Silicon Wadi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc scientifique d'Azorim à Petah-Tikva.
Village incubateur de Yoqneam.
Parc scientifique de Matam (en) à Haïfa.
Siège local de Microsoft à Herzliya.
Bureaux d'Intel à Petah Tikva.
Bureaux d'IBM à Petah Tikva.

La Silicon Wadi[1] (hébreu : סיליקון ואדי, littéralement la « vallée du silicium ») est une zone de grande concentration d'industries de hautes technologies[2] située dans la plaine côtière israélienne (en) et comparable à la Silicon Valley américaine. La région s'étend sur une grande partie de l'État d'Israël, bien que des concentrations particulièrement élevées d'industrie de hautes technologies puissent surtout être trouvées dans la région de Tel Aviv-Jaffa, ainsi que de plus petites près des villes de Ra'anana, Petah Tikva, Herzliya, Netanya, de la ville universitaire de Rehovot et de sa voisine Rishon Letsion. De plus, d'autres zones de hautes technologies peuvent aussi être trouvées à Haïfa et Césarée. Des secteurs de hautes technologies plus récents ont été construits à Jérusalem, dans des villes telles que Yoqneam et dans la première « ville privée d'Israël », Airport City, près de Tel Aviv-Jaffa.

Origine du terme[modifier | modifier le code]

Le nom de « Silicon Wadi » est un jeu de mots basé sur le nom de la Silicon Valley de Californie. « Wadi » est un mot arabe désignant une vallée ou un lit de rivière à sec et est également utilisé en hébreu.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les entreprises de hautes technologies israéliennes commencent à apparaître dans les années 1960[3]. En 1961, ECI Télécom (en) est fondée, suivie en 1962 par Tadiran et les Industries électroniques Elron (en) considérées par beaucoup comme le « Fairchild d'Israël[3] ». Le nombre d'entreprises au succès international augmente lentement, avec seulement une ou deux nouvelles entreprises réussissant dans le monde chaque année jusqu'au début des années 1990. Motorola est la première société américaine à créer une unité de R&D en Israël en 1964[3]. Le centre développe d'abord des produits sans fil, commes des systèmes d'irrigation à distance ou des puces de pointe plus récentes, telles que la 68030[3]. À la suite de l'embargo français de ventes d'armes de 1967, Israël est forcée de développer une industrie militaire nationale, en se concentrant sur le développement de l'avantage technologique sur ses voisins[3]. Certaines de ces entreprises militaires commencent à chercher et à développer des applications civiles de la technologie militaire[3]. Dans les années 1970, d'autres innovations commerciales apparaissent, dont beaucoup sont basées sur la R&D militaire comme le système d'impression numérique Scitex (en), qui est basé sur des tambours à rotation rapide à partir de systèmes de guerre électronique à rotation rapide[3], et Elscint (en), qui développe une imagerie médicale innovante et devient une des premières entreprises sur son marché[4].

Les entreprises de hautes technologies continuent de lutter pendant cette période à travers le commercial et l'invention de nombreux produits, comme un mini-ordinateur développé dans les années 1970 par Elbit, mais qui n'a pas pu commercialiser avec succès le produit[3].

Le marché mondial des logiciels prend son envol[modifier | modifier le code]

Lentement, l'industrie informatique internationale met l'accent sur le matériel (dans lequel Israël n'a pas d'avantage comparatif) pour les produits logiciels (dans lesquels le capital humain joue un rôle plus important)[3]. Le pays devient l'une des premières nations à concurrencer les marchés mondiaux de logiciels[3]. Dans les années 1980, un ensemble diversifié d'entreprises de logiciels se développe. Chaque niche trouvée qui n'est pas dominée par des entreprises américaines entre 1984 et 1991 connait une augmentation d'exportation de logiciels « purs » de 5 à 110 millions €. Beaucoup d'idées importantes sont développées par les diplômés du centre Mamram (en), le corps informatique israélien, établi par l'Armée de défense d'Israël dans les années 1960[3].

