Sibel (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sibel
Titre original Sibel
Réalisation Çagla Zencirci
Guillaume Giovanetti
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la Turquie Turquie
Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Genre Drame
Durée 95 minutes
Sortie 2018


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Sibel est un film dramatique turc de 2018 réalisé par Çagla Zencirci et Guillaume Giovanetti[1]. Il a été projeté dans la section Cinéma du monde contemporain du Festival international du film de Toronto 2018[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Sibel est une jeune paysanne turque de 25 ans qui vit à Kuşköy — un petit village rural des montagnes de la région de la mer Noire en Turquie, plongé dans la tradition paternaliste — avec Emin, son père veuf, épicier et maire du village, et avec sa sœur cadette Fatma. Sibel est muette suite à une maladie et ne s'exprime qu'en utilisant la langue sifflée traditionnelle de sa région[2], appelée la « langue des oiseaux ».

Tandis que Fatma, la sœur de Sibel, adolescente capricieuse, est promise à un mariage prochain malgré son jeune âge, Emir, père taciturne, autoritaire et paternaliste, lui préfère Sibel avec qui il partage des moments de chasse. Il voit d'un bon œil que Fatma parte chez un mari pour enfin avoir la paix à la maison, en tête à tête avec Sibel qui organise toutes les tâches domestiques.

Maudite, rejetée et parfois violentée par les villageoises, Sibel passe beaucoup de temps à traquer un mystérieux loup légendaire qui reste introuvable, en se faufilant dans les montagnes et leurs forêts touffues. Elle a creusé une fosse et cherche à l'y attirer avec des abats, convaincue que si elle réussit à le tuer, elle sera acceptée par les gens du village. Mais c'est plutôt la crainte, les fantasmes et les superstitions qu'elle suscite chez les villageois. Un jour, elle rencontre dans la forêt un fugitif nommé Ali. Blessé et vulnérable, il se laisse soigner par Sibel et va peu à peu apprendre à la voir différemment[3].

Sibel, avec l'aide d'Ali, va progressivement éclaircir le mystère du loup et de la vieille folle Narin, isolée dans une masure rustique de la montagne, qui radote à propos de Fuat, le fiancé qu'elle avait dans sa jeunesse.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Réalisateurs : Çağla Zencirci, et Guillaume Giovanetti
  • Assistant réalisateur : Yagmur Misirlioglu
  • Genre : drame
  • Nationalités : Drapeau de la Turquie Turquie Drapeau de la France France Drapeau de l'Allemagne Allemagne Drapeau du Luxembourg Luxembourg
  • Scénaristes : Çağla Zencirci, Ramata Sy et Guillaume Giovanetti
  • Sociétés de production : Pyramide (France), Les Films du Tambour (France), Riva Filmproduktion (Allemagne), Bidibul Productions (Luxembourg), Mars Productions (Turquie), Reborn Productions (France), Arte, Cofinova 14
  • Société de distribution : Pyramide Distribution
  • Producteurs: Marie Legrand, Rani Massalha, Michael Eckelt, Johannes Jancke, Marsel Kalvo, Nefes Polat, Christel Henon, Lilian Eche
  • Co-producteur : Marc Simoncini
  • Image : Eric Devin
  • Son : Tim Stephan & Stephan Konken
  • Musique : Bassel Hallak and Pi
  • Montage : Véronique Lange
  • Décors : Osman Özcan
  • Durée : 95 minutes
  • Procédé : DCP, Couleurs, Dolby 5.1, 2,35 x 1
  • Date de sortie :
  • Distributeur en France : Pyramide Distribution
  • Langue : turc, langue sifflée de Turquie
  • Lieu de tournage : montagnes de la Mer Noire en Turquie, en particulier dans le village de Kuşköy

Distribution[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Les réalisateurs s'étaient rendus dans le village de Kuşköy (village turc du district de Çanakçı de la province de Giresun au nord-est de la Turquie) pour découvrir la langue sifflée dont la tradition est pratiquée de manière vivace aujourd'hui encore. Les dialogues sifflés du film sont réels : un professeur de langue sifflée du village a pris en charge l'actrice principale, Damla Sönmez, qui ne savait pas siffler, pour l'apprentissage de cette langue singulière. Le film « est une bénédiction car [le professeur de langue sifflée] en refuse la disparition » et a été un vecteur de reconnaissance et de perpétuation de la tradition. Pendant le tournage, « il arrivait que Sibel siffle le mot « papa » pendant une prise et, la seconde d’après, on entendait quelqu’un répondre au loin : « Quoi ? Qu’est-ce que tu veux ? »[4].

La langue sifflée de Kuşköy (kuş signifie « oiseau » (pluriel kuşlar) et köy signifie « village », Kuşköy signifiant « le village de l'oiseau ») est entrée sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO en 2017[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Jay Weissberg, « Film Review : ‘Sibel’ », sur variety.com, (consulté le 26 février 2019)
  2. (en) « Sibel - Synopsis & details », sur rankingfilms.com (consulté le 21 décembre 2018)
  3. (de) « Sibel 2018 », sur Riva Filmproduktion (consulté le 8 avril 2018)
  4. Mehdi Omaïs, « Dossier de presse du film Sibel », sur pyramidefilms.com (consulté le 8 avril 2019)
  5. « Le langage sifflé », sur ich.unesco.org (consulté le 17 novembre 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]