Simon Duplay (révolutionnaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le révolutionnaire. Pour son petit-fils, le chirurgien, voir Simon Duplay (chirurgien).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Duplay, Simon Duplay et Jambe de bois (homonymie).
Simon Duplay
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 52 ans)
Nationalité
Activité

Simon Duplay, dit Duplay à la Jambe de bois, né le 16 juin 1774 à Saint-Didier, mort le , est un menuisier et un révolutionnaire français. Il passe pour avoir été le secrétaire intime de Robespierre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Neveu de Maurice Duplay, il vit et travaille chez son oncle[1], auprès duquel il a appris le métier. Engagé volontaire le , il perd une jambe à Valmy[2]. Réformé, il obtient un emploi de bureau à la gendarmerie, puis au Comité de salut public en prairial an II.

Le 14 thermidor, il est arrêté pour avoir protesté aux Jacobins contre l'arrestation de la famille Duplay, et est incarcéré au Plessis. Là, il fait la connaissance des chefs babouvistes (Gracchus Babeuf, Philippe Buonarroti...).

Entre le 12 ventôse et le 8 floréal l'an IV, il dirige un journal destiné aux classes populaires, L'éclaireur du Peuple ou le Défenseur de vingt-quatre millions d'opprimés, sous le pseudonyme de Lalande ; celui-ci disparaît au bout de sept numéros.

En l'an V, il entre dans les bureaux de la Police générale dirigée par Joseph Fouché, où il demeure jusqu'à la Restauration.

Il est le grand-père d'Emmanuel Simon Duplay (1836-1924), chirurgien et membre de l'Académie de médecine, et l'arrière-grand-père de Maurice Duplay (1880-1978), homme de lettres et ami de Marcel Proust.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Hamel, Histoire de Robespierre, op. cit., t. 3, chap. XXIX.
  2. Hector Fleischmann, Robespierre et les femmes, d'après des documents nouveaux et des pièces inédites, Paris, Albin Michel, 1909, p. 127

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Léonce Grasilier, Un secrétaire de Robespierre : Simon Duplay (1774-1827) et son Mémoire sur les Sociétés secrètes et les conspirations sous la restauration, Nevers, impr. L. Cloix, , 49 p. (lire en ligne)
  • Albert Mathiez, « Mélanges. L'arrestation de Simon Duplay », Annales révolutionnaires, t. 11, no 1,‎ , p. 113-115 (JSTOR 41921114).
  • Marco Marin, « Notice critique à propos du document « Le Bonheur, émané de la Liberté ». Lettre [de Robespierre ?] à un destinataire inconnu, non datée [1792] », Annales historiques de la Révolution française, vol.  380, no 2, 2015, pp. 125-132.
  • Raymonde Monnier, entrée « Duplay », dans Albert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, Presses universitaires de France (PUF), 1989.