Sidi Lakhdar (Mostaganem)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sidi Lakhdar et Lakhdar.
Sidi Lakhdar
Sidi Lakhdar
Sidi Lakhdar
Noms
Nom arabe سيدي لخضر
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Mostaganem
Daïra Sidi Lakhdar
Code postal 27007
Code ONS 2716
Démographie
Population 34 612 hab. (2008[1])
Densité 247 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 08′ 34″ nord, 0° 27′ 38″ est
Superficie 140 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Mostaganem.
Localisation de la commune dans la wilaya de Mostaganem.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Sidi Lakhdar

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Sidi Lakhdar

Sidi Lakhdar est une commune algérienne de la wilaya de Mostaganem, distante de 50 km du chef-lieu de la wilaya[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Sidi Lakhdar est située à l'est de la wilaya de Mostaganem, à environ 400 kilomètres d'Alger et à 50 kilomètres de la ville de Mostaganem.

Communes limitrophes de Sidi Lakhdar
Mer Méditerranée
Hadjadj Sidi Lakhdar Khadra
Sidi Ali, Tazgait

Localités[modifier | modifier le code]

La commune de Sidi Lakhdar rassemble plusieurs hameaux (douars), tels que douar Haggagna, Zmahech, Ouled Baroudi, Ouled Bouziane...etc.

Routes[modifier | modifier le code]

La commune de Sidi Lakhdar est desservie par plusieurs routes nationales:

Plages et port[modifier | modifier le code]

La plage Ain Brahim doit son nom à une source d'eau douce. Ain signifiant "source" et Brahim en mémoire à un Saint. Celle-ci reçoit annuellement des visiteurs, habitants des alentours et des touristes.

Le Petit Port (prononcé Ti Port) est un ancien port maritime lors de la conquête de l'Algérie par les Français. Il permettait principalement le ravitaillement de nourriture pour les soldats. Aujourd'hui, le Petit Port a conservé son caractère "pêcheur", mais est également un lieu touristique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Aïn el Hammam prend le nom de Lapasset, du nom d'un colonel de l'armée française, à l'époque coloniale, en 1892. Il devient commune mixte et est intégré en 1958 au nouveau département de Mostaganem. À cette époque il compte 8132 habitants.

Après l'indépendance de l'Algérie, abritant le mausolée du célèbre barde et mystique du 16e siècle Sidi Lakhdar Ben Khlouf la localité portera désormais son nom [3]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune doit son nom au cheikh Sidi Lakhdar Ben Khlouf, poète originaire de la région de Dahra, qui a participé aux batailles ayant opposé les musulmans et les espagnols au XVIe siècle.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le recensement général de la population et de l'habitat de 2008, la population de la commune de Sidi Lakhdar est évaluée à 34 612 habitants contre 30 950 en 1998[4].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

La commune abrite le mausolée de Sidi Lakhdar Ben Khlouf originaire des Zerrifa [5] un lieu sacré et de pèlerinage qui abrite un palmier dont la forme est extraordinaire, ce palmier énigmatique, aurait même résisté par miracle, à ceux qui ont tenté de le brûler ou de le couper[6].

Culture[modifier | modifier le code]

Chaque année, le festival de Sidi Lakhdar Ben Khlouf est organisé, ce festival est animé par plusieurs troupes locales dont les Aïssaouas. En outre, des soirées artistiques du chant citadin chaabi et de la musique andalouse sont aussi programmées[2] .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF]Recensement 2008 de la population algérienne, wilaya de Mostaganem, sur le site de l'ONS.
  2. a et b 26e Festival de Sidi Lakhdar Benkhlouf à Mostaganem. La Tribune du 23/08/2009. Consulté le 22/08/2010.
  3. Achour Cheurfi, "Dictionnaire des localités algériennes", Casbah Editions, Alger 2011
  4. (en) the People's Democratic Republic of Algeria - Mostaganem (Geohive)
  5. http://www.limag.refer.org/Textes/Benchehida/meddah.htm
  6. Sihem Ammour, « Vibrant hommage au plus populaire poète mystique algérien du XVIe siècle », La Tribune, no 4313,‎ , p. 19 (lire en ligne).