Retour dans le Maine[modifier | modifier le code]

Après avoir, dans sa jeunesse, voyagé en Italie, il revint dans le Maine. Simon Hayeneufve, à son retour d'Italie, quelle qu'en soit la date précise, revenait dans sa province avec toutes les connaissances, l'art et l'expérience d'un maître consommé, mais il n'avait ni l'indépendance que donne la fortune ni celle que procurent les dignités ecclésiastiques ou civiles[8]. Il eut donc besoin d'un protecteur, et il le trouva dans maître Lezin Cheminard, alors grand doyen du chapitre, c'est-à-dire le personnage le plus haut placé dans l'Église du Mans après l'évêque[9].

Donc, dès 1495[10], il vient se fixer au Mans où on le trouve, à différentes dates, comme vicaire du doyen de la Cathédrale, suppléant celui-ci dans ses visites décanales. Cela dura de la sorte au moins de 1495 à 1510 et plus probablement jusqu'à la fin de la vie de maître Lezin Cheminard qui arriva en 1519. Dans l'intervalle Simon Hayeneufve fut pourvu en commende de la cure de Saint-Paterne[11].

Le premier dignitaire du chapitre qui avait l'obligation de veiller au bon entretien des églises et presbytères dans les paroisses sur lesquelles s'exerçait sa juridiction, avait certainement fait choix d'un homme aussi habile afin d'utiliser ses talents dans la restauration, l'embellissement ou le nouvel aménagement des églises réclamés par le goût de cette époque de renouvellement.

L'abbé Angot ajoute

« que si modestes que soient les travaux de ce genre dont il est fait mention dans les prescriptions du doyen contresignées ou plutôt inspirées par l'artiste, il en est où son initiative et sa direction se manifestent, où l'on sent l'homme du métier. »

Architecte et peintre[modifier | modifier le code]

Il fut chargé en 1506 ou 1507, par Philippe de Luxembourg, de la construction de la chapelle de l'évêché, détruite en 1562 par les protestants[14], et, quelques années plus tard, par le chapitre de Saint-Pierre-de-la-Cour, de la confection d'une châsse pour les reliques de sainte Scolastique.

En 1530 et 1532, il est encore chargé, par le conseil de ville, de la direction de plusieurs travaux municipaux, et meurt à l'abbaye Saint-Vincent le 11 août 1546. Symon Hayeneufve passe pour avoir construit plusieurs édifices du Mans, tels que l'hôtel de Fontville et « la maison des Vignolles. »

Œuvres[modifier | modifier le code]

On lui attribue en outre plusieurs œuvres d'art éparses dans le Maine, telles que le Jubé des Jacobins (suivant Charles Blondeau) et le Jubé du cardinal de Luxembourg[15], au Mans, le reliquaire d'Evron, le triptyque d'Avesnières (?), la tour carrée du Château de Saint-Ouen de Chemazé selon l'abbé Angot, etc. et encore les enluminures du missel du cardinal de Luxembourg. Mais plusieurs de ces attributions méritent d'être contrôlées[16].

Simon Hayneufve est cité avec éloge par Geoffroy Tory dans son Champ fleury et par Jean Pélegrin dans son De artificiali perspectiva.

Famille[modifier | modifier le code]

Symon Hayeneufve avait plusieurs neveux, sans doute originaires comme lui de Château-Gontier, qui allèrent s'établir à Angers comme orfèvres et dont on trouve les noms cités dans le livre de M. Célestin Port sur les Artistes angevins, peintres, sculpteurs, etc. d'après les archives angevines.

L'abbé Angot croit devoir rattacher à cette famille maître Jean Hayeneufve, curé du Bignon aux dates extrêmes 1512-1538[17]. Il était licencié en droit canon.

