Simca Aronde P60

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article principal : Simca Aronde.

Simca Aronde P60
Simca Aronde P60
Simca Aronde P60 (1959)

Marque Drapeau : France Simca
Années de production 1959 - 1963
Production 455.000 exemplaire(s)
Classe Familiale
Usine(s) d’assemblage Nanterre
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) Moteur Flash:
1 089 cm3
1 290 cm3
Moteur Rush:
1 290 cm3
Transmission Propulsion, 4 rapports
Poids et performances
Poids à vide 940 - 1090 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline, coach, break, coupé, cabriolet, fourgonnette, camionnette
Dimensions
Longueur Berline : 4 189 mm
Largeur Berline : 1 567 mm
Hauteur Berline : Berline P60 : 1 427 mm
Chronologie des modèles

La Simca Aronde P60, P pour personnalisation et 60 pour la décennie à venir (sous-entendu « en avance sur son temps ») a été construite pour les modèles 1959 à 1963.

Un premier projet refusé[modifier | modifier le code]

Simca Aronde P60 Bacalan : projet sans lendemain (1958).

Une première série de P60 fut refusée par Henri Pigozzi, alors qu'il en avait déjà été produit 750 exemplaires, tous de couleur noire, avec des différences avec la P60 finale, non au niveau de la ligne générale, mais au niveau du traitement des formes, de la calandre, des pare-chocs avant (en deux parties), des ailes et des feux arrière. Ceux-ci furent stockés à Bordeaux, quai de Bacalan, puis vendus en majorité dans les pays de l'Est comme taxis : 100 exemplaires partirent vers l'Allemagne, les exemplaires restants furent vendus aux employés de la firme avec interdiction de les revendre à un tiers, et sinon de les ramener à Poissy (vraisemblablement pour être détruits). Il reste cependant des exemplaires roulants et restaurés de ces voitures aujourd'hui, désignées sous le nom de Simca Aronde P60 Bacalan.

Lancement en 1959[modifier | modifier le code]

Dévoilée en avant première au Salon de l'automobile de Paris à l'automne 1958, elle est présentée officiellement et commercialisée en janvier 1959. Présentée comme un nouveau modèle, la P60 n'est en fait que l'ultime évolution de l'Aronde, lancée deux ans plus tôt mais dont les ventes s'essoufflent déjà de manière dangereuse. Faute de temps et surtout de moyens financiers pour concevoir une voiture entièrement nouvelle et moderne, la direction de Simca décide de simplement rajeunir l'Aronde en conservant toute la base mécanique. Aidée par une audace de style et surtout un marketing très agressif, la P60 fera illusion. Elle a connu un grand succès mais assez éphémère.

La P60 produite en grande série avait des lignes plus tendues et plus modernes. Elle connut deux motorisations : le moteur « Flash », puis le moteur « Rush » à cinq paliers pour 1961[1].

Au total, 1 400 000 Aronde ont été construites, dont 455.000 P60. C'est principalement grâce à ce modèle que Simca a été le second constructeur automobile français à la fin des années 1950. Simca avait le don de communiquer et s'y employa avec bonheur sur son modèle phare, durant toute sa carrière. Ainsi, l'Aronde bénéficia d'intenses et très efficaces campagnes de presse, recevant même « l'Oscar de la publicité » pour le lancement de la gamme P 60.

Deux modèles sportifs apparaissent : un coupé « Plein-Ciel » et un cabriolet « Océane ».

Le 22 mai 1963, elle est remplacée par la Simca 1300[1].

Modèles[modifier | modifier le code]

Les différents modèles sont[1] :

Berline 4 portes
  • De Luxe, Étoile 6 (6 CV) P60, Étoile 7 (7 CV) P60 (versions économiques)
  • Étoile Super 6, Élysée (intermédiaires)
  • Montlhéry (« sport »), Montlhéry Spéciale P60 (« sport » 70 ch SAE)
Break 3 portes
  • Châtelaine
  • Ranch P60
Coach 2 portes (sans pied milieu)
  • Grand Large
  • Monaco P60 (« sport »)
  • Monaco Spéciale P60 (« sport » 70 ch)
Coupé Facel-Métallon
  • 9 Sport/De Ville
  • Plein-Ciel/Plein-Ciel Grand-Carrossier (avec pare-brise panoramique[2])
  • Plein-Ciel S (« simplifié », avec pare-brise panoramique)
Cabriolet Facel-Métallon
  • Week-end
  • Océane/Océane Grand-Carrossier (avec pare-brise panoramique)
  • Océane S (« simplifié », avec pare-brise panoramique)
Fourgonnette
  • Messagère
Camionnette bâchée
  • Intendante

Export[modifier | modifier le code]

Elle fut vendue aux États-Unis de 1958 à 1962.

Compétition et victoires[modifier | modifier le code]

Records du monde[modifier | modifier le code]

(Catégorie A1, Groupe 1, avec une voiture de classe 6 pilotée par Gauthier, Quinlin, Duhand, ainsi que R. et M. Turcey sur la piste de l’Autodrome de Linas-Montlhéry[3])

  • 25 000 kilomètres: à 117.609 km/h de moyenne, le 16 août 1952;
  • 50 000 kilomètres: à 117.276 km/h de moyenne, le 18 août 1952.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Bruno Poirier, Guide Simca - Tous les modèles de 1934 à 1964, éditions E.P.A.
  2. pare-brise avec retour sur les côtés
  3. Liste officielle des records de vitesse homologués par la FIA en catégorie A.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aronde. Le Grand livre (préface de Caroline Pigozzi), par Michel G. Renou, éditions E.P.A., 1993. (ISBN 2-85120-422-X)
  • Simca, de Fiat à Talbot (préface de Jacques Loste, P-DG de L'argus), par Michel G. Renou, éditions E.T.A.I., 1999. (ISBN 2-7268-8457-1).
  • Simca Aronde 1951-1958, par Jean-Patrick Baraille et Paul Fraysse, éditions Pixel Press Studio, 2008. (ISBN 978-2-917038-03-1)

Apparition dans la bande dessinée[modifier | modifier le code]

Dans la période pré-Turbotraction des aventures de Spirou et Fantasio, ceux-ci roulent en Aronde, que l'on voit en particulier dans Les Voleurs du marsupilami créditée d'une vitesse flatteuse... et verbalisée.

Dans " S.O.S Météores " d'Edgar P. Jacobs paru en 1959, le chauffeur de taxi Ernest Brisson, qui accueille le professeur Mortimer à la gare de Versailles Rive-Gauche, conduit une Aronde 1300.

Films sur l'Aronde et la P60[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :