Siete canciones populares españolas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sept chansons populaires espagnoles

Siete canciones populares españolas
Sept chansons populaires espagnoles
Image illustrative de l’article Siete canciones populares españolas
Page de titre de la partition.

Genre Mélodie
Musique Manuel de Falla
Effectif Chant et piano
Durée approximative 12 minutes
Dates de composition 1914, Paris
Dédicataire « à Madame Ida Godebska »
Création
Athénée de Madrid
Interprètes Luisa Vela (soprano) et Falla

Siete canciones populares españolas (« Sept chansons populaires espagnoles ») G. 40, est un cycle de mélodies pour voix et piano, du compositeur Manuel de Falla, arrangements issus du folklore espagnol.

En plus d'être la composition la plus arrangée de Falla et l'une des plus populaires, elle est l'un des cycles de mélodies les plus souvent interprétés en langue espagnole. Dédiée « à Madame Ida Godebska »[1] l'œuvre est créée à l'Athénée de Madrid le 14 janvier 1915 par sa commanditaire, Luisa Vela et le compositeur[2] et publiée chez Max Eschig en 1922.

Description[modifier | modifier le code]

L'œuvre est composée à la demande d’une cantatrice espagnole de l’Opéra-Comique, Luisa Vela, durant les derniers mois du séjour de plusieurs années à Paris du compositeur[3]. Les mélodies originales des chansons populaires proviennent de recueils et non d'une collecte sur le terrain[3].

Les styles et la provenance des chansons sont très diverses. Elles proviennent de différentes parties de l'Espagne : une asturiana des Asturies, dans le Nord ; la séguédille, une sorte de flamenco, de Murcie, dans le Sud-Est où le texte compare la femme inconstante à « la peseta passant de main en main »[2]... ; et la « Jota » d'Aragon, dans le Nord-Est. « Nana » est une berceuse et « Polo » exprime un désir sauvage de vengeance sur un amant infidèle. Tous les textes traitent d'amour et de séduction, que ce soit de façon ludique, sérieuse ou tragique. La première chanson, par exemple, fait allusion à l'importance de la virginité d'une jeune fille et de sa valeur sur le marché du mariage, comme le drap précieux taché, qui perd de sa valeur. Alors que la berceuse traite du résultat de l'amour.

Le numéro 6, « Chanson », a été utilisé plusieurs fois par Falla. En 1904, il l'intègre à ses Chants de la Nuit de Noël pour voix et guitare, dans Un berger porte une dinde, mais en mode mineur. Pour les Siete canciones, il part d'une source différente : un recueil de José Inzenga (1828–1891), Ecos de España où se trouve Chant de Grenade, pratiquement la même mélodie, mais en mode majeur[3]. La même mélodie se retrouve dans Chansons espagnoles anciennes de Lorca, dans Les petits pèlerins.

Partant du matériel folklorique, Falla harmonise ces fragments mélodiques laconiques, en ajoutant de riches accords et des sonorités modales. La présence du piano est importante et très élaborée[3], notamment dans « Jota », où il fournit une brillante ritournelle et dans « Polo », où ses notes rapides et répétées martèlent avec les cris passionnés de la voix[4]. Les jeux métriques et les subtilités du texte, ont fait des Siete canciones les mélodies espagnoles les plus chantées[4]. Falla procède de trois manières différentes : il puise dans le recueil et ne procède qu'à de légères retouches (c'est le cas pour« Le drap mauresque », « Séguidille murcienne » et « Asturienne ») ; il peut aussi travailler le rythme et la mélodie choisie (comme dans la Berceuse, la Chanson et « Polo ») ; il peut aussi, comme dans la Jota, recréer un style à partir de différentes sources[3].

Dans un article de 1917[5], il résume sa conception :

« Plutôt que d'utiliser strictement les chansons populaires, j'ai essayé d'en extraire le rythme, la modalité, leurs lignes et motifs ornementaux caractéristiques, ainsi que leurs cadences modulantes […]. Je pense modestement, que c'est plus l'esprit que la lettre qui importe dans le chant populaire. Le rythme, la modalité et les intervalles mélodiques déterminés par leurs inflexions et leurs cadences constituent l’essentiel de ces chants […]. Et je dirai même plus : l'accompagnement rythmique ou harmonique d'une chanson populaire a autant d’importance que la chanson elle-même. Nous devons donc prendre l'inspiration directement du peuple et celui qui ne le comprend pas, ne réussira qu'à faire de son œuvre une imitation plus ou moins ingénieuse de ce qu'il a l'intention de faire[6]. »

La partition est créée à Madrid dans le cadre d'un double hommage à Falla et Joaquín Turina et publiée en 1922 chez Max Eschig, avec une adaptation française de Paul Milliet[7].

