Sick of It All

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sick of it All)
Aller à : navigation, rechercher
Sick of It All
Description de cette image, également commentée ci-après
Sick of It All en concert à Bologne, en Italie, en novembre 2006.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Punk hardcore, crossover thrash[1], punk rock
Années actives Depuis 1986
Labels Revelation Records, Relativity Records, East West Records, Elektra Records, Fat Wreck Chords, Abacus Records, Century Media Records
Site officiel www.sickofitall.com
Composition du groupe
Membres Lou Koller
Pete Koller
Craig Setari
Armand Majidi
Anciens membres Rich Cipriano
Max Capshaw

Sick of It All est un groupe de punk hardcore américain, originaire du Queens, à New York. Formé dans les années 1980, le groupe publie son premier album en 1987 et continuent toujours d'en sortir et de tourner. Actuellement, six albums sont sortis plus quelques performances scéniques. Ils sont considérés depuis deux décennies comme les rois du NYHC, grâce à leurs textes tranchants et à leur partie instrumentale explosive (notamment une utilisation rare d'overdrive sur la basse).

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts (1986–1992)[modifier | modifier le code]

Lou Koller.

Formé début 1986[1],[2],[3], Sick of It All commence à New York chez les parents des frères Koller avant de devenir un des groupes piliers du mouvement hardcore new-yorkais. Composé originellement des deux frères Koller, Lou Koller au chant, Pete Koller à la guitare, ainsi que de Rich Cipriano à la basse et de Arman Majidi à la batterie, Sick of It All joue un hardcore proche de ses racines, sans compromis.

En 1987, sort un album de 9 pistes sur label indépendant Revelation Records. Après avoir joué dans de nombreux clubs new-yorkais dont le non moins célèbre CBGB, le groupe se crée une notoriété importante et enregistre son premier album, Blood Sweat abd No Tears, en 1989, avec 19 chansons puissantes et rapides. Ils feront ensuite leur première tournée nationale. Majidi devant travailler avec Rest In Pieces sur de nouveaux morceaux laisse sa place à Max Capshaw. Il est de retour pour enregistrer l'EP We Stand Alone, en 1991 sur le label Relativity Records. Ni Majidi, ni Cipriano ne joueront avec les frères Koller après l'enregistrement de cet album pour la tournée. Ils furent remplacés par E.K. à la batterie et Eddie Coen à la basse.

Sick of It All enregistre alors Just Look Around en 1992 sur Relativity Records, avec la formation originale. Cipriano quitte définitivement Sick of It All avant leur tournée internationale en Europe et au Japon. Craig Setari bassiste dans Agnostic Front prend sa place, ce qui revitalise le groupe, ainsi que la scène new-yorkaise. Il signe ensuite un contrat sur le label Eastweast Records pour l'enregistrement en 1994 de Scratch the Surface, faisant face aux reproches des fans sur leur « commercialisation ».

Popularisation (1993–1997)[modifier | modifier le code]

Pete Koller.

En 1995, deux réalisations voient le jour sur le label Lost and Found. Un live est intitulé Live in a World Full of Hate, et une collection d'enregistrements intitulée Spreading the Hardcore Reality, qui fait le lien entre l'enregistrement de Scratch the Surface et de Built to Last, ce dernier enregistré sur Elektra. Pendant ce temps, Sick of It All continue de tourner intensivement au centre et au sud des États-Unis.

Sick of It All souffre des associations qui ont été faites entre eux et la violence. Les combats fréquents de leurs fans en concert a donné au groupe une image négative dont ils ont eu du mal à se séparer. Au début des années 1990, Wayne Lo, un étudiant du Massachusetts, tue et blesse certains de ses compagnons de classe, arborant un t-shirt du groupe. Sick of It All se défend alors en se concentrant sur la musique.

Période Fat Wreck Chords (1998–2004)[modifier | modifier le code]

Il signe en 1999 au label indépendant Fat Wreck Chords, pour la sortie des albums Potential for a Fall et Call to Arms. Après la sortie du single Potential for a Fall, pour lequel une vidéo est tournée, Call To Arms est publié en février 1999. L'album qui suit, Yours Truly, est moins bien accueilli.Malgré la présence de chansons live comme Blown Away, The Bland Within, District et America, certains fans sont confus par les éléments progressif ; lors d'une interview, Lou Koller blâme la couverture de l'album pour son mauvais accueil[4].