Au cours des années 1980 et du début des années 1990, plusieurs sociétés de logiciels à succès émergent en Israël, notamment : Amdocs (établie en 1982 sous le nom d'Aurec Information), Cimatron (en) (établie en 1982), Magic Software Enterprises (établie en 1983), Comverse (en) (établie en 1983 sous le nom d'Efrat Future Technologies), Aladdin Knowledge Systems (en) (établie en 1985), NICE Systems (établie en 1986), Mercury Interactive (en) (établie en 1989) et Check Point (établie en 1993).

Les années 1990 voient le décollage réel des industries de haute technologie en Israël, l'attention des médias internationaux augmentant la sensibilisation à l'innovation dans le pays[3]. La croissance augmentant, alors que de nombreux immigrants d'Union soviétique arrivent et fournissent une main-d’œuvre diplômée disponible[3]. Les accords de paix, comme les Accords d'Oslo de 1993, favorisent l'environnement d'investissement et la Silicon Wadi commence à se transformer en une remarquable zone concentrée de haute technologie[3].

Envol d'internet[modifier | modifier le code]

En 1998, Mirabilis, une société israélienne ayant développé le programme de messagerie instantanée ICQ, qui révolutionne la communication sur Internet, est racheté par America Online (AOL) pour 407 millions €, 18 mois après sa création et sans avoir généré de revenus. Le service gratuit attire une base d'utilisateurs de 15 millions dans cette période et, en 2001, ICQ compte plus de 100 millions d'utilisateurs dans le monde[5].

Le succès de Mirabilis déclenche un boom d'internet en Israël et des milliers de petites sociétés sont créées entre 1998 et 2001, tandis que le capital risque augmente chez les entreprises israéliennes a hauteur de 1 851 millions € en 1999, atteignant un maximum de 3 701 millions € en 2000. Plus de cinquante entreprises israéliennes font leur introduction en bourse au NASDAQ et autres marchés boursiers internationaux pendant cette période[6].

La Silicon Wadi aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Depuis plus de 50 ans, la demande locale alimente l'expansion industrielle israélienne, tandis que la population du pays augmente rapidement et le niveau de vie également. Plus récemment, la demande mondiale pour les technologies avancées, les logiciels, l'électronique et d'autres équipements sophistiqués israéliens stimule la croissance industrielle. La très bonne réputation d'Israël dans les nouvelles technologies résulte de l'accent mis sur l'enseignement supérieur et la R&D. Les facteurs culturels contribuant à l'expansion sont le concept de chutzpah et l'ouverture à l'immigration[7]. Le gouvernement aide également la croissance industrielle en fournissant des prêts à faible taux à partir de son budget de développement. Les principales limitations rencontrées par l'industrie sont la pénurie de matières premières nationales et de sources d'énergie et la taille restreinte du marché local. Un certain avantage est que de nombreux diplômés universitaires israéliens sont susceptibles de devenir des entrepreneurs informatiques ou de se joindre à des jeunes entreprises, soit environ deux fois plus que les diplômés universitaires américains, qui sont également attirés par des postes de direction traditionnels, selon Charles A. Holloway (en), co-directeur du Centre d'études entrepreneuriales et professeur à la Stanford Graduate School of Business de l'université Stanford[8]. ICQ, par exemple, l'un des producteurs de logiciels israéliens les plus connus au monde, a été développé par 4 jeunes entrepreneurs[9]. IBM a une équipe de R&D à Jérusalem[10] qui fait partie d'un certain nombre d'autres affiliées à IBM Israel (en).

Recherche généalogique[modifier | modifier le code]

Selon l'étude menée par le professeur Shmuel Ellis, président du département de gestion de la Faculté de gestion de l'université de Tel Aviv, en collaboration avec le professeur Israel Drori de la School of Business Administration du Collège de Management et le professeur Zur Shapira, présidente du Département de gestion et d'organisation de l'université de New York, le Groupe RAD (en), fondé en 1981 par les frères Yehuda et Zohar Zisapel (en), a été le « terrain le plus fertile » pour créer des entrepreneurs israéliens, ayant produit 56 « entrepreneurs en série » ayant créé plus d'une société chacun. Les « diplômés » du Groupe RAD sont responsables de la mise en place de 111 initiatives significatives de haute technologie[11].

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Centres de production de HP, Intel et Micron à Kiryat Gat.