Durée : environ 12 min[8].


\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
upper = \relative c' {
  \clef treble 
  \key b \minor
  \time 3/8
  \tempo 4. = 72

   %%Falla — Siete canciones, n° 1

   \stemUp r8\pp \clef bass \repeat unfold 2 { a4^-^~ a8 } a4^- << { r8 e4^- ) } \\ { s8 d16 e, \stemUp \change Staff = "lower" a8 } >>
   \change Staff = "upper" \clef treble r8 e''8-.^\( g-. f-. a-. d,-. \times 2/3 { e16--( g f } e8-.) d-. 
   \clef bass << { c4.--\) } \\ { r8 \times 2/3 { e16^( a, e } \stemUp \change Staff = "lower" g,8)( } >>
   \change Staff = "upper" r8\pp \repeat unfold 2 { fis'4^-^~ fis8 } fis4^-
   
}

lower = \relative c {
  \clef bass
  \key b \minor
  \time 3/8

   a8-. b16-. \change Staff = "upper" b \change Staff = "lower" cis8-.
   d8-. f16-. \change Staff = "upper" f \change Staff = "lower" d8-.
   c8-. e16-. \change Staff = "upper" e \change Staff = "lower" c8-. 
   \stemDown bes4--_( a8-.)
   \stemUp a,8-. b-. cis-. | d-. e-. f-. | g-. a-. bes-. a4-. s8
   
   fis8-.) gis16-. \stemDown \change Staff = "upper" gis \stemUp \change Staff = "lower" ais8-.
   b8-. d16-. \stemDown \change Staff = "upper" d \stemUp \change Staff = "lower" b8-.
   a8-. cis16-. \stemDown \change Staff = "upper" cis \stemUp \change Staff = "lower" a8-. 
}

  \header {
    piece = ""
  }

\score {
  \new PianoStaff <<
    \new Staff = "upper" \upper
    \new Staff = "lower" \lower
  >>
  \layout {
    \context {
      \Score
      \remove "Metronome_mark_engraver"
      \override TupletBracket.bracket-visibility = ##f
    }
  }
  \midi { }
}
Début de l'introduction d'« El paño moruno ».

Contenu[modifier | modifier le code]

  1. El paño moruno (« Le drap mauresque ») — 3
    8
    Allegro vivace.
  2. Seguidilla murciana (« Séguédille murcienne ») — 3
    4
    Allegro spirituoso.
  3. Asturiana (« Asturienne ») — 3
    4
    Andante tranquillo.
  4. Jota3
    8
    Allegro vivo.
  5. Nana (« Ma petite ») — 2
    4
    Calmo e sustenuto.
  6. Canción (« Chanson ») — 6
    8
    Allegretto.
  7. Polo — 3
    8
    Vivo.

\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

%% Répétitions qui vont bien %%
Moc = { << { e'8-. dis-. } \\ { e16 gis, dis' gis, } >> }
RRepet = { << { e'8-. cis-. b-. } \\ { e16 \set stemRightBeamCount = 1 gis, \set stemLeftBeamCount = 1 cis \set stemRightBeamCount = 1 gis  \set stemLeftBeamCount = 1 \times 2/3 { b16 \stemUp \change Staff = "lower" b e, } } >> }

Repet = { \Moc \RRepet }

upper = \relative c' {
  \clef treble 
  \key e \major
  \time 3/8
  \tempo 4. = 88
  \tempo "Allegro vivo"


  \partial 8
  s8*0\pp \times 2/3 { \clef bass b16[( e, b } \stemUp \change Staff = "lower" b8-.)]
  \stemUp \change Staff = "upper" 
  \Repet r8 \Repet
  << { r8 e'8-. dis-. \repeat unfold 2 { e-. cis-. b-. } } \\ { s8 e16 a, dis a  | \repeat unfold 2 { e' \set stemRightBeamCount = 1 a, \set stemLeftBeamCount = 1 cis \set stemRightBeamCount = 1 a  \set stemLeftBeamCount = 1 b a } } >>

