Sihame Assbague

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sihame Assbague
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (34 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Militante politiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Mouvement

Sihame Assbague est une militante française se réclamant de l'« antiracisme politique » et du « féminisme intersectionnel ».

Ancienne porte-parole du collectif Stop le contrôle au faciès, elle est notamment connue pour avoir coorganisé, en , un camp d'été « décolonial » de formation à l’antiracisme qui s’adressait aux « personnes subissant à titre personnel le racisme d’État en contexte français », le choix d'utiliser des ateliers en non-mixité — une pratique militante controversée — ayant entraîné une polémique politique et médiatique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses parents, originaires du Maroc, ont cinq enfants, la famille vivant dans la banlieue sud de Paris[1]. Sihame Assbague est titulaire d’un bac littéraire.

Après être passée par une classe préparatoire, elle valide deux masters, l'un en lettres modernes et l'autre en science politique. Diplômée en sciences politiques, elle travaille comme chargée de mission (ou « conseillère politique ») pour la mairie du 14e arrondissement de Paris[2]. Elle démissionne toutefois rapidement, expliquant : « mes idées, mon engagement ne collaient pas avec mon travail ». En 2012, elle devient porte-parole du collectif contre le contrôle au faciès. Elle devient en même temps professeure de français dans un lycée au sein d'une zone d'éducation prioritaire, à Épinay-sur-Seine[3]. Elle démissionne une nouvelle fois pour voyager en Europe et aux États-Unis, et s'investit totalement dans le militantisme bénévole ensuite[1].

Engagement militant[modifier | modifier le code]

Sa première expérience militante remonte à 2004, lorsqu'elle s'oppose à la loi sur les signes religieux à l’école, imposée à une camarade, alors qu'elle-même, musulmane pratiquante, ne porte pas le voile. Elle affirme ainsi : « Chacun fait le choix de ce qu’il a envie d’être. Et interdire à une fille de porter le voile à l’école, c’est lui imposer un choix ». En 2005, la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré, deux adolescents de la banlieue parisienne, est un drame déterminant dans sa construction personnelle :

« Ces deux jeunes qui meurent, ça aurait pu être mes frères : il y a un point d’identification très fort. Et la réaction des médias, les sorties de Nicolas Sarkozy ont alimenté ma colère : cet événement, c’est le point de rupture[1]. »

Lors de la campagne municipale de 2014 elle milite, selon Caroline Fourest, contre Catherine Peyge, la maire PCF sortante de Bobigny en accusant, de manière très médiatisée entre les deux tours, un de ses soutiens d'islamophobie[4]. Sihame Assbague dément l'accusation de Caroline Fourest[5] qui, selon elle, est « en croisade contre les militants de l'antiracisme politique ». Caroline Fourest affirme : « quelques mois après sa victoire, la nouvelle mairie (UDI) confiait des missions de formation et de « communication » à Studio Praxis et à Sihame Assbague »[4]. La journaliste Eve Szeftel reprend toutes ces informations et écrit « Chantre de la lutte contre les bavures policières, Sihame Assbague n'a semble-t-il pas eu beaucoup de scrupules à faire gagner une liste favorable à l'instauration d'une police municipale armée »[6]. Fourest affirme également qu'Assbague est proche de Tariq Ramadan et du Parti des indigènes de la République (PIR), opposée au mouvement Je suis Charlie et au féminisme laïque[4].

Entrepreneuse sociale, Sihame Assbague se définit en comme « féministe intersectionnelle » — « prenant en compte la triple oppression de race, de genre et de classe » — et fait la promotion du community organizing (organisation communautaire), un mode de militantisme dont Saul Alinsky est considéré comme le fondateur et qui promet de rendre le pouvoir aux quartiers populaires[2]. Sur le plan professionnel, elle est, avec Nabil Berbour, Tara Dickman, et Ladji Real, l'associée fondatrice d'un cabinet de conseil, fondé en 2013, nommé "Studio Praxis"[6], s'inscrivant « dans la mouvance de l'entrepreneuriat social », dont la mission déclarée « est de renforcer la prise en compte de la pluralité de la société française »[7].

