Silvio Denz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Silvio Werner Denz

Silvio Werner Denz, né le 14 septembre 1956 à Bâle (Suisse), est un entrepreneur, collectionneur de grands crus et d’objets d’art[1]. Il vit en Suisse. Sous son impulsion, l’entreprise familiale Alrodo se développe et devient rapidement la plus grande chaîne de parfumeries en Suisse, s’octroyant 18 % du marché[2]. Après la vente d’Alrodo à Marionnaud en 2000, Silvio Denz, grand collectionneur de flacons de parfums Lalique, rachète la cristallerie Lalique en 2008 au groupe Pochet et la sauve ainsi de la délocalisation[3]. L'art de vivre de la Maison Lalique se retrouve à travers une large gamme de créations: objets décoratifs, pièces d'architecture intérieure, bijoux, parfums, oeuvres d'art et hôtellerie-restaurant [4]. La marque est aujourd’hui représentée dans plus de 700 points de vente dans le monde. Silvio Denz diversifie son activité dans le négoce du vin, fait l’acquisition de châteaux en France et de domaines viticoles dans le sud de l’Europe[5]. Silvio Denz fait partie du "WHO IS WHO" 2018 des magazines suisses BILANZ[6] et PME magazine, qui regroupe les 100 personnalités les plus influentes de l'économie suisse.

Vie et carrière[modifier | modifier le code]

Alrodo[modifier | modifier le code]

En 1984, Silvio Denz reprend la direction de l’entreprise familiale Alrodo AG. En 20 ans, il réussit à transformer Alrodo en l’une des plus grandes chaînes de parfum de Suisse avec 120 filiales à son actif[7]. Il vend la société en 2000 à Marionnaud[8]. Dans la foulée, Silvio Denz décide d’élargir son champ d’action à la production et à la distribution de parfums et fonde la société Lalique Group (ex-Art & Fragrance), qui au fil des années développe son portefeuille de marques et de licences : Lalique, Jaguar, Parfums Grès, Parfums Samouraï Alain Delon, Bentley et Ultrasun. La société est cotée en bourse dès 2007 à la Bourse de Berne, et depuis juin 2018, à la SIX Swiss Exchange.

Lalique[modifier | modifier le code]

Collectionneur de flacons de parfums anciens créés par René Lalique, Silvio Denz possède la collection privée la plus importante au monde[9],[10], de ces flacons, avec plus de 650 pièces originales[11]. En 2008, il rachète la prestigieuse cristallerie française Lalique. Restructurée en profondeur, la société renoue dès lors avec les bénéfices. À l’image de la démarche artistique éclectique de René Lalique, Silvio Denz réoriente Lalique vers le lifestyle et s’applique à l’inscrire dans un univers qui s’articule autour de six piliers : art, objets décoratifs, architecture d’intérieur, bijoux, parfums et hôtels/restaurants [12]. Des projets de co-branding sont développés entre Lalique et d’autres marques actives dans le domaine du luxe (Bentley, The Macallan, Steinway & Sons, etc). Des collaborations sont également nouées avec des artistes de renom (Zaha Hadid, Jean-Michel Jarre, Damien Hirst[13], etc) et donnent naissance à des collections exclusives. En 2011, après deux ans de travaux, le musée Lalique ouvre ses portes à Wingen-sur-Moder ; il présente plus de 650 œuvres créées par René Lalique et ses successeurs[14], de la joaillerie au cristal, en passant par le verre. Il décide d’offrir une nouvelle vie à la villa historique de René Lalique, à Wingen-sur-Moder (Alsace) avec un projet de grande envergure : en faire un hôtel-restaurant de très haut standing[15], qui vise le label « Relais & Châteaux » et les 5 étoiles. Il s’adjoint les compétences de l’architecte suisse Mario Botta pour la rénovation de ce lieu chargé d’histoire, et fait appel aux designers Lady Green et Pietro Mingarelli pour la décoration intérieure. Les suites évoquent le génie de René Lalique[16] et portent le nom de certaines de ses créations emblématiques[17]. L’une d’entre elles, « Hirondelles », était à l’époque la chambre de l’artiste[18]. À la tête du restaurant, Silvio Denz nomme Jean-Georges Klein, 3* Michelin, un des meilleurs chefs de sa génération. Le chef sommelier de la Villa Lalique, Romain Iltis, est sacré en 2015 Meilleur Ouvrier de France (MOF) dans la catégorie sommellerie[19]. A la Villa Lalique, il gère une cave de 20000 bouteilles[20].

Commerce du vin[modifier | modifier le code]

Silvio Denz conjugue ses passions au pluriel. Celle qu’il nourrit pour le vin[21] le conduit dès le début des années 1980 à collectionner des grands crus. Sa collection, riche de plus de 35’000 bouteilles, est considérée comme l’une des 10 plus importantes au monde. Il est également propriétaire de Château Lafaurie-Peyraguey[22], le premier Grand Cru Classé de Sauternes, et de deux crus classés de Saint-Emilion, Faugères et le Château Péby Faugères. La cuvée 2005 de Château Péby Faugères a reçu la note de 100/100 par le prestigieux guide Parker[23],[24]. Cet amateur de vin passionné est aussi associé au domaine Montepeloso en Italie (achat en 2007 avec Fabio Chiarelotto) et au Clos d’Agon en Catalogne (Espagne)[25]. En décembre 2015, il figure au classement dressé par le quotidien français Les Echos qui distingue les 50 personnalités les plus influentes dans l’industrie du vin. La Revue du vin de France le classe également parmi les 200 personnalités incontournables qui font prospérer le vin français dans l’Hexagone et au-delà[26].

