Siège d'Avignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Siège d'Avignon
Description de cette image, également commentée ci-après

À gauche, siège d'Avignon, au milieu mort du roi Louis VIII (Miniature de Jean Fouquet - XVe siècle)

Informations générales
Date 10 juin au 12 septembre 1226
Lieu Avignon
Casus belli fidélité des Avignonnais au comte de Toulouse
Issue Victoire française
Belligérants
Arms of the Kings of France (France Ancien).svg Royaume de France Blason Languedoc.svg Marquisat de Provence
Commandants
Arms of the Kings of France (France Ancien).svg
Louis VIII
Blason ville fr Avignon (Vaucluse).svg
Les consuls Guillaume Raymond et Raymond Riali, le troubadour Bertrand d'Avignon

Croisade des Albigeois
(Interventions royales)
 

Batailles

Croisade des barons (1209)

Béziers · Carcassonne

Guerre du Languedoc (1209-1213)

Minerve · Termes · Lavaur · Montgey · 1er Toulouse · Castelnaudary · Muret

Révolte du Languedoc (1216-1223)

Beaucaire · 2e Toulouse

Intervention royale (1226-1229)
Marmande · 3e Toulouse · Avignon · Montségur
Coordonnées 43° 57′ 00″ nord, 4° 49′ 01″ est

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Siège d'Avignon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Siège d'Avignon

Le siège d'Avignon est la première opération de la croisade de Louis VIII en Albigeois.

Les circonstances[modifier | modifier le code]

La mort de Simon de Montfort au siège de Toulouse en 1218 avait porté un rude coup aux croisés. Les anciennes possessions du comte de Toulouse s’étaient révoltées, les places fortes et les villes avaient été peu à peu reconquises par les barons méridionaux. Le seul arrêt dans cette reconquête avait été l’intervention du prince Louis de France, qui avait pris Marmande et échoué à prendre Toulouse. Puis il était reparti dans le nord, laissant Amaury de Montfort, le fils de Simon, à la tête d’effectifs insuffisants.

En janvier 1224, il ne lui reste plus que Carcassonne, Amaury conclut une trêve avec Raymond VII et part en février vers l’Île-de-France. Au cours d’une entrevue avec le roi Louis VIII, Amaury lui cède tous ses droits sur le Languedoc. Louis décide alors d’intervenir en Occitanie, avec la bénédiction du pape Honorius III qui déclare la Croisade, ce qui permet d’accorder une aide importante, politique et financière, à l’expédition de conquête de la région.

Parallèlement le roi profite d'une situation favorable en Provence, alors enjeu de pouvoir entre le comte de Toulouse et le jeune Raimond Berenger comte de Provence soutenu par l'Église et soutien de l'action royale[1].

Le roi prend la croix le et ordonne le rassemblement de son ost à Bourges le 17 mai. L’armée arrive à Lyon le 28 mai et se présente devant Avignon le 6 juin.

Le siège[modifier | modifier le code]

Détail de la miniature de Fouquet montrant l'assaut des remparts d'Avignon

Lorsque Gautier II d'Avesnes, comte de Blois, qui dirige l’avant-garde, arrive devant la ville, il trouve un pont en bois qui permet à l’armée de traverser le Rhône en dehors de la ville et les portes de celle-ci closes. L’issue du siège de Marmande est encore dans les esprits et les Avignonnais craignent les exactions des soldats. La ville passait pour imprenable et ses habitants pensaient que les croisés étaient pressés de rejoindre l'Occitanie.