Elle critique, en , le peu de résultats obtenus par l'association SOS Racisme malgré les moyens dont elle dispose grâce à ses subventions. « Avec une telle organisation et de tels moyens, ils devraient avoir une action de terrain. Mais non, ils n’en sont pas capables. Du coup, ils n’ont aucune légitimité à demeurer. Que l’on donne l’argent aux associations qui luttent vraiment contre le racisme[8] ».

En 2016, elle donne une conférence contre l'état d'urgence à Gennevilliers aux côtés d'Alexis Bachelay, député socialiste, bras droit de Benoît Hamon[9].

Dans le cadre de l’affaire Tariq Ramadan, elle signe, le , aux côtés d'une cinquantaine de personnalités dans un blog de médiapart, la tribune « Pour une justice impartiale et égalitaire » réclamant sa libération immédiate pour raisons de santé[10],[11].

Stop le contrôle au faciès[modifier | modifier le code]

Le de la même année, à la suite de l'affaire Michael Brown[n 1] elle publie — avec Rokhaya Diallo — une tribune rappelant la mort de Bouna Traoré et dénonçant la différence de traitement quand des évènements comparables se produisent en France[2].

Le , porte-parole de « Stop le contrôle au faciès », elle est invitée sur le plateau de l'émission Des paroles et des actes face à Alain Juppé, dont elle questionne la légitimité à se présenter à l’élection présidentielle française de 2017 ; « comment pouvez-vous prétendre, alors que vous avez été le bourreau des principes républicains, être prochainement le garant de la devise républicaine, et représenter la France ? » Pour les Inrocks, c’est ainsi « que Sihame Assbague fit irruption médiatiquement, en déroulant durant plusieurs minutes un discours contre la classe politique, lui reprochant la relégation des quartiers populaires ». Alain Juppé admet l'existence d'un « racisme structurel », mais refuse les termes de Sihame Assbague qui, elle, parle de racisme « institutionnel » ; il remarque qu'elle est selon lui une « redoutable rhétoricienne »[2].

En , le collectif Stop le contrôle au faciès participe à une action en justice contre l’État français pour des contrôles de police jugés discriminatoires[3]. L'État, condamné sur cinq dossiers en appel (sur treize présentés), s'est pourvu en cassation ; la condamnation a été confirmée pour trois des cas concernés[13].

Camp d'été « décolonial »[modifier | modifier le code]

En , Sihame Assbague et Fania Noël[n 2] organisent un « camp d'été décolonial », ouvert seulement à des personnes qu'elles présentent comme « personnes subissant à titre personnel le racisme d’État en contexte français ». Les rencontres, non-mixtes, ont pour objectif de leur offrir un espace sûr de rencontre, de réflexion et de partage d'expériences « où personne ne pourra douter de la véracité de leur ressenti ou le tempérer en le taxant de « victimisation » ou de « paranoïa » »[17].

La sociologue Hanane Karimi, la politologue Françoise Vergès et le porte-parole de la « Brigade anti-négrophobie » Franco Lollia y animent des ateliers de réflexion[18], tout comme Marwan Muhammad président du CCIF. « Le compte Twitter du « camp d’été décolonial » incite en outre à adhérer au controversé Collectif contre l’islamophobie en France, réputé proche de réseaux islamistes »[19]. Environ 150[16] à 180 personnes[15] se sont inscrites au camp qui doit durer quatre jours.

Les organisatrices assument le choix de non-mixité et de sélection de journalistes « racisés » appartenant à des rédactions dont le traitement du racisme leur semblait pertinent[17]. Seules deux journalistes ont été invitées par les organisatrices[20]. Selon Faïza Zerouala[n 3], l'objectif est « de permettre à des personnes, unies par les mêmes expériences de vie et animées par le même désir, de s’organiser, de se rencontrer et de réfléchir ensemble à des solutions ». La présence de Faïza Zerouala de Mediapart qui est acceptée à la suite de débats internes au quotidien[21] « fait l'objet de critiques ». Pour Jack Dion, Directeur adjoint de la rédaction de l'hebdomadaire Marianne, le camp de « quelques adeptes du racisme à l’envers » « a également exclu tous les journaux à l’exception de Mediapart, réhabilitant ainsi la censure a priori ». En excluant des médias, « les organisateurs ont donc instauré une forme de censure vis-à-vis de tous ceux qui sont jugés a priori hostiles à leurs conceptions », « Sauf erreur, jusqu’ici, seul le FN osait exclure certains journalistes ou journaux diabolisés a priori. Les adeptes de l’ethnicisme suivent la même voie, ce qui est assez logique vu que l’identitarisme ultra, par définition, est une machine à exclure »[22].