En raison de la petite taille d'Israël, la concentration d'entreprises de haute technologie dans une grande partie du pays suffit pour être reconnue comme une seule grande zone. La plupart des activités sont situées dans les zones densément peuplées de la métropole de Tel Aviv-Jaffa, Haïfa (Matam (en)), et Jérusalem (parc scientifique de Jérusalem (en), Har Hotzvim (en) et JVP Media Quarter (en) à Talpiot), et au village incubateur de Yoqneam, bien que d'autres secondaires comprenant des activités supplémentaires se trouvent dans le corridor en direction vers Beer-Sheva, comme à Kiryat Gat, et en Galilée occidentale. Au total, il s'agit d'une superficie ne dépassant pas 6 000 kilomètres carrés, la moitié de celle de la Silicon Valley[3].

Économie[modifier | modifier le code]

Beaucoup de sociétés de technologie internationales disposent de secteurs de Recherche et développement dans la région, comme Intel, IBM[10], Google, Facebook, Hewlett-Packard, Philips, Cisco Systems, Oracle, SAP, BMC Software, Microsoft, Motorola et CA Technologies. Beaucoup d'entreprises israéliennes de haute technologie sont basées dans la région, comme Zora (en), CEVA (en), Aladdin Knowledge Systems (en), Mellanox, NICE Systems, Horizon Semiconductors, RAD Data Communications (en), Radwin, Radware (en), Tadiran Telecom (en), Radvision, Check Point, Amdocs, Babylon, Elbit, Israel Aerospace Industries ainsi que le concepteur et fabricant de matériel thermique solaire Solel (en), la plupart étant listé au NASDAQ qui a de plus un indice d'Israël. Intel a développé son processeur Core Duo multi-cœur dans son centre de développement d'Israël situé à la Merkaz Ta'asiya ve'Meida (Matam (en)) à Haïfa[12]. En 2006, plus de 3 000 startup sont créées en Israël, un nombre qui place le pays à la seconde place après les États-Unis[13]. Newsweek a également qualifié Tel Aviv comme l'une des dix meilleures « villes de haute technologie » du monde[14]. En 1998, Tel Aviv est nommée par Newsweek comme l'une des dix plus influentes villes sur le plan technologique du monde[15]. En 2012, la ville est également nommée comme l'un des meilleurs endroits pour démarrer une entreprise de haute technologie, placée seulement à la seconde place derrière la Silicon Valley américaine[16],[17].

Importance[modifier | modifier le code]

L'importance de la Silicon Wadi est d'abord été reconnue internationalement par le magazine Wired qui, en 2000, classe le lieu grâce à la force des effets de concentration, donnant au site israélien de haute technologie le même rang que Boston, Helsinki, Londres ou Kista en Suède, et deuxième seulement derrière la Silicon Valley.

Secteurs[modifier | modifier le code]

Industrie du capital-risque israélien[modifier | modifier le code]

Article principal : Capital-risque en Israël.
La Jerusalem Venture Partners (en) (JVP), l'une des plus grandes sociétés de capital risque d'Israël.

L'origine de l'industrie de capital risque en plein essor peut être attribuée à une initiative gouvernementale de 1993 appelée le programme Yozma (« Initiative » en hébreu) qui offre alors des incitations fiscales attrayantes à tout investissement de capital-investissement étranger en Israël et propose de doubler tout investissement avec des fonds du gouvernement[20]. En conséquence, entre 1991 et 2000, les dépenses annuelles de capital-risque en Israël, presque toutes privées, sont multipliées par plus de 60, passant de 58 millions $ à 3,3 milliards $. Les entreprises lancées par des fonds de risque israéliens passent de 100 à 800 et les revenus de technologie de l'information en Israël passent de 1,6 milliard $ à 12,5 milliards $ En 1999, Israël occupait le deuxième rang, derrière les États-Unis, dans le montant de capital privé investi en tant que part du PIB. La pays domine cependant dans la part de sa croissance attribuable aux entreprises de haute technologie : 70 %[20].

