Sigmund Kolisch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sigmund Kolisch (1817-1888) est un poète, journaliste et auteur historique autrichien. Il fut le collaborateur de journaux révolutionnaires.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sigmund Kolisch est né à Koritschan, en Moravie, le . À l'Université de Vienne, il fait des études de philologie classique, d'histoire et de philosophie. Après un court séjour en Italie, en 1847, il prend part au Printemps des peuples de 1848 à Vienne. Il est un des collaborateurs du journal révolutionnaire Le Radical, à l'époque le journal le plus lu à Vienne[1], et auquel collaborait aussi Hermann Jellinek[1], un journaliste de l'Allgemeine Oesterreichische Zeitung, très critique à l'égard de la dynastie des Hasbourg[2].

Face à la répression des troupes impériales, il est contraint de quitter l'Autriche en 1848 pour se réfugier en Allemagne, à Leipzig puis Weimar, puis en France et en Espagne. Son collègue Hermann Jellinek sera lui pris par les troupes impériales et pendu[2].

À Paris, il travaille pour Charles Havas, qui a créé l'agence Havas en 1835. Il ne reviendra à Vienne qu'en 1868.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Todtenfeier in Oesterreich, Brünn, 1848
  • Kleine Romane aus Wien, Leipzig et Brünn, 1848
  • Ludwig Kossuth und Clemens Metternich, Leipzig, 1850
  • Auf dem Vulkan, Stuttgart, 1868
  • Die Christin, Vienne, 1875.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jacques Droz, Les révolutions allemandes de 1848, d'après un manuscrit et des notes de E. Tonnelat, Paris, Presses universitaires de France, 1957.
  2. a et b Biographie d'Hermann Jellinek sur la "Jewish Virtual Library" [1]