Avant sa tenue, le camp — initiative « présentée par ses détracteurs comme un « camp anti-blancs » »[23] — est l'objet d'une polémique nationale. Lors de la séance des questions au gouvernement du , la ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem condamne fermement l'initiative[24],[25]. Elle déclare — dans une réponse à Bernard Debré — qu'elle « condamne absolument la tenue de ces réunions comme celle du camp d’été que vous avez évoqué […] Ces initiatives sont inacceptables, car, bien loin de l’objectif qu’elles prétendent poursuivre, elles confortent une vision racialiste et raciste de la société qui n’est pas la nôtre […] Au bout de ce chemin, je le dis à tous ceux qui l’empruntent, il n’y a que le repli sur soi, la division communautaire et le chacun chez soi »[26],[27].

Alain Jakubowicz y voit un « racisme qui ne dit pas son nom »[28]. Le , la Licra poste plusieurs tweets controversés. Elle publie ainsi des photos de faux tweets de Robert Ménard, Marine Le Pen et finalement du Ku Klux Klan (ce dernier établissant « un parallèle entre l’organisation suprématiste blanche et le « camp d’été décolonial » en sous-entendant qu’ils fonctionnent selon le même modèle ségrégationniste »). Alain Jakubowicz explique ; « Il y a peut-être de l’excès dans notre mode de communication. C’est violent, je vous le concède, mais c’est pour créer un électrochoc », selon 20 Minutes qui rapporte l'événement, l'« avis [est] loin d 'être partagé par tous les internautes qui, pour certains, ont vivement critiqué l’initiative de la Licra »[29].

Selon la journaliste Eugénie Bastié, l'initiative est représentative d'un phénomène qui se répand « dans les mouvements de la gauche radicale […] la non-mixité, une forme d'ostracisme assumé qui exclut une partie des individus du débat au nom de la lutte contre un «système» dominant ». Ce « principe séparatiste » est selon Laurent Bouvet une « dérive identitaire, qui consiste à penser que certains critères de notre identité sont surdéterminants est commune à l'extrême droite et à l'extrême-gauche, qui s'entretiennent dans une surenchère. C'est le signe d'une déstructuration complète de la politique »[30].

Pour SOS Racisme : le camp, « un rassemblement ouvertement raciste organisé par des individus qui ont choisi de transformer leurs névroses identitaires en haines politiques », n'a aucun rapport avec l'antiracisme[31].

En , un collectif d'une cinquantaine d'universitaires, militants et artistes prend la défense de l'événement sur un blog de médiapart, dénonçant « une République qui nie les formes contemporaines de racisme et d'oppression post-coloniale, et dont les élus cherchent, par de curieux renversements, à transformer celles et ceux qui subissent quotidiennement le racisme et l'islamophobie en figures de la division »[27].

Le journaliste Tefy Andriamanana[n 4] note « on peut parler de « néo-identitaires » […] Ce Camp n’est pas un nouvel antiracisme, c’est un remix de l‘extrême-droite identitaire. Il n’émancipe pas les gens, il les enferme dans des petites cases. Au lieu de défendre des valeurs communes, il cultive les divisions »[33].

Le journaliste Bruno Roger-Petit décrit Sihame Assbague comme une représentante de la « mouvance différencialiste des éléments d’extrême gauche », « proche du Parti des Indigènes de la République », dont la pensée conduit à « une forme d’apartheid mental qui aboutit à des manifestations racialistes sous prétexte de lutte contre le racisme »[24].

La politologue Audrey Célestine[n 5] considère la polémique comme incarnant parfaitement la difficulté « à avoir une discussion critique non hystérique »[36]. Pour Fania Noël ; « l’autonomie est vue comme un danger par les personnes qui ont des choses à perdre dans l’émancipation. De toute façon, on n'a parlé que de la forme. Les rares qui ont parlé des thématiques ont décrété que c’était de toute façon dérangeant »[17].