L'industrie florissante du capital-risque en Israël joue un rôle important dans le secteur en plein essor de la haute technologie, la crise financière mondiale de 2007-2010 affecte également la disponibilité du capital-risque au niveau local. En 2009, il y a 63 Ffusions-acquisitions sur le marché israélien d'une valeur totale de 2,54 milliards de dollars$, 7% en dessous des niveaux de 2008 (2,74 milliards $), lorsque 82 entreprises israéliennes ont été fusionnées ou acquises et 33% inférieures à celles de 2007 (3,79 milliards $) lorsque 87 entreprises israéliennes ont été fusionnées ou acquises[21]. De nombreuses sociétés israéliennes de haute technologie ont été acquises par des sociétés mondiales pour leur personnel qualifié et fiable.

L'industrie israélienne du capital-risque compte environ 70 fonds actifs de capital risque, dont 14 internationaux ayant son siège en Israël. En outre, il existe quelque 220 fonds internationaux, comme Polaris Partners (en), Accel Partners et Greylock Partners (en), qui n'ont pas de succursales en Israël, mais investissent activement dans le pays par l'intermédiaire d'un spécialiste interne.

En 2009, le secteur de sciences de la vie domine le marché avec 272 millions $ ou 24% du capital total levé, suivi par le secteur du logiciel avec 258 millions $ ou 23%, le secteurs des communications avec 219 millions $ ou 20%, and theet le secteur d'internet avec 13% du capital total levé en 2009[21].

Multinationales technologiques opérant en Israël[modifier | modifier le code]

Siège israélien de SanDisk à Kfar Saba.
Centre de développement de Marvell à Petah Tikva.
Centre de développement CA Technologies à Herzliya.

Avec un bilan aussi impressionnant de création de profits par la technologie, Israël est devenu le premier choix pour de nombreux chefs d'entreprise et des géants de l'industrie de haute technologie. En 2010, plus de 35 000 professionnels sont employés dans des centres de recherche et de développement multinationaux en Israël, faisant de la Silicon Wadi une source de développement technologique stratégique à l'échelle mondiale. Environ 60 centres étrangers de R&D sont impliqués dans une large gamme d'activités, comme les produits chimiques, les machines industrielles, les équipements de communication, les instruments scientifiques, les dispositifs médicaux, les équipements de mémoire flash, les composants informatiques, les logiciels, les semi-conducteurs et internet.

