Shikitei Sanba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Shikitei Sanba
Shikitei Sanba.jpg

Shikitei Sanba, dessin de 1939

Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
式亭三馬Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Shikitei Sanba est un nom japonais traditionnel ; le nom de famille (ou le nom d'école), Shikitei, précède donc le prénom (ou le nom d'artiste).

Shikitei Sanba (式亭 三馬; 1776 à Edo (aujourd'hui Tokyo); ) est un écrivain japonais du genre gesaku.

Noms[modifier | modifier le code]

Son véritable nom est Kikuchi Taisuke (菊地 泰輔). Son nom de majorité (azana) est Hisanori (久徳). Aussi connu sous le nom Nishimiya Tasuke (西宮 太助), il utilise pour ses ouvrages gesaku de nombreux autres pseudonymes, comme Yūgidō (遊戯堂), Shiki Sanjin (四季山人), Honchōan (本町庵), Sharakusai (洒落斎), Kokkeidō (滑稽堂), Gesakusha (戯作舎) etc.[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Depuis des générations les ancêtres de Shikitei sont des prêtres shintoïstes sur Hachijō-jima, Son père, cependant, est le sculpteur sur bois Kikuchi Mohe (菊地 茂兵衛) à Tawaramachi, Asakusa, Edo (de nos jours Kaminarimon, Taitō). À l'âge de neuf ans, il commence à travailler dans une librairie et ce jusqu'à ses dix-sept ans. Puis il publie ses premiers travaux en 1794, les kibyōshi Tendō ukiyo suiseisō (天道浮世出星操) et Ningen isshin shitaisō (人間一心覗替繰)[1].

Bien qu’il écrive des ouvrages de différents genres gesaku, Shikitei est surtout connu comme auteur de kibyōshi et kokkeibon. En tant qu’auteur kibyōshi, il utilise particulièrement le Gōkan illustré, qui représente souvent une adaption de pièces kabuki ou jōruri[2]. Au tournant du siècle paraissent les trois pièces Yakusha gakuyatsū (1799), Yakusha sangaikyō (1801) et Shibai kinmōzui (1803), toutes illustrées par Utagawa Toyokuni[3].

Il est célèbre principalement pour deux œuvres kokkeibon humoristiques : Ukiyo-buro en quatre parties (浮世風呂, « l'établissement de bains du monde flottant »), écrit de 1809 à 1819, et Ukiyo-doko (浮世床, « le barbier du monde flottant »), paru ensuite[4].

Source[modifier | modifier le code]

  • (en) Barbara Cross, Representing Performance in Japanese Fiction: Sikitei Sanba (1776–1822), SOAS Literary Review AHRB Centre Special Issue, (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (ja) 園田豊, « 式亭三馬 », Asahi Shimbun Shuppan (consulté le 28 janvier 2012)
  2. (en) Katherine Saltzman-Li, Creating Kabuki Plays: Context for Kezairoku “Valuable Notes on Playwriting”, Brill, (ISBN 978-90-04-12115-7, lire en ligne), p. 124–125
  3. Cross, S. 4
  4. (en) Constantine Nomikos Vaporis, Voices of Early Modern Japan: Contemporary Accounts of Daily Life During the Age of the Shoguns, ABC-CLIO, (ISBN 978-0-313-39200-9, lire en ligne), p. 49–52

Source de la traduction[modifier | modifier le code]