Selon Sylvia Zappi[n 6], journaliste au Monde, les réunions réservées aux « non blancs » se multiplient et « rassemblent des jeunes militants désireux de défendre un « antiracisme politique », qu’ils opposent à l’antiracisme "moral" des années 1980 ».

Pour Didier Leschi [n 7] — critique à l'égard du choix de la non-mixité —, la racialisation des rapports sociaux est extrêmement négative ; « un mécanisme d’exclusion qui ne peut que renforcer ceux qui pensent qu’il y a une division de l’humanité organisée sur la race, ce qui est le cas de l’extrême droite ». Les militants — qui se nomment les « racisés », en insistant sur la distinction entre racisme, racialisme et racisation — rejettent l'argument de positionnement identitaire ou de racisme en soulignant qu'ils ne « dénoncent pas une réalité biologique […] mais une réalité sociale ». Selon la politologue Frédérique Matonti, « derrière l’universel, il y a des processus qui favorisent les hommes plutôt que les femmes, les Blancs plutôt que les racisés »[39].

Le sociologue Éric Fassin écrit :

« [si] les non-Blancs ont commencé à se faire entendre, c’est parce qu’une nouvelle génération diplômée est apparue. Faire l’expérience du racisme quand on est en bas de l’échelle sociale, ce n’est pas surprenant. Mais quand on a réussi socialement, on ne s’y attend pas : l’exaspération est d’autant plus grande[39]. »

Jack Dion qualifie l'événement de « racisme à l’envers »[22].

Malgré les critiques et la polémique, le rassemblement n'est pas interdit ; le préfet estimant « qu'il n'y avait eu ni « expression publique de racisme ou d'exclusion », ni de « trouble à l'ordre public » pouvant justifier l'interdiction de l'événement ». Pour les organisatrices la non-mixité est une « nécessité politique », car « les paroles blanches sont survalorisées, surinterprétées, surlégitimées comparé aux paroles et pensées non-blanches »[31].

Pour Éric Dupin, « le « racialisme » s'habille d'un nouveau jargon politique justifiant une pratique d'exclusion »[40].

Pour la philosophe des médias et journaliste Clara Schmelck, ce « séminaire de formation à l'antiracisme » a « démontré que l'antagonisme des groupes sociaux sur critère de la couleur de peau avait franchi les portes de l'extrême-droite pour imprégner d'autres courants de la société. La confusiosphère a de beaux jours devant elle »[41].

Un deuxième camp décolonial est organisé en août 2017 dans un lieu confidentiel. Marianne voit dans la stratégie qui consiste à réserver la réunion « uniquement aux personnes subissant à titre personnel le racisme d’État en contexte français […] Autrement - et plus simplement - dit : il est interdit aux Blancs ! » l'effet d'une « rhétorique identitaire » ; « pour lutter pour le racisme, il ne faudrait se retrouver qu’entre personnes appartenant aux minorités victimes, et donc de fait opérer une distinction raciale »[42].

Implication dans les médias[modifier | modifier le code]

Elle explique avoir bénéficié de réseaux sociaux qui ont permis « d'établir de nouveaux rapports de force, et de rendre visible cette parole que l'on a tant voulu occulter »[43]. Ses différentes interventions sur Twitter (réseau sur lequel elle compte 24000 abonnés en 2016[44]) au sujet d'un certain nombre d'affaires liées à des comportements racistes, à des abus ou à des violences policières sont relevées par les médias[45],[46],[47].

Le , lors du lancement de Contre-attaque(s) — plateforme internet de lutte contre l’islamophobie publiée sous la direction de Alain Gresh —, Sihame Assbague est membre de son comité de rédaction[48],[49].

