Sicard de Bénévent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sicard.

Sicard de Bénévent (en italien : Sicardo di Benevento) est prince lombard de Bénévent de octobre 832 à juillet/août 839[1], il est le dernier prince bénéventin qui domina la plupart du Mezzogiorno, alors appelé Langobardia Minor, c'est-à-dire la « Lombardie mineure » ou « petite Lombardie ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Le duché lombard de Bénévent au VIIIe siècle.

Sicard est le fils et successeur du prince Sicon, originaire de la cité de Spolète. Un peu après son avènement, il prend et détruit Amalfi et fait déporter un grand nombre de ses habitants à Salerne (ils ne retourneront dans leur ville qu'à la mort de Sicard)[2].

C'est au cours des luttes entre le prince Sicard et le duc André II de Naples (834-840) que les lombards se heurtent pour la première fois aux bandes de musulmans attirés en Campanie par les napolitains. Les arabes venant de Sicile contournent Otrante débarquent à Brindisi te prennent la ville; Sicard accourt pour les en chasser mais sa cavalerie tombe dans un piège tendu par les envahisseurs et périt en nombre pendant que le prince réussit à s'échapper à grand peine[3]

L'assassinat en juillet/août 839, après un règne de 6 ans et 10 mois selon le « Chronicon Salernitanum », de Sicard, prince guerrier et bâtisseur, marque le début d'une longue période d'instabilité chez les Lombards du sud de l'Italie, la division puis l'éclatement de la principauté lombarde de Bénévent avec Salerne puis Capoue qui devinrent les sièges de deux principautés lombardes indépendantes.

Sicard fut remplacé en août 839 par son trésorier nommé Radelchis (mort en 851), qui ne fut peut-être pas étranger à l'élimination de son prince. Son frère Siconolf qui avait été exilé à Tarente en profite pour rassembler un parti de mécontents et déclarer l'indépendance en décembre de la principauté de Salerne pendant que les Amalfitains profitent eux aussi de la situation pour recouvrer eux aussi leur indépendance et se constituer en État autonome dirigés par des préfets annuels jusqu'en 859.

L'affaiblissement du pouvoir lombard en Italie méridionale profite d'abord aux pirates sarrasins, puis aux aventuriers normands qui au XIe siècle, supplantèrent la noblesse lombarde et devinrent les nouveaux maîtres de la région.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Venance Grumel Traité d'études byzantines I. La Chronologie, Presses universitaires de France, Paris 1956, « Princes Lombards de Bénévent et de Capoue » p. 419
  2. Chalandon (1907), t. I, I, p. 14.
  3. Jules Gay L'Italie méridionale et l'Empire Byzantin Paris 1904 , p. 50

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]