Shree 420

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Shree 420
Shree 420

Titre original श्री ४२०
Shree 420
Réalisation Raj Kapoor
Acteurs principaux

Raj Kapoor, Nargis

Pays d’origine Drapeau de l'Inde Inde
Genre Comédie dramatique
Durée 168

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Shree 420 (hindi श्री ४२०, traduction : Madame 420, également transcrit Shri 420) est un film indien de 1955 réalisé et produit par Raj Kapoor, et avec Raj Kapoor et Nargis. Le nombre 420 se réfère à l'article 420 du code pénal indien, qui prescrit la peine pour l'infraction de tricherie ; par conséquent, « Monsieur 420 » est un terme péjoratif pour un tricheur. Le film est centré sur Raj, un orphelin pauvre mais instruit qui vient à Bombay avec des rêves de succès. Le personnage est largement influencé par le vagabond de Charlie Chaplin, à l'instar du personnage de Kapoor dans le film de 1951 Awaara. Il a été écrit par Khwaja Ahmad Abbas, et la musique a été composée par l'équipe de Shankar Jaikishan. Les paroles ont été écrites par Shailendra.

Shree 420 a été le plus grand succès du cinéma indien de 1955[1], et la chanson Mera Joota Hai Japani (« mes chaussures sont japonaises »), chanté par Mukesh, est devenu populaire et un symbole patriotique de la nouvelle indépendance de l'Inde.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un garçon de la campagne, Raj (Raj Kapoor), parti d'Allahabad, marche vers la grande ville de Bombay pour gagner sa vie. Il tombe amoureux de la pauvre mais vertueuse Vidya (Nargis), mais est rapidement séduit par la richesse sans entrave et contraire à l'éthique, qui lui sont présentées par un homme d'affaires sans scrupules et malhonnête, Seth Sonachand Dharmanand (Nemo) et la sulfureuse tentatrice Maya (Nadira). Il se met finalement au service de la tricheuse, ou « 420 », qui triche même dans les jeux de cartes. Vidya s'efforce de faire Raj un homme bon, mais échoue.

Pendant ce temps, Sonachand propose avec une autre idée pour exploiter les pauvres, par laquelle il promet un foyer permanent pour seulement 100 roupies. Le système paye, et les gens commencent à thésauriser de l'argent pour une maison, même au prix de d'autres choses importantes. Le mépris de Vidya par Raj augmente encore. Raj devient riche, mais se rend vite compte qu'il a payé un prix très élevé pour cela. Quand Raj découvre que Sonachand n'a pas l'intention de respecter ses promesses, il décide de faire réparer ses injustices.

Raj prend toutes les obligations papiers des maisons du peuple et tente de fuir de la maison de Sonachand, avant d'être pris par Sonachand et de ses acolytes. Dans la bagarre qui se produit, Sonachand pousse Raj qui tombe inconscient. Lorsque les gens entendent la fusillade, ils viennent voir Raj presque mort. Sonachand dit à la police que Raj essayait de fuir après avoir volé l'argent de son coffre-fort, c'est pourquoi Sonachand lui a tiré dessus.

Après cela, Raj revient à la vie et à l'aide de la logique pure, prouve la culpabilité de Sonachand. Sonachand et ses partenaires sont arrêtés, tandis que Vidya finalement pardonne à Raj. Le film se termine avec Raj disant « Yeh 420 nahin, shree 420 hain » (« Ce ne sont pas simplement des escrocs, ce sont des escrocs respectables »).

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Nargis : Vidya
  • Raj Kapoor : Ranbir Raj
  • Lalita Pawar : Ganga Mai
  • Nadira : Maya
  • Nemo : Seth Sonachand Dharmanand
  • Iftekhar : Inspecteur de police (cameo)

Allusions[modifier | modifier le code]

Le titre fait référence à l'article 420 du code pénal indien, où les crimes de vol et la tromperie sont punis, en ce qui concerne les troubles du personnage principal.

En sanskrit, le nom du personnage principal, « Vidya », signifie la Connaissance, tandis que Maya, c'est l'Ignorance.

Le titre de l'une des chansons dans le film, Ramaiya Vastavaiya, est en télougou et signifie « Seigneur Ram, vous viendrez ». Le titre seul est dérivé d'un ancienne chanson folklorique télougoue. En dehors de cela, le reste des paroles de cette chanson (et le film) sont en hindi.

Réception[modifier | modifier le code]

Le film a rapporté plus de 20 millions de roupies. Ce record a été battu deux ans plus tard, par la Mother India en 1957[2].

La chanson Mera Joota Hai Japani, où le chanteur affirme sa fierté d'être un Indien en dépit de ses vêtements faits dans d'autres pays, est devenue et reste un chanson patriote favorite de beaucoup d'Indiens. Il y est souvent fait référence, y compris dans un discours d'acceptation à la Foire du livre de Francfort en 2006 par l'auteur bengali Mahasweta Devi.

Le film fut populaire dans d'autres pays, y compris l'Union soviétique, la Roumanie et Israël. En Russie, certains prétendent[Qui ?] que Raj Kapoor a été aussi populaire que Jawaharlal Nehru en raison du succès du film. En Israël, la chanson Ichak Dana Beechak Dana (transcrite Ichikidana) est devenue populaire, et a été ré-enregistrée par l'artiste local Naim Rajuan.

Bande-son[modifier | modifier le code]

# Titre Chanteur(s) Parolier Longueur
1 Dil Ka Haal Sune Dilwaala Manna Dey Shailendra 5:36
2 Ichak Dana Beechak Dana Mukesh, Lata Mangeshkar Hasrat Jaipuri 5:08
3 Mera Juta Hai Japani Mukesh Shailendra 4:33
4 Mudh Mudh Ke Na Dekh Asha Bhosle, Manna Dey Shailendra 6:34
5 O Janewale Lata Mangeshkar Hasrat Jaipuri 2:20
6 Pyar Hua Iqrar Hua Lata Mangeshkar, Manna Dey Shailendra 4:22
7 Ramaiya Vastavaiya Mohammed Rafi, Lata Mangeshkar, Mukesh Shailendra 6:10
8 L'Imposture Gayi Raat Aayi Lata Mangeshkar Hasrat Jaipuri 4:00

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Filmfare Awards de 1956 :
    • Meilleur directeur de la photographie : Radhu Karmakar[3] ;
    • Meilleur montage : G. G. Mayekar.
  • National Film Awards de 1956[4] :
    • Certificat de mérite pour le deuxième meilleur film en hindi.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1] « Copie archivée » (version du 12 octobre 2012 sur l'Internet Archive)
  2. « B-Town rewind: The tale of the first Bollywood crore - Entertainment », Mid-day.com (consulté le 18 septembre 2015)
  3. « Filmfare Nominees and Winners » [PDF], Deep750.googlepages.com (consulté le 18 septembre 2015)
  4. « Directorate of Film Festival », Iffi.nic.in (consulté le 18 septembre 2015)

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]

  • Rebecca M Brown, « Partition and the uses of history in Waqt/ Time », Screen, Oxford University Press, vol. 48, no 2,‎ , p. 161–177 (OCLC 365246366)
  • Maria del Pilar Blanco et Esther Peeren, Popular Ghosts: The Haunted Spaces of Everyday Culture, A&C Black, (ISBN 978-1-4411-6401-8, lire en ligne), p. 88
  • Jim Hillier et Doug Pye, 100 Film Musicals, Palgrave Macmillan, (ISBN 978-1-84457-568-8, lire en ligne), p. 206

Liens externes[modifier | modifier le code]