En , Amine El Khatmi, élu PS d'avignon, est la cible d’attaques violentes sur Twitter « pour avoir affirmé son attachement à la laïcité et dénoncé les propos de Wiam Berhouma face à Alain Finkielkraut »[50],[n 8], dans l'émission Des paroles et des actes (DPDA)[51]. L'intervention de Sihame Assbague sur les réseaux sociaux[n 9] est interprétée de façon différente selon les sources : Fabien Magnenou[n 10] note : « dans les échanges consultés sur Twitter, Sihame Assbague ne s'est jamais départie de son calme » ; Nicolas Vanderbiest[n 11] relève : « Si Sihame Assbague vous dit qu'elle n'est pour rien dans l'affaire, c'est normal […]. Mais il y a aussi son réseau, qui assiste à l'échange et intervient, et là c'est tout autre chose. C'est un foutoir sans nom »[54] ; tandis que la journaliste Isabelle Kersimon écrit ; « c'est Sihame Assbague, porte-parole du collectif «Stop le contrôle au faciès», qui a été remarquée pour son agressivité »[55].

Se définissant comme « journaliste par obligation », elle forme un binôme de « contre-journalistes du net »[44], selon l'expression du site Rue89, avec la journaliste Widad Ketfi, blogueuse sur Bondy Blog et cheffe d'édition pour une émission sur Canal+. Les « journactivistes » utilisent des applications comme Périscope pour mener des contre-enquêtes sur des articles ou propos qu'elles jugent diffamatoires. Elles critiquent un dossier du Figaro Magazine consacré à la ville de Saint-Denis[56]. Toujours avec Widad Ketfi, elles suivent en direct sur YouTube (sous le hashtag #DossierTabouche) l'émission de M6, diffusée le , titrée « L’islam en France : la République en échec » et présentée par le journaliste Bernard de La Villardière. Sihame Assbague dédie l'émission à Adama Traoré. L'anthropologue Nacira Guénif-Souilamas et l'ancien consul de Tunisie en France Karim Azouz ont participé à cette émission suivie par 500 à 800 internautes[44].

Points de vue[modifier | modifier le code]

Pour Amine El Khatmi, Sihame Assbague est (en 2017) une « figure montante des réseaux identitaires musulmans »[57][source insuffisante].

Kahina Smaïl, Omero Marongiu-Perria, et Vincent Geisser la classent parmi les tenants de l'« islam identitaire » et notent que « les activistes de l'islam identitaire restent relativement en marge des cercles musulmans croyants et pratiquants, qui n'adhèrent pas toujours à la radicalité de leur discours et à leur lecture racialiste des rapports interculturels (Indigènes versus Blancs) »[58][source insuffisante].

Clivage entre les mouvements antiracistes[modifier | modifier le code]

Les acteurs historiques du combat antiraciste — la Ligue des droits de l'homme (LDH, 1898), la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra, 1927), le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap, 1949), et SOS Racisme (1984) —, qui donnent à leur lutte une dimension universaliste, réagissent différemment à la forme de militantisme adoptée par la génération des « nouveaux antiracistes » à laquelle appartient Sihame Assbague. Ainsi, « le Mrap et la LDH disent pouvoir travailler avec Sihame Assbague, Fania Noël et Houria Bouteldja – les deux associations soutiennent d’ailleurs la Marche pour la dignité –, il n’en est pas de même pour SOS Racisme. « Elles ne sont pas nos premiers ennemis », commente Blaise Cueco [responsable du mouvement pour la région parisienne et membre du bureau national]. L’association les qualifie toutefois de « mouvement raciste, car ils clivent sur des questions de couleurs de peau » ». Selon Pierre Tartakowsky (LDH), les désaccords sont « aussi une conséquence de la situation même de la gauche : « Une partie de la gauche et des Républicains porte la tendance xénophobe en l’habillant d’une pseudo-laïcité d’exclusion. Le camp antiraciste est lui-même traversé par ces courants d’idées » »[23].

Accusations[modifier | modifier le code]

Racisme supposé[modifier | modifier le code]

Benoît Rayski qualifie pour sa part Sihame Assbague de raciste[59].

Allégations d'antisémitisme[modifier | modifier le code]

Selon The Times of Israel : « Assbague que le groupe de défense des droits civils de la LICRA a souvent accusé de propager des idées racistes sur les Juifs »[60].