Jean Hayeneufve qui obtient, sur sa demande, en 1556, l'office de tailleur en la Monnaie d'Angers devenu vacant par la condamnation, comme protestant, de son confrère G. Prieur. Il s'en démet le 4 novembre 1559. Suivant La Croix du Maine, il possédait « dans son cabinet » de nombreux portraits de son oncle Simon Hayeneufve. Michel Hayeneufve, frère du précédent, 1570, maitre juré et garde du métier, 1574. François Hayeneufve, le jeune, reçu, le 25 octobre 1574 « en l'état orphèvrerie », par les jurés de la communauté après chef-d'œuvre. Les autres maîtres orfèvres du même nom cités par M. Port, sont sans doute les descendants de ceux-ci.

Le jésuite Julien Hayneuve appartenait sans doute à la même famille.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D'après son propre témoignage, et non en 1450 comme le porte son épitaphe. Son lieu de naissance y est aussi indiqué trop vaguement. Les plus anciens actes des registres paroissiaux, qui datent de 1529, font encore mention assez fréquemment des membres de cette famille.
  2. M. Chardon a donné le premier une reproduction phototypique du monument funéraire de Simon Hayeneufve dans le volume déjà cité du Congrès archéologique de France, d'après la copie des dessins de Gaignières que possède la bibliothèque du Mans.
  3. Voir bibliographie.
  4. Pour lui, elle fixera dans l'esprit du lecteur qui aurait besoin de ce secours les dates d'une biographie peu connue, et l'éloge qu'elle contient montrera en quelle estime était tenu le saint prêtre et l'éminent artiste de la Renaissance.
  5. L'abbaye de Saint-Vincent, au Mans.
  6. L'abbé Angot indique que si sa restitution ne vaut rien, elle donnera peut-être l'idée d'en chercher une meilleure.
  7. Le copiste a lu lapiis.
  8. La source principale utilisée par l'abbé Angot est le registre qui figure aux archives du chapitre de la cathédrale du Mans sous la cote B 33 et qui contient les procès-verbaux des visites décanales faites par les doyens de Saint-Julien. Le cahier le plus ancien et le plus volumineux de ce recueil comprend les visites faites par messire Lézin Cheminard en personne, ou de son temps et par son ordre. Il est rédigé en latin. La préface, un peu prétentieuse, présente ces procès-verbaux des visites du doyen Cheminard comme un modèle que ses successeurs pourront suivre. Le scribe qui l'a écrit a fait son travail non au jour le jour en suivant les visiteurs, mais sur les notes qu'ils lui remettaient. Le secrétaire du doyen, son chapelain ou son vicaire signaient ensuite chaque article. C'est dire assez que ce travail de transcription n'est point l'œuvre de maître Simon, non plus que plusieurs initiales formées d'entrelacs dans le goût du temps et qui souvent prennent une grande partie de la page.
  9. Le grand doyen s'attacha Simon Hayneufve en qualité de chapelain et de familier « capellanus et familiaris domesticus, » d'où l'on peut conclure qu'il le prit pour commensal ordinaire. Il se faisait accompagner par lui particulièrement dans les visites des églises qui relevaient du chapitre, et quand la messe devait être dite au cours de la cérémonie, le dignitaire la faisait célébrer par son chapelain pendant que le sermon était donné par l'un des doctes théologiens, ses collègues, Geoffroy Boussard en première ligne. C'est le registre des visites décanales de Lezin Cheminard qui nous apprend ce premier point, et le même document étudié minutieusement nous révélera une multitude d'autres détails où les connaissances artistiques ou simplement techniques de l'architecte furent utilisées par son Mécène. Non seulement Simon Hayeneufve était ainsi le compagnon de son protecteur, mais comme le grave personnage ne pouvait s'acquitter toujours lui-même de ses fonctions de visiteur et comme il se faisait remplacer alors par des délégués qui, pour la circonstance, devenaient ses vicaires et en prenaient le titre, maître Simon Hayneufve eut souvent cet honneur. Les actes où il était seul à accompagner messire Lezin Cheminard sont signés de lui ; ceux où il agit comme vicaire du doyen sont, comme presque tous les autres, paraphés par maître Jean Bordier, chanoine lui-même, et des plus notables, puisque ses confrères le déléguèrent en 1483 aux États de Tours, et que l'évêque Philippe de Luxembourg le choisit comme procureur à l'assemblée où se traita la réforme de la Coutume du Maine.