  << { e'8-. cis-. b-. } \\ { e16 \set stemRightBeamCount = 1 a, \set stemLeftBeamCount = 1 cis \set stemRightBeamCount = 1 a  \set stemLeftBeamCount = 1 \times 2/3 { b16 \stemUp \change Staff = "lower" b e, } } >>
  r8 \Moc
  << { e'8-. cis-. b-. } \\ { e16 \set stemRightBeamCount = 1 gis, \set stemLeftBeamCount = 1 cis \set stemRightBeamCount = 1 gis \set stemLeftBeamCount = 1 \times 2/3 { b16 \stemUp \change Staff = "lower" b e, } } >>  
  r8 \Repet r8 \Repet r8

}

lower = \relative c' {
  \clef bass
  \key e \major
  \time 3/8
    
   s8 s8
   \repeat unfold 2 { r8 < b cis >8-.  s4. b,8-. } 
   r8 < b' cis >8-. r8 q r8 q r8 r8
   s4. b,8-. r8 < b' cis >8-. 
   s4. b,8-.
   \repeat unfold 2 { r8 < b' cis >8-.  s4. b,8-. }
} 

\score {
  \new PianoStaff <<
    \set PianoStaff.instrumentName = #""
    \new Staff = "upper" \upper
    \new Staff = "lower" \lower
  >>
  \layout {
    \context {
      \Score
      \remove "Metronome_mark_engraver"
      \override TupletBracket #'bracket-visibility = ##f
    }
  }
  \midi { }
}
Début de l'introduction de « Jota ».

Arrangements[modifier | modifier le code]

Le cycle a été arrangé pour la guitare par Miguel Llobet (1957)[9] et pour orchestre par Ernesto Halffter (1950 et 1966)[10],[11] et Luciano Berio (1978)[12]. Falla et Paul Kochanski ont organisé six des chansons pour violon (en omettant le no 2 et en modifiant l'ordre), présenté comme Suite populaire espagnole (1925) ; laquelle a été également transcrite pour violoncelle par Maurice Maréchal[13]. Cette prolixité atteste de sa popularité[4]. La collection a inspiré un semblable recueil de chansons folkloriques publié par l'élève, ami et collaborateur de Falla, Federico García Lorca.

Discographie[modifier | modifier le code]

Avec piano[modifier | modifier le code]

Avec guitare[modifier | modifier le code]

El paño moruno est enregistré par Pepe de Lucia, chant et Paco de Lucía, guitare (1976, Philips 836 032-2) (OCLC 39825792)

Avec orchestre[modifier | modifier le code]

Violon ou violoncelle et piano ou guitare[modifier | modifier le code]

  • Daniil Chafran, violoncelle ; Nina Musinyan, piano (années 1950, LP Melodiya / CD Omega Classics)
  • Sandra Rivers, violon ; Cho-Liang Lin, piano (1977, LP coll. « RTVE : El Mundo De La Música – 14 » Zafiro ZTV-14)
  • Sebastian See-Schierenberg, violon ; Ramon Ruiz, guitare (avril 2013, Signum SIGCD405)[19].

Version orchestre[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Siete canciones populares españolas » (voir la liste des auteurs).
  1. Siete canciones populares españolas sur lieder.net.
  2. a et b Honegger 1992, p. 1929.
  3. a b c d et e Nommick 2016, p. 3.
  4. a b et c Grove 2001.
  5. Manuel de Falla, « Nuestra Música », Música, no 2, juin 1917.
  6. « Más que utilizar severamente los cantos populares, he procurado extraer de ellos el ritmo, la modalidad, sus líneas y motivos ornamentales característicos, sus cadencias modulantes […]. Pienso modestamente, que en el canto popular, importa más el espíritu que la letra […]. Aún diré más: el acompañamiento rítmico y armónico de una canción popular tiene tanta importancia como la canción misma. Hay que tomar, por tanto, la inspiración directamente del pueblo, y quien no lo entienda así, sólo conseguirá hacer de su obra un remedo más o menos ingenioso de lo que se proponga realizar. »
  7. (OCLC 220631789)
  8. Cantagrel 1994, p. 210.
  9. (OCLC 935454854)
  10. (OCLC 491941415)
  11. Pinamonti 1999, p. 426.
  12. (OCLC 77386862)
  13. (OCLC 494586807)
  14. [vidéo] Disponible sur YouTube
  15. Cora Canne Meijer sur rene-gagnaux.ch.
  16. Courts extraits audio disponible sur Gallica
  17. (en-GB) « Siete Canciones populares Españoles - Manuel de Falla, Javier Perianes & Estrella Morente Song - BBC Music », sur BBC (consulté le 25 avril 2018)
  18. Courts extraits audio en ligne sur Archive.org.
  19. (en) Livret en ligne sur hyperion-records.co.uk.

Liens externes[modifier | modifier le code]