En 2001, Sick of It All publie la cassette Sick of It All: The Story So Far et, un an plus tard, un enregistrement de Live in a Dive chez Fat Wreck Chords. En 2003, Sick of It All est de retour avec Life on the Ropes.

Death to Tyrants (2005–2007)[modifier | modifier le code]

En 2006, Sick of It All revient en force avec leur meilleur album depuis Scratch The Surface, le bien nommé Death to Tyrants qui s'attaque à tous les tyrans et présidents véreux de la planète. Au printemps 2007, un tribute à Sick of It All voit le jour pour rendre hommage aux 20 ans de carrière du groupe, avec des reprises de toutes les époques Sick of It All, notamment par Sepultura, Hatebreed, Most Precious Blood, Walls of Jericho, Bane, Pennywise

Based on a True Story (2008–2013)[modifier | modifier le code]

Avril 2010 voit un nouvel album de Sick of It All dans les bacs: Based On A True Story. Un album un peu plus personnel que le précédent qui évoque notamment les beaux jours du CBGB's (A Month Of Sundays) ou leurs vieilles amitiés et les différents chemins qu'ils ont pris (Lifeline, Death or Jail, The Divide).

En 2011, pour commémorer leurs 25 années de carrière, le groupe réenregistre 20 de leurs meilleurs titres (principalement du 1er album), et les compilent sur l'album Non Stop, sorti le 1er novembre. En novembre 2011, Lou Koller indique l'écriture d'une suite intitulée Based on a True Story[5]

Last Act of Defiance (depuis 2014)[modifier | modifier le code]

Leur nouvel album, Last Act of Defiance, est publié le .

Sick of It All tourne au Royaume-Uni et en Irlande entre janvier et février 2015[6]. Sick of It All passe 2016 à célébrer son trentième anniversaire avec une tournée mondiale[7]. En parallèle à la célébration, un EP comprenant de nouvelles chansons, When the Smoke Clears, est publié le 4 novembre 2016[8].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

  • Lou Koller – chant (depuis 1986)
  • Pete Koller – guitare, chœurs (depuis 1986)
  • Armand Majidi – batterie (1986–1989, depuis 1992)
  • Craig Setari – basse, chœurs (depuis 1992)

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Rich Cipriano – basse (1986–1992)
  • Max Capshaw – batterie (1989–1991)
  • Eric Komst – batterie (1991–1992)

Chronologie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Sick of It All (1987)
  • Blood Sweat and no Tears (1988)
  • We Stand Alone (1991)
  • Just Look Around (1992)
  • Scratch the Surface (1994)
  • Live in a World Full of Hate (1995)
  • Spreading the Hardcore Reality (1995)
  • Built to Last (1997)
  • Potential for a Fall (1998)
  • Call to Arms (1999)
  • Yours Truly (2000)
  • The Story so Far (2001)
  • Live in a Dive (2002)
  • Life on the Ropes (2003)
  • Relentless (2004)
  • Outtakes for the Outcast (2004)
  • Death to Tyrants (2006)
  • Based on a True Story (2010)
  • Non Stop (2011)
  • Last Act of Defiance (2014)
  • When the Smoke Clears (2016)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Sick Of It All », All Music (consulté le 21 septembre 2013).
  2. (en) « Sunday Old School: Sick Of It All », Metal Underground, (consulté le 16 novembre 2012).
  3. (en) « Entry for Sick of It All », TrouserPress (consulté le 16 novembre 2012).
  4. (en) « AsIce hardcore e-zine – Specials », Asice.net (consulté le 27 janvier 2012).
  5. (en) « Sick of it All - 11.4.11 - Interview », AbsolutePunk.net (consulté le 27 janvier 2012)
  6. (en) « Sick Of It All: UK Tour 2015 », Kerrang!, no 1551,‎ , p. 37.
  7. (en) « News - Sick Of It All », sickofitall.com (consulté le 12 novembre 2016).
  8. (en) « Sick of It All to release new EP, release single », Punknews, (consulté le 12 novembre 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :