Signature (série télévisée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Signature
Description de l'image Logo Signature.jpg.
Genre Thriller
Création Hervé Hadmar
Marc Herpoux
Production Fabienne Servan-Schreiber
Jean-Pierre Fayet
Acteurs principaux Sami Bouajila
Sandrine Bonnaire
Musique Éric Demarsan
Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine France 2
Canal+ Réunion
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 6
Durée 52 minutes
Diff. originale
Site web programmes.france2.fr/signature/

Signature est une mini-série française en six épisodes de 52 minutes, créée par Hervé Hadmar et Marc Herpoux, et diffusée du au sur Canal+ Réunion, puis du au sur France 2.

La série est un thriller psychologique se déroulant sur l’île de La Réunion, et suivant la dangereuse rencontre entre un tueur en série et une journaliste de métropole à sa recherche sans le savoir.

Il s'agit de la troisième collaboration entre Hervé Hadmar et Marc Herpoux après Les Oubliées en 2008, et Pigalle, la nuit en 2009.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Photographie du cirque Cilaos avec en son centre la commune de Cilaos
Commune de Cilaos dans le cirque éponyme.

Il y a 35 ans, sur l'île de La Réunion, Toman assiste à l'assassinat de ses parents alors qu'il n'est âgé que de 5 ans. Traumatisé, il grandit seul dans la montagne tel un enfant sauvage, et devient à son tour un assassin. En 15 ans, il tue six personnes qu'il juge coupable d'avoir « fait du mal aux enfants ». Daphné, une journaliste de métropole, débarque sur place pour enquêter sur la disparition d'un jeune homme, qui s'avère être la dernière victime de Toman.

Distribution[modifier | modifier le code]

Sami Bouajila et Sandrine Bonnaire, rôles principaux de la série

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Photographie du piton du Maïdo surplombant le cirque de Mafate
Vue du piton du Maïdo surplombant le cirque de Mafate

Le projet de Signature existe depuis fin 2007, avant même la diffusion de la mini-série Les Oubliées en 2008 sur France 3, première collaboration d'Hervé Hadmar et Marc Herpoux. Après la série Pigalle, la nuit diffusée en 2009 sur Canal+, les deux créateurs s'attellent à concrétiser leur idée[1]. Il s'agit donc de leur troisième collaboration sur une série télévisée.

La chaîne France 2 et la société de production Cinétévé décident de tourner la série au soleil et choisissent en premier lieu Tanger au Maroc. Finalement, le choix de La Réunion s'impose, car pour Hervé Hadmar, « c'est une île volcanique, comme Toman avec ses éruptions de violence ». De plus, la diversité des paysages offre de nombreuses possibilités scénaristiques. Les deux créateurs sont connus pour faire de leur décor un personnage à part entière[1].

Hervé Hadmar cherche à créer un « thriller psychologique à forte dimension romanesque », et s'inspire des mini-séries La Poupée sanglante et L'Île aux trente cercueils, toutes deux réalisées par Marcel Cravenne, respectivement en 1976 et 1979[1].

Les premières images sont dévoilées dans un teaser le [2]. La bande annonce est diffusée le [3].

Un journal de bord montrant les coulisses du tournage et de la post-production de la série est dévoilé à partir d'octobre 2010 sous formes de six ou sept vidéos diffusées sur internet[4].

Casting[modifier | modifier le code]

En , il est annoncé que Sami Bouajila tiendrait l'un des rôles principaux de la nouvelle série d'Hervé Hadmar et Marc Herpoux[5]. Son personnage, Toman, est un croisement entre le tueur en série dans Le Parfum de Patrick Süskind et Le Petit Poucet[1].

En , Sandrine Bonnaire est pressentie pour prendre le rôle principal féminin[6], ce qui se confirmera par la suite.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage se déroule exclusivement sur l’île de La Réunion, lieu de l'action, du au durant l'hiver austral[7]. Les lieux suivant sont notamment utilisés[1] :

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Épisodes[modifier | modifier le code]

La série est diffusée du au sur Canal+ Réunion[8], puis du au sur France 2.