Au sujet du communautarisme[modifier | modifier le code]

Sihame Assbague fait l'objet de diverses critiques, allant de l'accusation de « racisme antiblanc »[1], notamment pour nier son existence, à celle de « communautarisme »[61]. Elle répond à ce sujet :

« Personne ne dit que les Blancs ne peuvent pas partager le combat antiraciste. Au contraire. Mais comme pour toutes les autres oppressions, il appartient aux concernés de s’organiser et de lutter pour leur émancipation[1]. »

À la suite de la diffusion de l'émission Des paroles et des actes, l'éditorialiste Bruno Roger-Petit qualifie Sihame Assbague de « militante communautariste antiraciste », « “activiste pour les droits civiques” autoproclamée », et « s'étonne que l'émission […] donne autant de visibilité, de manière récurrente, à des mouvements intolérants et peu représentatifs »[62]. Julien Salingue d'Acrimed critique ces propos qui selon lui amalgament « une militante associative, porte-parole d'un collectif dénonçant le racisme et les violences policières » avec le fait d'être « facho »[63].

Critique au sujet de la laïcité[modifier | modifier le code]

Pour l'hebdomadaire Le Point, Sihame Assbague est hostile « à la laïcité française qu'elle qualifie d'“islamophobe” »[64].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le , Michael Brown, un Afro-Américain âgé de 18 ans, non armé au moment des faits, est abattu par un policier à Ferguson (Missouri)[12].
  2. Fania Noël, membre du Collectif Mwasi[14], est, comme Sihame Assbague, proche du Parti des indigènes de la République et du collectif Stop le contrôle au faciès[15],[16].
  3. Faïza Zerouala (Mediapart), qui connaît Sihame Assbague, à titre personnel, est — avec une rédactrice du Bondy Blog — la seule journaliste accréditée pour l'intégralité du camp d’été.
  4. Tefy Andriamanana est un journaliste français, titulaire d'un master de recherche en Science politique[32].
  5. Audrey Célestine, Docteure en science politique de l’IEP de Paris[34], est maître de conférence à l’université Lille 3 et chercheuse au CECILLE et à l’Institut des Sciences Sociales du Politique (Nanterre)[35].
  6. Pour Les Inrocks, S. Zappi, ex-militante d’extrême gauche, est « la voix des banlieues au journal Le Monde »[37].
  7. Directeur général de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII), ancien préfet délégué pour l'égalité des chances en Seine-Saint-Denis[38].
  8. Wiam Berhouma est alors une militante proche du Parti des Indigènes de la République[50]
  9. Sihame Assbague avait commenté les propos de Wiam Berhouma — en déclarant sur Twitter, « Elle a été calme et construite, mais comme c'est une femme (non-blanche en plus), vous avez vu de l'agressivité et de l'insolence[52] ».
  10. Fabien Magnenou, journaliste, appartient à la rédaction de France Télévision[52]
  11. Chercheur spécialiste des phénomènes d'influence sur les réseaux sociaux[53]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Rachid Laïreche, « Sihame Assbague : la révolte tous azimuts », sur Libération,
  2. a b c et d Mathieu Dejean, « Sihame Assbague, de “Stop le contrôle au faciès” : portrait d’une révoltée », sur lesinrocks.com, (consulté le 11 janvier 2017).
  3. a et b Sylvain Mouillard et Frantz Durupt, « Plongée chez les nouveaux antiracistes », sur Libération.fr, (consulté le 26 mars 2020).
  4. a b et c Caroline Fourest, Génie de la laïcité, Grasset, , 336 p. (lire en ligne), « À quoi joue le soft power américain ».
  5. Mathieu Magnaudeix, « Les croisades de Caroline Fourest », sur Mediapart (consulté le 30 novembre 2018)
  6. a et b Eve Szeftel, Le Maire et les barbares, Paris, Albin Michel, , chapitre : "studio praxis aux manettes".