Entreprise Année d'établissement en Israël Nombre d'employés en Israël Principales acquisitions en Israël
IBM 1949 2 000 Ubique[22], I-Logix[23], XIV[24], Guardium[25], Diligent Technologies[26], Storwize[27], Worklight[28], Trusteer[29], EZSource[30]
Motorola 1964 1 500 Terayon, Bitband[31]
Intel 1974 9 200 DSPC[32] Envara[33], Comsys[34], InVision Biometrics[35], Telmap[36] Mobileye
Microsoft 1989 750 Maximal[37], Peach Networks[38], Whale Communications[39], Gteko[40], YaData[41], 3DV Systems[42] Secure Islands[43]
Applied Materials 1991 1 200 Orbot Instruments, Opal Technologies[44], Oramir Semiconductor[45]
Qualcomm 1993[46] 450 EPOS (ultrasound positioning), DesignArt Networks (femtocell), iSkoot, Wilocity (WiGig), CSR/Zoran Israel imaging unit; also invested in multiple Israeli startups via Qualcomm Ventures
Cisco Systems 1997 1 500 CLASS Data Systems, HyNEX, Seagull Semiconductor, PentaCom, P-Cube, Riverhead Networks[47], Intucell[48], Sheer Networks[49], NDS Group[50]
Hewlett-Packard 1998 6 000 Indigo Digital Press, Scitex Vision, Nur Macroprints, Mercury Interactive, Shunra[51]
SAP AG 1998 800 OFEK-Tech, TopTier Software, TopManage, A2i[52]
Alcatel Lucent 1998 250 LANNET, Chromatis Networks, Mobilitec[53]
GE Healthcare 1998 400 entreprises nucléaires et MR d'Elscint[54], Diasonics Vingmed[55]
BMC Software 1999 450 New Dimension Software[56], Identify Software[57]
CA Technologies 1999 300 Security-7, Abirnet, XOSoft, Oblicore, Nolio
Philips Electronics 1999 700 Elscint, Veon, CDP Medical[58]
Broadcom 2000 500 VisionTech, M-Stream, Siliquent Technologies, Dune Networks, Percello, Provigent, SC Square[59]
Marvell Technology Group 2000 1 600 Galileo Technology[60]
Siemens 2000 900 eship-4u, Tecnomatix Technologies, Solel Solar Systems
EMC Corporation 2004 1 000 Kashya, nLayers, proActivity, Illuminator, ZettaPoint, Cyota[61], XtremIO[62]
eBay 2005 400 Shopping.com, Fraud Sciences, The Gift Project[63], SalesPredict[64], Corrigon Ltd[65].
SanDisk 2006 650 M-Systems[66]
Google 2006 600 LabPixies, Quiksee, modu (patents only)[67], Waze[68] SlickLogin[69]
Red Hat 2008 200 Qumranet[70]
VMware 2008 200 B-Hive networks[71], nlayers[72], Digital Fuel[73], Wanova[74]
Micron Technology 2010 1 300 Acquired Numonyx, une coentreprise d'Intel Corporation et STMicroelectronics[75]
Klarna 2011 40 Analyzd [76]
Apple Inc. 2012 450 Anobit[77], PrimeSense[78] LinX Computational Imaging Ltd[79]
Covidien 2012 1 200 Oridion Systems[80], superDimension, PolyTouch[81]
Facebook 2013 110[82] Onavo[83], Pebbles Interfaces[84]
Amazon 2014[85] 150[86] Annapurna Labs[87],[88]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Business as usual », Financial Times
  2. Viva Tel Aviv!
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o Catherine de Fontenay and Erran Carmel, Israel’s Silicon Wadi: The forces behind cluster formation, June 2002
  4. Elscint Ltd. - Company history FundingUniverse
  5. (en) « Is the ICQ experiment working? », CNET News,‎ (lire en ligne)
  6. (en) « Page not found », oecd.org
  7. Chutzpah of Israeli Startups, (en) « Archived copy » [archive du ] (consulté le 5 décembre 2009)
  8. (en) Buzzy Gordon, « Silicon Wadi not that far from Silicon Valley, prof says », j.,‎ (lire en ligne)
  9. New Jersey Technology Council
  10. a et b IBM Research | IBM Haifa Labs
  11. (en) « The Mother of the Start-Ups: The RAD Group Gave Birth to 110 Companies », The Marker,‎
  12. « Israel Saves Intel »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 16 août 2017) « https://web.archive.org/web/20070824020303/http://www.isrealli.org/israel-saves-intel »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  13. (en) « Business as usual », Financial Times
  14. (en) « Error-2010-f3 », israelemb.org
  15. (en) « Tel Aviv One of The World’s Top High-Tech Centers »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Jewish Virtual Library, American-Israeli Cooperative Enterprise (consulté le 14 octobre 2012)
  16. (en) « After Silicon Valley, Tel Aviv Ranks Best for Tech Startups: Study », Bloomberg, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  17. (en) « Tel Aviv named top startup center », ISRAEL21c
  18. Game over in Download Valley? Haaretz, Inbal Orpaz, Orr Hirschauge, August 22, 2013