  1. Épisode 1
  2. Épisode 2
  3. Épisode 3
  4. Épisode 4
  5. Épisode 5
  6. Épisode 6

Accueil[modifier | modifier le code]

Audiences[modifier | modifier le code]

La série est regardée en moyenne par 2,3 millions de téléspectateurs, soit 10,1 % de part d'audience.

Les deux premiers épisodes sont suivis par 2,5 millions de téléspectateurs en moyenne, soit 11,5 % du public, classant le programme à la troisième place de la soirée, au coude-à-coude avec le quatrième[9]. Cela constitue une contre-performance par rapport à l'audience de la semaine précédente, où la série Les Petits Meurtres d'Agatha Christie attirait plus de 5 millions de téléspectateurs et se plaçait en tête des audiences[10].

Les deux épisodes suivant perdent 300 000 téléspectateurs, attirant une moyenne de 2,2 millions de téléspectateurs, soit seulement 9,5 % de part d'audience[11].

Les deux derniers épisodes sont regardés par 2,1 millions de téléspectateurs, soit 9,4 % du public, en baisse de 130 000 téléspectateurs. Le programme se place à la quatrième position de la soirée, devancée par Thalassa[12].

Réception critique[modifier | modifier le code]

Pour Pierre Serisier, de Le Monde, la série est « prometteuse malgré quelques imperfections ». Les dialogues sont utilisés judicieusement, sans excès (défaut de nombreuses séries françaises), et l'histoire prend son temps pour progresser. Les paysages sont remarquablement bien utilisés, tout comme la palette de couleurs. Les relations entre individus sont bien maîtrisés, et les univers mentaux des deux personnages principaux sont soigneusement développés, donnant à la série « son souffle et sa profondeur, ainsi que sa subtilité ». Il reste cependant quelques caricatures et clichés, notamment sur le personnage de Toman[13].

Télé Loisirs attribue une note de 3 étoiles sur cinq aux épisodes de la série. Ils saluent l'interprétation des acteurs. Le premier épisode prend le temps d'installer une atmosphère pesante[14], tandis que le deuxième gagne en rythme[15].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Festival Séries Mania 2011[16] :
    • Mention Spéciale du Jury pour une série française
    • Prix du meilleur acteur pour Sami Bouajila

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Sortie en DVD et Blu-ray[modifier | modifier le code]

Le coffret DVD, édité par France Télévisions Distribution, est disponible depuis le . Les bonus consistent en un commentaire audio par les créateurs Hervé Hadmar et Marc Herpoux, le compositeur Éric Demarsan, et l'acteur Sami Bouajila[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Sophie Bourdais, « Sur le tournage de Signature, prometteuse série de France 2 », sur Télérama,
  2. Thomas Destouches, « Signature: un premier teaser à couper le souffle », sur Allociné,
  3. Thomas Destouches, « La bande-annonce de Signature », sur Allociné,
  4. Thomas Destouches, « Entrez dans les coulisses de la série Signature! », sur Allociné,
  5. « Sami Bouajila sera le héros de Signature sur France 2 », sur Télé 2 Semaines,
  6. V.S., « Sandrine Bonnaire dans une série pour France 2 », sur Télé Loisirs,
  7. « Signature », sur africultures.com (consulté le 26 mars 2015)
  8. « Signature : diffusion en avant-première sur Canal+ Réunion ! », sur Première,
  9. Jérôme Roulet, « Signature efface les succès des Petits meurtres d’Agatha Christie », sur toutelatele.com,
  10. Guilhaume Nistasos, « L'audience de Familles d'Explorateurs devient catastrophique, encore battue par Agatha Christie et Bones », sur fan2tv.com,
  11. Jérôme Roulet, « Signature suit la pente descendante de Familles d’explorateurs », sur toutelatele.com,
  12. Jérôme Roulet, « Signature : un destin similaire à Familles d’explorateurs », sur toutelatele.com,
  13. Pierre Sérisier, « Signature – Prometteur malgré des imperfections », sur le blog de Le Monde,
  14. « Signature - Épisode 1 », sur Télé Loisirs
  15. « Signature - Épisode 2 », sur Télé Loisirs
  16. « Festival Séries Mania 2011 (édition n°2) », sur Allociné (consulté le 26 mars 2015)
  17. « Signature, saison 1 », sur dvdseries.net (consulté le 26 mars 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]