  7. Dossier de Presse, « Conférence internationale », dans le cadre de la Chaire Unesco « politiques urbaines et citoyenneté », « Les communautés : problème ou solution ? » [PDF], (consulté le 19 mai 2020), p. 10 et 14.
  8. « SOS Racisme. Mouvement antiraciste ou pro de l’événementiel ? », Humanité.fr, 7 août 2015.
  9. Claude Ardid, Malika Bret, Nadège Hubert, Qui veut tuer la laïcité ?, Éditions Eyrolles, Paris, 2020.
  10. Collectif, « Tariq Ramadan : pour une justice impartiale et égalitaire », sur mediapart.fr, .
  11. Robin Andraca / Check News, « Mediapart soutient-il la remise en liberté de Tariq Ramadan, comme l’a affirmé la ministre Nathalie Loiseau sur France Inter ? », Libération,‎ (lire en ligne).
  12. (en) Ben Kesling, « Vigil for Missouri Teen Turns Violent », sur online.wsj.com, (consulté le 11 août 2014).
  13. Julia Pascual, « Contrôles au faciès : après la condamnation de l’État, la police devra changer ses pratiques », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 13 janvier 2017).
  14. Dounia Hadni, « Fania Noël : le combat entre soi », sur liberation.fr, (consulté le 10 juillet 2019)
  15. a et b « Camp d'été "décolonial" à Reims : la polémique enfle », sur francetvinfo.fr, (consulté le 9 janvier 2017).
  16. a et b Catherine Daudenhan, « Le « camp d’été décolonial » gère la polémique », sur estrepublicain.fr, .
  17. a b et c Faïza Zerouala, « Au camp d'été décolonial, les « racisés » plaident pour l'autonomie », sur mediapart.fr, .
  18. « France : à Reims, un camp de formation à l’antiracisme fait grincer quelques dents » Jeune Afrique, 26 août 2016.
  19. https://www.la-croix.com/France/Exclusion/Polemique-autour-dune-universite-dete-interdite-blancs-2016-08-23-1200784002
  20. Juliette Gramaglia, « Polémique autour d'une journaliste envoyée au "camp décolonial" : Raphaël Enthoven et Marianne attaquent. Mediapart se défend », sur arretsurimage.net, .
  21. « Camp d'été décolonial : Mediapart explique sa présence », sur liberation.fr, .
  22. a et b Jack Dion, « Quand Mediapart blanchit la censure chère au Camp d'été décolonial" », sur marianne.net, .
  23. a et b Warda Mohamed, « « Gauche blanche », « racisés », « non concernés » : ces clivages qui agitent la lutte et les mouvements antiracistes », sur bastamag.net, (consulté le 15 mai 2020).
  24. a et b Vallaud-Belkacem face au "camp d'été" interdit aux blancs Challenges, 28 avril 2016
  25. « Belkacem condamne le camp d’été décolonial », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  26. Compte rendu de la séance du 27 avril 2016, Najat Vallaud-Belkacem, « Questions au Gouvernement : Racisme antiblanc et antisémitisme », sur assemblee-nationale.fr, (consulté le 8 janvier 2017)
  27. a et b Collectif, « Pour le droit à la non-mixité », sur Mediapart, (consulté le 9 janvier 2017)
  28. Alain Jakubowicz, « La non-mixité racisée : un racisme qui ne dit pas son nom », .
  29. « Sur Twitter, la Licra compare le Ku Klux Klan et le « camp d’été décolonial » et ça fait polémique », sur 20minutes.fr, (consulté le 16 mai 2020).
  30. Eugénie Bastié, « Un camp d'été « décolonial » interdit aux blancs », sur lefigaro.fr,
  31. a et b Maxime Bourdier, « Le camp d'été "décolonial" à Reims ne sera pas interdit », sur huffingtonpost.fr,
  32. Fiche « Tefy Andriamanana », sur franceinter.fr (consulté le 11 janvier 2016)
  33. Tefy Andriamanana, « Le Camp d’été décolonial ou les pseudos antiracistes dévoilés », sur causeur.fr, (consulté le 9 janvier 2017)
  34. « Fiche A. Célestine », sur univ-lille3.fr
  35. « Audrey Célestine », sur laviedesidees.fr
