Siegfried Müller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Siegfried Müller
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Siegfried Friedrich Heinrich MüllerVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Kongo-MüllerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Grade militaire
Conflits
Distinctions

Siegfried Müller, né le à Crossen-sur-l'Oder (aujourd'hui Krosno Odrzańskie, en Pologne), mort d'un cancer le à Boksburg (Afrique du Sud)[1], également connu sous le nom de Kongo Müller était un officier allemand, qui a combattu dans la Wehrmacht pendant la Seconde Guerre mondiale, puis comme mercenaire aux côtés du major Mike Hoare pendant la crise congolaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir été dans la Hitlerjugend et travaillé dans le Reichsarbeitsdienst, Siegfried Müller est mobilisé dans la Wehrmacht en 1939, participe aux campagnes de Pologne, de France, puis de Russie. Il finit la guerre avec le grade de lieutenant, et est fait prisonnier par les troupes américaines. Libéré en 1947, il travaille dans un Civilian Labor Group (CLG, groupe de travail pour civils) de l'US Army ; il devient lieutenant dans l'unité de sécurité d'un CLG. Refusé dans la Bundeswehr en 1956, il trouve du travail chez British Petroleum, comme démineur travaillant sur les champs de mines posés par l'Afrika Korps dans le Sahara pendant la Seconde Guerre mondiale.

En 1962, il émigre en Afrique du Sud, où il est recruté comme mercenaire avec le grade de lieutenant, pour combattre dans la crise congolaise. Avec ses quarante-quatre ans, il est le plus âgé des soldats de Mike Hoare. Il prend le commandement du Commando 52, composé principalement de germanophones, qui prendra une part active pour éviter le massacre des missionnaires africains. Il est successivement promu aux grades de capitaine (après la prise d'Albertville) et de major.

Le fait qu'il arbore sa croix de fer attire sur lui l'attention de journalistes du Time[2] et du Spiegel. Il apparaît dans le film Africa Addio et le documentaire est-allemand Kommando 52, en 1965 ; Müller est interviewé en 1966 pour le documentaire Der Lachende Mann. Il a inspiré le personnage d'Heinlein dans le livre de Wilbur Smith Dark of the Sun (et le film qui en est tiré Le Dernier Train du Katanga).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chiari, Bernhard & Kollner, Dieter H., A Concise Guide to the History of the Democratic Republic of the Congo Military History Research Institute, p. 23.
  2. « Moise's Black Magic », dans Time du 19 février 1965

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ressel, Sigfried. Siegfried Müller, un mercenaire au Congo - reportage diffusé sur ARTE du 02/11/2011.
  • Heinemann, Gerd. Reportage paru dans le magazine d'actualité allemand STERN de .

Liens externes[modifier | modifier le code]