Le 17 septembre 2017, Silvio Denz a été intronisé Jurat de Saint-Emilion[27]. La Jurade de Saint-Emilion compte aujourd’hui 127 Jurats et plus de 3000 ambassadeurs des vins de Saint-Emilion à travers le monde. Denz a reçu en octobre 2017 un Prix Spécial décerné par Fond’Action Alsace [28]pour son engagement dans la région Alsace, et le prix du Guillon d’Or par la Confrérie du Guillon[29], confrérie des vins vaudois fondée en 1954, pour saluer sa passion et ses actions dans le monde du vin.

Distinctions et memberships[modifier | modifier le code]

• Membre du conseil d'administration de Lindt & Sprüngli (2018)[30]

• Membre de la Chaîne des Rôtisseurs, Alsace (2018)[31]

• Jurat de Saint-Emilion, La Jurade de Saint-Emilion (17 septembre 2017) [27]

• Prix spécial du jury, Fond’Action Alsace (2017) [28]

• Prix du Guillon d’Or, Confrérie du Guillon (2017) [29]

• Membre de Keepers of the Quaich, Ecosse (2015) [32]

• Confrère d'Honneur, Confrérie Saint-Etienne d'Alsace (2017)[33]

• Membre du Club Prosper Montagné (2016) [34]

Références[modifier | modifier le code]

  1. BFMTV, BFM Business, 25 février 2014. "Le Paris de Silvio Denz, Lalique, dans Paris est à vous“, Karine Vergniol"
  2. LSA, commerce et consommation, 17 mai 2001. "« PARFUMERIES : Qui va gagner la bataille de l’Europe ? »"
  3. Le Point, 14 février 2008, Chloé Durand-Parenti "Lalique rachetée par un groupe suisse"
  4. Le Figaro, 19 mars 2014, Stéphane Reynaud "Silvio Denz : „je vends des émotions"
  5. La revue du vin de France, Corinne Lefort "Grand Entretien – Silvio Denz"
  6. (de) « Who is who », sur bilanz.ch, (consulté le 10 janvier 2018)
  7. emarketing.fr, 1er mars 2008, Béatrice Héraud "Marionnaud se refait une beauté"
  8. Le Figaro, 21 octobre 2015, Carole Bellemare "Silvio Denz, l'esthète et épicurienqui redonne du lustre à Lalique"
  9. Robb Report, 1er novembre 2010, Samantha Brooks "Crystal revelations"
  10. Blouinartinfo.com, 3 janvier 2014, Sonia Kolesnikov-Jessop "The Collector: Silvio Denz and his Lalique Glass Menagerie"
  11. Watch Your Time, supplément Montres du Monde, page 15, 11 avril 2014, Marie-Pierre Valli "Silvio Denz épouse son temps"
  12. Le Point, 1er janvier 2015, Marine de la Horie, „L’art et la matière“
  13. The Mayfair Magazine, novembre 2015, Emily Adams "The Butterfly Effect"
  14. New York Times“, Eve M. Kahn, 23 juin 2011 "Suddendly, Lalique is back in Vogue"
  15. Dernières Nouvelles d’Alsace, 5 février 2014, Thomas Lepoutre "Un hôtel-restaurant haut de gamme à la villa Lalique"
  16. The Times, Carol Lewis, 16 octobre 2015 "Like the furniture? Then buy it"
  17. Challenges, 1er octobre 2015, Bertrand Fraysse, „Alsace : Nuit chez Lalique“
  18. Financial Times, Natalie Whittle, 27 novembre 2015 "Hotel insider: Villa René Lalique, France"
  19. Le Républicain Lorrain, 11 février 2015, Jonathan Breuer "Le doublé gagnant du sommelier Romain Iltis"
  20. Les Echos, 23 octobre 2015 "Le coup de fourchette d'Alexander Lobrano : du plaisir sous le cristal"
  21. Bilan, 5 janvier 2015 "Ces investisseurs passionnés par le goût"
  22. La revue du vin de France, 4 février 2014, Philippe Maurange et Baptiste Charbonnel "Sauternes : Château Lafaurie-Peyraguey vendu "
  23. Les 300 vins ayant obtenu la note de 100/100 par Robert Parker [1]
  24. Les douze parfaits du guide Parker [2]
  25. Schweizer Radio und Fernsehen, Magazine ECO, 2 mars 2015, Michael Gerber "Silvio Denz: Millionen mit Villen, Wein und Parfum"
  26. La Revue du vin, n° 597, Les 200 personnalités du vin - Le classement 2015
  27. a et b « La Jurade de Saint-Emilion | Vins de Saint-Emilion », sur www.vins-saint-emilion.com (consulté le 1er novembre 2017)
  28. a et b « Les lauréats - Fond'action Alsace », sur www.fondaction-alsace.com (consulté le 1er novembre 2017)
  29. a et b www.guillon.ch, Confrérie du Guillon, « Guillon d'Or - CDC | Confrérie du Guillon - Les Vignobles et les Vins Vaudois », sur www.guillon.ch (consulté le 1er novembre 2017)
  30. (en) « Annual General Meeting 2018 », sur lindt-spruengli.com
  31. « Bailliage de France », sur Chaîne des Rôtisseurs
  32. « Keepers of the Quaich », sur keepersofthequaich.co.uk, (consulté le 10 janvier 2018)
  33. « Confrère d'Honneur », sur www.confrerie-st-etienne.com, (consulté le 10 janvier 2018)
  34. « Membre du Club Prosper Montagné », sur club-prosper-montagne.ch, (consulté le 10 janvier 2018)