Sidi Tiémoko Touré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sidi Tiémoko Touré
Illustration.
Sidi Tiémoko Touré
Fonctions
Ministre ivoirien des Ressources animales et halieutiques
En fonction depuis le
(3 ans et 14 jours)
Président Alassane Ouattara
Premier ministre Patrick Achi
Robert Beugré Mambé
Gouvernement Achi I et II
Beugré Mambé
Prédécesseur Dosso Moussa
Ministre de la Communication et des Médias
Porte-parole du Gouvernement

(2 ans, 8 mois et 27 jours)
Président Alassane Ouattara
Premier ministre Amadou Gon Coulibaly
Hamed Bakayoko
Gouvernement Coulibaly II et III
Bakayoko
Prédécesseur Bruno Koné
Successeur Amadou Coulibaly
Ministre de la Promotion de la jeunesse, de l'Emploi des jeunes et du Service civique

(2 ans, 5 mois et 22 jours)
Président Alassane Ouattara
Premier ministre Daniel Kablan Duncan
Amadou Gon Coulibaly
Gouvernement Duncan V
Coulibaly I
Successeur Mamadou Touré
Ministre délégué auprès du président de la République, chargé de la Promotion de la jeunesse et de l'Emploi des jeunes

(7 mois et 24 jours)
Président Alassane Ouattara
Premier ministre Daniel Kablan Duncan
Gouvernement Duncan IV et V
Prédécesseur Alain Lobognon (Promotion de la jeunesse)
Biographie
Nom de naissance Sidi Tiémoko Touré
Nationalité Ivoirienne
Parti politique RDR
RHDP
Diplômé de Centre d'études diplomatiques et stratégiques (CEDS) de Paris

Sidi Tiémoko Touré est un homme politique ivoirien, ministre des Ressources animales et halieutiques depuis avril 2021.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est originaire de la sous-préfecture de Béoumi.

Parcours académique[modifier | modifier le code]

Né d’une mère au foyer et d’un père journaliste, Sidi Tiémoko Touré est diplômé de l’École militaire préparatoire technique (EMPT) de Bingerville, du lycée technique d’Abidjan (LTA) et de l’Institut national polytechnique Houphouët-Boigny de Yamoussoukro (ex-INSET). Il est aussi titulaire d’un certificat du programme MUST (Management des Unités Stratégiques) des Hautes études commerciales (HEC) de Paris et du Centre d’étude diplomatique et stratégique (CEDS) de Paris.

Ingénieur des techniques commerciales, il est également titulaire d’un master en management et administration des entreprises de l’INSTEC (Institut national supérieur des techniques commerciales) et d’un master en marketing et communication de l’ECG (École de commerce et de gestion).

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Touré mène d’abord une carrière professionnelle dans le secteur privé. Il travaille dans un premier temps à la Société ivoirienne des emballages métalliques (SIEM-CMB), puis à la Société de commercialisation de matériel électrique (SOCOMELEC), ainsi qu’à Schneider Electric Afrique de l’Ouest et Centre.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Début en politique[modifier | modifier le code]

Sidi Tiémoko Touré commence sa carrière politique au Rassemblement des républicains (RDR) en 1994, l’année de création du parti[1]. Au sein de cette formation, il contribue, auprès du secrétaire-général du parti Djéni Kobina, à la mise en place et à l’implantation de la branche jeunesse, à savoir le Rassemblement des Jeunes Républicains (RJR).

Ainsi en 1994, il devient président du RJR section Cocody-Aghien. Deux ans plus tard, il devient président intérimaire du bureau exécutif national de la même organisation.

En 2006, Alassane Ouattara, alors président du Rassemblement des républicains (RDR), le nomme chef de cabinet jusqu’en 2011. À la suite de l'accession de Ouattara à la magistrature suprême, Touré devient le chef de cabinet du président. À ce titre, il est également membre du Conseil national de sécurité de Côte d'Ivoire, jusqu’en 2015.

Entrée au gouvernement[modifier | modifier le code]

Son entrée au gouvernement se fait en mai 2015 en tant que ministre délégué auprès du Président de la République, chargé de la Promotion de la jeunesse et de l’Emploi des jeunes[1],[2]. Il est renforcé dans ses fonctions en janvier 2016, en qualité de ministre de la Promotion de la Jeunesse, de l’Emploi des Jeunes et du Service civique dans l’équipe gouvernementale dirigée par Daniel Kablan Duncan[3],[4].

En juillet 2018, à la faveur du gouvernement Amadou Gon Coulibaly II, Sidi Tiémoko Touré est nommé ministre de la Communication et des Médias et désigné porte-parole du gouvernement[5]. Le 3 août 2020, il est reconduit au même poste dans le Gouvernement Hamed Bakayoko.

Lorsque le Premier ministre Patrick Achi forme son premier gouvernement en avril 2021, il nomme Sidi Tiémoko Touré au poste de ministre des Ressources animales et halieutiques[6],[7].

Le 20 avril 2022, Sidi Tiémoko Touré est reconduit au même poste dans le gouvernement Patrick Achi II.

Début à l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

«STT», comme le surnomment ses sympathisants est le député du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) de la circonscription électorale de Ando-Kékrénou, Béoumi et Kondrobo, communes et sous-préfectures, durant la législature de 20162021[8].

Réseau international[modifier | modifier le code]

Président de l’Organisation de la jeunesse libérale de Côte d’Ivoire (OJLCI) en 1998, il devient, en 2003, le président de l’Organisation de la jeunesse libérale africaine (OJLA) jusqu’en 2007, puis membre du bureau de la Fédération international des jeunes libéraux et radicaux (IFLRY) avant d’occuper le poste de trésorier de l’Internationale libérale entre 2012 et 2013.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sidi Tiémoko Touré a publié deux ouvrages : le premier intitulé Alassane Ouattara et les Jeunes, le temps des Possibles[9], un recueil de témoignages et d’hommages à celui qu’il considère comme son mentor et son « père » ; et le deuxième intitulé Alassane Ouattara, aux portes de l’Emergence 2011-2020[10] , un ouvrage qui met en avant le bilan du président depuis son accession à la présidence en 2011 jusqu’à en 2020.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Officier de l’ordre national ivoirien, Sidi Tiemoko Touré est également Commandeur de l’ordre du Mérite de la Communication et Commandeur de l’ordre du Mérite agricole en Côte d’Ivoire[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]