  10. L'abbé Angot développe un point sur lequel les documents qu'il a analysé, réforment l'affirmation de l'épigraphiste, point important pour la biographie de l'artiste et pour la date des premiers travaux qu'on peut lui attribuer au Mans. Il veut parler de l'année précise du retour au Maine de Simon Hayeneufve après son séjour en Italie, où il passa sa jeunesse. L'inscription dit que ce fut en l'an 1500 ; l'abbé Angot indique qu'une série d'actes parfaitement authentiques attestent sa présence au Mans dès le commencement de l'année 1495. Il ajoute cependant qu'il est bien vrai que nous n'avons plus de témoignages pour les années suivantes jusqu'à l'année 1500 ; et on pourrait donc croire que le voyage en Italie daterait de cette période, s'il n'était dit par ailleurs que notre artiste passa sa jeunesse avec les Italiens ; or, même pour un vieillard de quatre-vingt-seize ans, la cinquantaine n'est plus la jeunesse.
  11. L'abbé Angot indique qu'il ne lui trouve le titre de curé qu'une seule fois, à la date de 1508.
  12. Ce personnage appartient au Bas-Maine ; sa famille porte le nom d'une terre seigneuriale située dans la paroisse de Saint-Céneré.
  13. Pour l'abbé Angot, Comparée à nos signatures hâtives, souvent illisibles et sans forme, celle de notre compatriote du XVe siècle est un petit chef-d'œuvre. Il est des artistes, peintres, architectes, dessinateurs, même des graveurs qui ne révèlent en rien leur talent ou leurs aptitudes dans leur façon d'écrire et de signer. Il y a au contraire, dans l'art avec lequel est composé le paraphe de maître Simon Hayeneufve, dans la symétrie des lignes, dans les corrections des traits, comme un indice des qualités artistiques de celui qui l'a tracé. Il est remarquable encore que l'ordonnance de cette petite composition est si scrupuleusement observée dans les moindres détails, que l'œil ne saurait voir la plus légère différence dans les cent exemplaires qui s'en trouvent dans le même registre.
  14. Ou plutôt simplement dévastée, car ce monument paraît avoir été détruit seulement pendant la Révolution française, vers 1798.
  15. Si l'on peut établir, comme cela est probable, que Simon Hayeneufve soit venu s'établir au Mans dès 1493, et non pas seulement en 1500 comme on l'a cru jusqu'ici, on pourra aussi, selon toute vraisemblance, le considérer comme l'auteur de cette superbe œuvre d'art, le chapeau de cardinal qui surmontait les armes de Philippe de Luxembourg ne permettant pas de fixer sa construction à une date antérieure à 1497. Voir la publication faite en 1876 par M. Hucher sur le Jubé du Cardinal de Luxembourg (in-fol. avec 8 planches et la réduction du dessin d'architecture reproduit dans cet ouvrage donnée dans la Revue du Maine (1890, tome XXVII, p. 189).
  16. Voir l'article sur Simon Hayeneufve et la chapelle de l'ancien évêché du Mans publié dans le journal Le Nouvelliste de la Sarthe, par M. Henri Chardon (numéros des 7 et 8 février 1890).
  17. En 1512, il est en procès avec Jean de la Motte, au sujet de la pièce de terre dite de la Pierre ; Hayeneufve prétendant qu'elle dépend de son lieu des Forges, l'autre affirmant qu'elle fait partie de son lieu de Blamée. Le curé du Bignon céda ses droits pour 40 livres. — 1516. Jean Hayneufve, sieur de la Croix, demeurant à Château-Gontier, pour lui et Catherine Lechevrier, sa femme, achète de Jean Delaune, marchand, un quartier de vigne au lieu de la Lande, en Saint-Rémy. — 1538. Jean Hayneufve, curé du Bignon, rend aveu à Fromentières pour une partie du temporel de sa cure (Tous ces titres sont aux archives de la fabrique du Bignon, ce qui établit l'origine castrogontérienne de ces membres de la famille Hayeneufve).