Siège de Béjaïa (1512)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Siège de Béjaïa (1512)
Description de cette image, également commentée ci-après
Ruines de la citadelle de Timzizdekt intégrée au dispositif du siège.
Informations générales
Date Août 1512
Lieu Béjaïa
Casus belli Prise de la ville par les Espagnols deux ans plus tôt
Issue Échec des Hafsides, et des Turcs
Belligérants
Hafsid Flag - Tunisia.svg Hafsides de Béjaïa
Frères Barberousse
Flag of Cross of Burgundy.svg Empire espagnol
Commandants
Émir El-Moufok
Arudj Barberousse
Pedro Navarro
Forces en présence
3 000 berbères
1 000 turcs
12 galiotes
Inconnues
Pertes
Inconnues La ville est partiellement détruite

Conflits algéro-hispaniques

Le siège de Béjaïa est une tentative de reconquête berbère de la ville ayant lieu en août 1512[1]. Il est mené par l'émir El-Moufok pour le compte d'Abou Bakr, sultan de Béjaïa, et le célèbre Arudj Barberousse suite à la perte de la ville deux ans plus tôt par son frère Abdelaziz au profit des Espagnols.

Le résultat le plus net de cette attaque, outre la perte d’un bras, avait été de mettre Arūdj en contact avec les Kabyles, dont il avait apprécié le courage[2].

Contexte[modifier | modifier le code]

Abou Bakr met la ville de Béjaïa sous blocus depuis deux ans en s'appuyant sur l'ancien dispositif des forts zianides de la Soummam de la période médiévale (les Zianides ayant tenté de prendre Béjaïa au XIIIe siècle par une technique similaire). Les multiples incursions ne sont pas concluantes et les Espagnols renforcent leur positions dans la ville en étant ravitaillés par la mer. Abou Bakr décide de faire appel aux corsaires Barberousse pour l'appuyer dans cette opération. Il compte sur leur appui pour battre les Espagnols sur leur flanc maritime tandis que ses troupes assiègent la ville par la terre. Abou Bakr décide de faire appel aux corsaires Barberousse pour l'appuyer dans cette opération. Il compte sur leur appui pour battre les Espagnols sur leur flanc maritime tandis que ses troupes assiègent la ville par la terre[réf. nécessaire].

Il promis à Arudj non seulement de le rémunéré, mais de le faire seigneur de Béjaia dont le port lui assurerait sécurité toute l'année. Arudj et son frère arrivèrent ainsi au moins d’août avec 12 galiotes, 1 000 turcs et quelques maures[3].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Arudj ouvrit d'abord le feu contre la principale défense de la place, c'était une grande et forte tour que le comte Pedro Navarro avait refaite à neuf. En même temps, le roi de Bougie descendit des montagnes pour l'assisté avec plus de 3 000 berbères[4]. Au bout de huit jours, la tour espagnole était déjà presque détruite, jusqu’à ce qu'un projectile vienne frapper Arudj au bras gauche et le lui emporta presque entièrement. Après cela, l'armée fut contrainte de se retirer pour le faire soigner[5].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le siège de la ville est un échec, mais il inaugure une période d'hostilité entre les Espagnols et les frères Barberousse[6].

Arudj se rendit à Tunis pour soigner sa blessure, ou ont le fit amputer[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Benoudjit 1997, p. 156
  2. Boyer 1989, p. 940-943
  3. Diego de Haedo 1881, p. 10
  4. Diego de Haedo 1881, p. 11
  5. Diego de Haedo 1881, p. 8
  6. Féraud 2001, p. 91-114
  7. Léon Guérin, Histoire maritime de France : contenant l'histoire des provinces et villes maritimes, des combats de mer depuis la fondation de Marseille, 600 ans avant J.-C., de la flibuste, des navigations, voyages autour du monde, naufrages, célèbres, découvertes, colonisations, de la marine en général, avant, pendant et depuis le règne de Louis XIV jusqu'à l'année 1850, Volume 1, Dufour et Mulat, , 539 p. (lire en ligne), p. 439

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Diego de Haedo (trad. H.D. de Grammont), Histoire des rois d'Alger, Alger, éd. Adolphe Jourdan, , 226 p. (lire en ligne)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Youssef Benoudjit, La Kalaa des Béni Abbès : au XVIe siècle, Alger, Dahlab, , 350 p. (ISBN 9961611322)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • P. Boyer, Encyclopédie berbère, Éditions Peeters, (ISBN 2857443242, lire en ligne), p. 940–943Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Laurent-Charles Féraud (préf. Nedjma Abdelfettah Lalmi), Histoire de Bougie, Saint-Denis, Editions Bouchène, coll. « Histoire du Maghreb », (1re éd. 1869) (ISBN 291294628X), « IV. Occupation espagnole », p. 91-114Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Hugh Roberts, Berber Government: The Kabyle Polity in Pre-colonial Algeria, Boston, I.B.Tauris, , 352 p. (ISBN 1845112512)