  36. Iris Deroeux, « Nacira Guénif: "On ne peut pas parler de racisme sans parler de race" », sur mediapart.fr, (consulté le 15 janvier 2017)
  37. Fanny Marlier, « Qui est Sylvia Zappi, la voix des banlieues au “Monde” ? », sur lesinrocks.com, .
  38. « Didier Leschi », sur franceculture.fr
  39. a et b Sylvia Zappi, « La non-mixité raciale, outil d’émancipation ou repli communautaire ? », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  40. La France identitaire: Enquête sur la réaction qui vient. d'Éric DUPIN, éditions La Découverte, Paris, 2017, chapitre : "camp interdit aux blancs"
  41. « Plongée en fachosphère », enquête de Clara Schmelck, revue Médium no 52-53, juillet-décembre 2017 : « Nouveaux pouvoirs. Nouvelles servitudes ». Revue trimestrielle dirigée par Régis Debray. Sous la direction de Philippe Guibert. Éditions Babylone.
  42. Louis Hausalter, « Interdit aux Blancs ! Le "camp d’été décolonial" remet ça », sur marianne.net, (consulté le 20 mars 2020).
  43. « Les organisatrices du camp d'été décolonial », sur Vice,
  44. a b et c Alice Maruani #DossierTabouche : Bernard de La Villardière piraté en direct Rue89, 29 septembre 2016.
  45. « W9 assume la censure de l'hommage de Black M à Adama Traoré », sur Streetpress,
  46. « Manifestants gazés dans le Val d'Oise un jour après la mort d'un jeune homme pendant son interpellation », sur Huffington Post,
  47. « #JePorteMaJupeCommeJeVeux, Twitter à la rescousse d'une collégienne exclue pour une jupe trop longue », sur rtl.fr, .
  48. « Contre-attaque(s) : “Il faut répondre à l’islamophobie” », sur rue89.nouvelobs.com, .
  49. « Qui sommes-nous ? », sur contre-attaques.org.
  50. a et b Isabelle Kersimon, « «Arabe de service», «collabo» : Amine El Khatmi, élu PS d'Avignon, victime du communautarisme sur twitter », sur lefigaro.fr/vox, (consulté le 13 mai 2020).
  51. Anne Le Hars, « Amine El Khatmi, un jeune élu socialiste d'Avignon harcelé sur Twitter », sur francetvinfo.fr, .
  52. a et b « La rédaction de franceinfo », sur francetvinfo.fr (consulté le 9 mai 2020).
  53. « Nicolas Vanderbiest », sur franceculture.fr (consulté le 13 mai 2020).
  54. Fabien Magnenou, « Attaqué sur Twitter, accusé de "collabeurer", Amine El Khatmi se serait "bien passé d'être insulté pendant cinq jours" », sur francetvinfo.fr, (consulté le 9 mai 2020).
  55. Voir sur lefigaro.fr
  56. Sihame Assbague et Widad Ketfi, « Le Figaro à Saint-Denis : Désinformation-sur-Seine », sur Acrimed, .
  57. Amine El Khatmi, Non, je ne me tairai plus, éditions JC Lattès, Paris, 2017
  58. Musulmans de France, la grande épreuve : Face au terrorisme, de Kahina Smaïl, Omero Marongiu-Perria, et Vincent Geisser, Éditions de l'Atelier/éditions ouvrières, Ivry-sur-Seine, 14 sept. 2017.
  59. « nous ne nous sommes pas racistes contrairement à Sihame Assbague. https://www.atlantico.fr/decryptage/3587938/ces-personnes-qui-veulent-reserver-l-afrique-aux-africains-mais-pas-l-europe-aux-europeens-coronavirus-covid-19-sihame-assbague-benoit-rayski »
  60. https://fr.timesofisrael.com/une-militante-musulmane-dement-avoir-tweete-une-liste-de-cibles-juives/
  61. Amine El Khatmi, Non, je ne me tairai plus : la gauche et l'islam, Lattes, coll. « Essais et documents », , 150 p. (ISBN 2709659360).
  62. « Juppé sur France 2 : quand Pujadas transforme DPDA en centre d'accueil pour les fachos », leplus.nouvelobs.com,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2017).
  63. Julien Salingue, « Bruno Roger-Petit traque les « fachos » : polémiste ou faussaire ? », sur Acrimed, .
  64. Voir sur lepoint.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Ressource relative à la rechercheVoir et modifier les données sur Wikidata :