Shigeko Kubota

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Shigeko Kubota
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalités
Formation
Activités
Conjoints
Autres informations
A travaillé pour
Mouvement
Représentée par
Electronic Arts Intermix (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Shigeko Kubota (久保田 成子, Kubota Shigeko?), née le à Niigata au Japon et morte le à New York aux États-Unis, est une artiste contemporaine américaine d'origine japonaise utilisant la vidéo, la sculpture, les installations et les performances[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Shigeko Kubota étudie la sculpture à l'université de Tsukuba (Tokyo), puis participe au groupe de musique expérimentale Gurupu Ongaku. Après avoir rencontré John Cage en 1962, elle présente sa première performance solo à Tokyo en 1963: 1st Love, 2nd Love.... Peu après, grâce aux encouragements de Yoko Ono, qui répand les préceptes du collectif Fluxus dans leur pays natal, et à Nam June Paik (qui deviendra son mari), Shigeko Kubota entre en contact avec George Maciunas qui l'invite à venir à New York. Elle s'installe aux États-Unis et devient membre du groupe Fluxus[2].

En 1965, lors du Perpetual Fluxus Festival le 4 juillet 1965 à la Film-Makers' Cinematheque de Jonas Mekas à New York, elle réalise la performance Vagina Painting, qui reste la plus connue de ses œuvres[3].

Adepte de la performance, son travail prend un tournant à la fin des années 1960 avec l'apparition de la caméra Sony Portapak. Sa première œuvre filmée Marcel Duchamp’s Grave, qui sera transformée en installation en 1975, rend hommage à Marcel Duchamp, artiste qu'elle rencontre quelques années auparavant[4]. Par la suite, elle continue à investir l'univers de Marchel Duchamp et la période Dada, notamment en réalisant sa propre version du Nu descendant l'escalier (Duchampiana: Nude Descending a Staircase, œuvre de 1976 conservée au MoMA[5]).

Influencée par des artistes incontournables, tels que John Cage, Jackson Pollock et Yves Klein ou Marcel Duchamp, elle demeure une artiste importante de l'avant-garde des années 1960 et 1970[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Shigeko Kubota, a Creator of Video Sculptures, Dies at 77», The New York Times,
  2. « Shigeko Kubota », sur AWARE : Archives of Women Artists, Research and Exhibitions (consulté le 28 mai 2019)
  3. « Shigeko Kubota. Vagina Painting, performed during Perpetual Fluxfest, Cinematheque, New York, July 4, 1965. 1965 | MoMA », sur The Museum of Modern Art (consulté le 28 mai 2019)
  4. (en-US) Alex Greenberger, « Shigeko Kubota, a Fluxus Artist and a Pioneer of Video Art, Dies at 77 », sur ARTnews, (consulté le 28 mai 2019)
  5. « Shigeko Kubota. Duchampiana: Nude Descending a Staircase. 1976 | MoMA », sur The Museum of Modern Art (consulté le 28 mai 2019)
  6. (en) « Shigeko Kubota Biography», Electronic Arts Intermix

Liens externes[modifier | modifier le code]