  19. « Conduit Diversifies Away From 'Download Valley' »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 16 août 2017) Wall Street Journal, Orr Hirschauge, updated May 15, 2014
  20. a et b Gilder, George, Silicon Israel — How market capitalism saved the Jewish state, vol. 19 (lire en ligne), chap. 3
  21. a et b « Venture Capital in Israel »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 16 août 2017)
  22. (en) « Lotus Development Corp. to Bring Real-Time Dimension to Messaging and Groupware », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne)
  23. (en) « IBM Completes Acquisition of Telelogic AB », IBM Press room, IBM,‎ (lire en ligne)
  24. (en) « IBM acquires Israel-based XIV for undisclosed sum », Reuters,‎ (lire en ligne)
  25. (en) « IBM to buy Israeli start-up company for $225 million », Haaretz,‎ (lire en ligne)
  26. (en) « IBM Acquires Storage Company Diligent Technologies », IBM, (consulté le 2 juin 2008)
  27. (en) « IBM to Acquire Storwize for Data Compression Capabilities », IBM, (consulté le 29 juillet 2010)
  28. (en) « IBM Advances Mobile Capabilities with Acquisition of Worklight », IBM, (consulté le 31 janvier 2012)
  29. (en) Ingrid Lunden, « IBM Buys Israel/US Cybersecurity Specialist Trusteer For $800M-$1B », TechCrunch, AOL
  30. (en) « IBM Acquires Israeli App Discovery Company EZSource », Jewish Business News, (consulté le 28 octobre 2016)
  31. (en) Guy Grimland, « Motorola in first Israeli acquisition: Bitband », Haaretz,‎ (lire en ligne)
  32. (en) Guy Grimland, « Seven years after buying DSPC, Intel's selling it for half the price », Haaretz,‎ (lire en ligne)
  33. (en) « Intel buys Envara for $40m », Globes,‎ (lire en ligne)
  34. (en) Dusan Belic, « Intel acquires Israel-based Comsys Mobile Communication and Signal Processing », InfoMobile,‎ (lire en ligne)
  35. (en) Shmulik Shelah, « Intel in talks to buy Israel's InVision Biometrics », Globes,‎ (lire en ligne)
  36. (en) Reuters, « Intel Reaches Deal to Acquire Telmap », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  37. (en) « Microsoft Corp acquires Maximal Intelligence », Thomson Financial, (consulté le 31 octobre 2008)
  38. (en) « Microsoft To Acquire Peach Networks » [archive du ], Microsoft, (consulté le 29 février 2000)
  39. (en) « Microsoft Corp acquires Whale Communications Ltd », Thomson Financial, (consulté le 31 octobre 2008)
  40. (en) « Microsoft Corp acquires Gteko Ltd », Thomson Financial, (consulté le 31 octobre 2008)
  41. (en) « Microsoft Corp acquires YaData Ltd », Thomson Financial, (consulté le 31 octobre 2008)
  42. (en) Nick Wingfield, « Microsoft Swings at Wii With Videocam », Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  43. (en) « Microsoft to acquire data protection firm Secure Islands. The deal will be used to bolster Microsoft's Azure Rights Management Service. », PC World,‎ (lire en ligne)
  44. (en) « Applied Materials Buys Orbot Instruments, Opal for $285 Mln; Opal chairman Meny Erad: "This is a great day for Israeli high-tech." », Globes,‎ (lire en ligne)
  45. (en) « SEC Info - Applied Materials Inc/DE - ‘10-Q’ for 7/29/01 », secinfo.com
  46. Qualcomm Israel company profile (lire en ligne)
  47. Ben-yehuda, Eynav, Cisco Israel hiring 70 software engineers for the newly acquired Riverhead Networks (lire en ligne)
  48. Cisco announces intent to acquire Intucell, Jan 2013
  49. (en) « Cisco Systems to Acquire Sheer Networks » [archive du ], Cisco Systems, (consulté le 15 avril 2008)
  50. (en) « CISCO acquires NDS », Cisco Systems, (consulté le 15 mars 2012)
  51. (en) « HP to Acquire Network Virtualization Business & Technology of Shunra », HP next,
  52. « SAP - Dedicated Partner to Israel »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 16 août 2017), Invest in Israel
  53. « Lucent Technologies Completes Acquisition of Mobilitec, a Leading Provider of Content Delivery and Management Software »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 16 août 2017)
  54. Elbit sells off Elscint businesses through deals with Picker and GE Diagnostic Imaging September 16, 1998
  55. (en) « GE Medical acquires Diasonics Vingmed », BizJournal,‎ (lire en ligne)
  56. (en) Staff writer, « COMPANY NEWS; BMC SOFTWARE TO ACQUIRE NEW DIMENSION », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  57. (en) Jean-Pierre Garbani, Simon Yates et Thomas Powell, « BMC Software Acquires Identify Software To Reinforce Transaction Management », Forrester (market research),‎ (lire en ligne)