Le 10 juin, le roi Louis VIII arrive à son tour et décide de mettre le siège devant la ville. Avignon est une ville impériale, même si elle appartient à Raymond VII de Toulouse et le roi pouvait craindre une intervention de l’empereur Frédéric II de Hohenstaufen, mais le roi lui fit savoir que le siège n’avait pour but que le châtiment des hérétiques qui vivaient dans la ville[2]

Sous la conduite des consuls de la ville Guillaume Raymond et Raymond Riali, encouragés par les sirventes du troubadour Bertrand d'Avignon[3], les Avignonnais montrèrent autant de vaillance à repousser les assauts que les Toulousains en 1218. Raymond VII ne disposait pas de troupes suffisantes pour attaquer les croisés à revers, mais il parvenait à harceler les convois de ravitaillement en vivres et en fourrage. Le camp des croisés est rapidement frappé par la dysenterie, et de nombreux soldats décèdent. Certains grands seigneurs, peu enclins à aider le roi à déposséder l’un des leurs, se plaignaient de la longueur et de l’inutilité du siège. Début août, le comte Thibaud IV de Champagne invoqua la fin de l'ost[4] pour quitter le siège, malgré l’ordre du roi de rester.

Craignant le départ d’autres féodaux, le roi ordonne un nouvel assaut le 8 août, qui est repoussé comme les autres. Sur la demande des religieux, le siège est prolongé, et le blocus de la ville renforcé. Il porta enfin ses fruits, car les vivres commencent à manquer dans la ville et les consuls commencent à négocier la reddition de la ville. Le 12 septembre, Louis VIII peut enfin entrer dans la ville. Mais ce succès tient à peu de chose. En effet une crue avec de fortes inondations se produit dès le 17 septembre[5] soit huit jours après la reddition de la ville. À quelques jours près les assaillants auraient été noyés et la cité sauvée.

Il est dit que ce fut le que Louis VIII, roi de France fonda la « Confrérie des Pénitents Gris » d'Avignon. Le roi se serait rendu sur les bords de la Sorgue, en procession expiatoire, pieds nus et vêtu d'un sac, pour s'agenouiller à la chapelle Saint-Croix[6]. Cette hagiographie est contestée. Il est plus certain, que le roi de France ait convoqué Pierre III, l'évêque d'Avignon, avec ordre de lui porter le Saint-Sacrement. Les fidèles, qui l'avaient suivi, pieds nus et recouvert d'un sac en signe d'expiation, se seraient dès lors constitués en une confrérie dénommée « Disciples des Battus de la Croix ». Ils furent plus connus sous le nom de « Pénitents Gris »[6].

Conséquence[modifier | modifier le code]

Avignon, conformément aux conditions de reddition doit abattre ses fortifications, céder au roi la ville de Beaucaire et payer 6 000 marcs d’argent au roi et 1 000 marcs à l’église. Louis VIII fait également construire Villeneuve-lès-Avignon où il installe une garnison.

Après avoir été retardé de trois mois pendant le siège, l’armée royale reprend la route et le roi reçoit la soumission sans combats de nombreuses villes et de plusieurs alliés du comte de Toulouse comme Bernard V, comte de Comminges. Remettant le siège de Toulouse à l’année suivante, il repart vers le nord au mois d’octobre, mais il tombe malade et meurt à Montpensier le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Édouard Baratier (sous la direction de) - Histoire de la Provence, page 155.
  2. Le prétexte est très subjectif, car la ville a toujours été majoritairement catholique. Ce qui lui est reproché est sa fidélité à Raymond VII.
  3. Jean-Paul Clébert, Guide de la Provence mystérieuse, Éd. Tchou, Paris, 1965, p. 85.
  4. Service armé du par un vassal à son suzerain ; en principe quarante jours.
  5. Émile FassinBulletin archéologique d’Arles, 1890 no 9, pages 135-138.
  6. a et b Jean-Paul Clébert, op. cit., p. 85.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Bordonove, La Tragédie Cathare, Paris, Pygmalion – Gérard Watelet, coll. « Les Grandes Heures de l’Histoire de France », , 462 p. (ISBN 2-85704-359-7), p. 364-369
  • Léon Honoré Labande - Avignon au XIIIe siècle - Laffitte reprints - Marseille, 1975

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]