Siège de Jhansi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Siège de Jhansi

Informations générales
Date du 23 mars au
Lieu Jhansi, Uttar Pradesh, Inde
Issue Victoire britannique décisive
Belligérants
Drapeau Gwalior.pngPrincipauté de Jhansi
Flag of the Maratha Empire.svgEmpire marathe
Flag of the British East India Company (1801).svg Compagnie anglaise des Indes orientales
Commandants
Drapeau Gwalior.png Lakshmî Bâî
Flag of the Maratha Empire.svg Tatya Tope (en)
Drapeau Gwalior.png Ragunath Singh
Drapeau Gwalior.png Murupant Tampé
Drapeau Gwalior.png Jhalkaribai
Flag of the British East India Company (1801).svg Sir Hugh Rose (en)
Forces en présence
14 000 combattants10 000 combattants et 25 canons
Pertes
6 000 hommes2 000 hommes

Révolte des cipayes

Le siège de Jhansi est livré entre le 23 mars et le pendant la révolte des cipayes. Il oppose les forces britanniques de la Compagnie anglaise des Indes orientales aux forces coalisés de la principauté de Jhansi et de l'Empire marathe, et se solde par la victoire de la Compagnie anglaise des Indes orientales et la prise de la ville de Jhansi.

Causes de la guerre[modifier | modifier le code]

À la mort du Raja Gangadhar Rao (en), son épouse la reine Lakshmî Bâî assure la régence au nom de leur fils adoptif Damodar Rao, mais en suivant la doctrine de préemption.

Le gouverneur-général Lord Dalhousie décide alors que puisque Gangâdhar Râo n'a laissé aucun héritier, l'État de Jhansi (en) est annexé par la Compagnie anglaise des Indes orientales, rejetant les prétentions de Damodar Râo comme héritier de droit. La rânî envoie une pétition à Dalhousie, puis en appelle à Londres, mais sans succès.

Refusant de renoncer à son royaume, Lakshmî Bâî rassemble en plein révolte des cipayes une armée de volontaires forte de 14 000 hommes et fait améliorer les défenses de la ville qui est attaquée par les Britanniques le sous le commandement de Sir Hugh Rose (en). La bataille de Jhânsi est féroce, hommes et femmes participent à repousser les assiégeants et la rânî elle-même mène ses troupes pour la défense de la ville qui finit tout de même par tomber, après deux semaines de siège.

Références[modifier | modifier le code]

Monument de la révolte, Jhansi.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Donald Featherstone, Victorian colonial warfare, Blandford, 1993 (ISBN 0-7137-2255-X).
  • (en) R. Ernest Dupuy et Trevor N. Dupuy, The Collins Encyclopedia of Military History, BCA, 1998.
  • (en) George Bruce, The Paladin Dictionary of Battles, Paladin books, 1986 (ISBN 0-586-08529-7).
  • (en) Brigadier Peter Young, A Dictionary of Battles (1816-1976), Mayflower books, 1977 (ISBN 0-8317-2260-6),