  58. « E-Health Insider, 3 Aug 2010 :: Philips acquire Israeli PACS company »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 16 août 2017)
  59. (en) « About Us », broadcom.com
  60. (en) « Marvell to acquire LAN-chip supplier Galileo for $2.7 billion in stock », eetimes, (consulté en 2011-06012)
  61. EMC CEO: We'll make more acquisitions in Israel - Globes, 7 Dec 2011
  62. EMC Acquires XtremIO, May 2012
  63. (en) Roy Goldenberg, « eBay buys Israeli start up The Gifts Project: The price is estimated to be in the tens of millions of dollars. », Globes,‎ (lire en ligne)
  64. (en) « eBay acquires Israeli co SalesPredict », Globes, (consulté le 28 octobre 2016)
  65. (en) « eBay acquires Israeli visual search co Corrigon », Globe English, (consulté le 28 octobre 2016)
  66. (en) « SanDisk Completes Acquisition of Msystems », SanDisk, (consulté le 31 juillet 2010)
  67. (en) « Google acquires Modu », cnet (consulté le 20 mai 2011)
  68. Google Bought Waze For $1.1B, Giving A Social Data Boost To Its Mapping Business
  69. (en) « Google acquires Sound Based Password Developing Firm SlickLogin », IANS, news.biharprabha.com (consulté le 17 février 2014)
  70. (en) « The Evolution of Virtualization: Qumranet joins Red Hat. »,
  71. VMware to Acquire B-hive Networks to Further Enhance Virtualization Platform with Application Performance Management « https://web.archive.org/web/20130607051659/http://www.vmware.com/company/news/releases/bi_hive.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), , VMware News Releases, May 28, 2008
  72. « VMware to Acquire Several Management Products from EMC Ionix »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 16 août 2017), Ben Verghese, VMware Blogs - February 25, 2010
  73. VMware To Acquire Digital Fuel, IT Financial and Business Management SaaS Company, VMware News Releases, June 13, 2011
  74. VMware To Acquire Wanova, Intelligent Desktop Solutions Provider « https://web.archive.org/web/20120525013807/http://www.vmware.com/company/news/releases/vmw-wanova-05-22-12.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), , VMware News Releases, May 22, 2012
  75. (en) « Micron Technology buys Numonyx Numonyx has 1,200 employees at its Israeli fab, where no layoffs are expected. », Globes,‎ (lire en ligne)
  76. (en) « Klarna acquires Analyzd to tie social to finance and payments », TechCrunch, AOL, (consulté le 8 avril 2016)
  77. (en) « Apple Said to Acquire Israel’s Anobit for About $390 Million », Bloomberg,‎ (lire en ligne)
  78. Apple Agrees to $350 Million Deal for Israel’s PrimeSense, Bloomberg
  79. (en) Orr Hirschauge, « Apple Buys Israeli Camera-Technology Company LinX »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Wall Street Journal, (consulté le 13 novembre 2015)
  80. Covidien to Buy Jerusalem-Based Oridion for $346 Million, David Wainer, Bloomberg - Apr 5, 2012
  81. Covidien shopping spree could continue The medical device company has announced three acquisitions in Israel this year « https://web.archive.org/web/20120506164355/http://www.globes.co.il/serveen/globes/docview.asp?did=1000745299&fid=1724 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), , Gali Weinreb, Globes May 12, 2012
  82. (en) NIV ELIS, « Facebook Israel to hire 40 new employees », Jerusalem Post, (consulté le 27 juin 2015)
  83. (en) Ingrid Lunden, « Facebook Buys Mobile Data Analytics Company Onavo, Reportedly For Up To $200M… And (Finally?) Gets Its Office In Israel », sur TechCrunch,
  84. (en) « Facebook-owned company to buy Israeli hand-tracking start-up », Times of Israel, (consulté le 19 juillet 2015)
  85. (en) Zack Whittaker, « Amazon opens Israel office to support startup efforts », ZDnet (consulté le 27 juin 2015)
  86. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. (en) Inbal Orpaz et Raz Smolsky, http://www.haaretz.com/business/.premium-1.660656, Jerusalem Post, (consulté le 27 juin 2015)
  87. (en) « Confirmed Amazon Is Buying Aannapurna Labs », Gigaom, (consulté le 24 janvier 2015)
  88. (en) Orr Hirschauge, « Amazon to Acquire Israel’s Annapurna Labs - WSJ: »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Wall Street Journal, (consulté le 27 juin 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]